General News Rio de Janeiro, Brazil

Legends support Athletics in the Jungle

Athletics in the Jungle - Sunset over the Amazon River (Bruno Miani)Athletics in the Jungle - Sunset over the Amazon River (Bruno Miani) © Copyright

READ ON for English and French language versions of this press release

- La traduction française suit le texte anglais 

Rio de Janeiro, Brazil - Athletics deserves its status as one of the most accessible and universal sports, and a new initiative of the Brazilian Athletics Federation means that even the Jungle can play host to athletics.

On a visit to a village located near Iranduba and Manacapura, in the heart of the Amazon region of Brazil, Olympic athletes past and present, and local IAAF dignitaries enjoyed a special competition held between youngsters from 10 ethnic Indian tribes, in the magnificent setting of the tropical rainforest, sponsored by CAIXA and known as “Athletics in the Jungle”.

Having arrived upstream on the Rio Negro by boat, the IAAF delegation, headed by President Lamine Diack, was welcomed to the haunting sound of native type pan pipes by the chief of the Satere tribe who hosted the competition.

President Diack was impressed by the beautiful setting and said “I am so delighted to see how athletics can reach every corner of the world, even a place as special as Amazonia. I believe it is very important that this region is conserved for future generations. It is a great privilege to be here and witness how Kids' Athletics can reach even here.”

Brazil’s Olympic champion for Long Jump Maurren Maggi, and her Olympic colleague Fabiana Murer helped to inspire the youngsters who had come from all over the region to take part in the competition, which consisted of 50 metres sprints for boys and girls and a Long Jump, all carefully marked out with tapes on the ground of the village clearing.

Maggi, who brought her three year-old daughter Sophia with her, said “This initiative of Athletics in the Jungle is fantastic and the first thing I did when I arrived is to sign up my daughter so she could take part and have fun with the other kids!”

IAAF Council Member and President of the South American Athletics Confederation Roberto Gesta de Melo said “One of the reasons that we pushed for this initiative was to show that champions can be born everywhere if they get the right opportunities.”

“These indigenous Indians may certainly have youngsters here who could be professional athletes in the future and we are proud to be able to give them a taste of this sport and to give them the chance to meet the great champions who are here with us today.”

“Not only do we have the IAAF President here with other colleagues from the Council but legendary athletes like Sergey Bubka, Sebastian Coe, Alberto Juantorena, Jefferson Perez and Nelson Prudencio. I am sure that the youngsters will leave with amazing memories of the competition and hopefully, be inspired by meeting these great names.”

Before the start of the competition, some Indians from the Satere-Mawe tribe gave a demonstration of the “Tucandeira ritual” for their guests. This ritual, which takes place every year in November is rite of passage for tribal boys. To demonstrate their courage and resistance to pain, the boys must put their hands in special gloves, which have been filled with a special of Amazonian ant that has a painful sting. Despite being stun repeatedly, the boys must dance and sing until the tribal elders decide that the rite of passage to manhood has been properly completed.

Nick Davies for the IAAF


Les légendes soutiennent l’athlétisme dans la jungle

Rio de Janeiro, Brésil – L’athlétisme mérite bien son statut de sport parmi les plus accessibles et les plus universels. Ainsi, une nouvelle initiative de la Fédération brésilienne d’athlétisme a démontré que même la jungle peut abriter des compétitions d’athlétisme.

En visite dans un village situé près d’Iranduba et de Manacapura, au cœur de la région amazonienne du Brésil, d’anciens et d’actuels athlètes olympiques et des dirigeants locaux de l’IAAF ont apprécié une compétition d’un genre spécial. Parrainée par CAIXA et baptisée "L’athlétisme dans la jungle", elle s’adressait en effet à des jeunes issus de dix tribus ethniques d’Indiens, dans le cadre magnifique de la forêt tropicale.

Le président Lamine Diack en tête, la délégation de l’IAAF qui a remonté le Rio Negro en bateau, a été accueillie à son arrivée par le chef de la tribu Satere, hôte de la compétition, au son lancinant des flûtes de pan indigènes.

Le président Diack a été fort impressionné par le cadre enchanteur. "Je suis vraiment ravi de constater que l’athlétisme peut atteindre chaque point du globe, a-t-il déclaré, y compris un endroit aussi particulier que l’Amazonie. Je pense qu’il est très important pour les générations futures que cette région soit préservée. C’est un grand privilège d’être là et de voir que Kids' Athletics peut être efficace, même ici."

La Brésilienne Maurren Maggi, championne olympique de la longueur, et sa collègue olympienne Fabiana Murer ont contribué à servir de modèle aux jeunes venus de toute la région pour participer à cette compétition. Garçons et filles ont ainsi disputé un 50m et un concours de saut en longueur, le tout soigneusement délimité par des bandes posées sur le sol de la clairière du village.

"Cette initiative d’Athlétisme dans la jungle est fantastique, a souligné Maurren Maggi, venue avec Sophia, sa fille de trois ans. Dès que je suis arrivée, j’ai inscrit ma fille afin qu’elle puisse participer et s’amuser avec les autres enfants!"

De son côté, Roberto Gesta de Melo, membre du Conseil de l’IAAF et président de la Confédération sud-américaine d’athlétisme, a justifié cette initiative. "L’une des raisons pour laquelle nous l’avons appuyée était de montrer que les champions pouvaient naître partout s’ils bénéficiaient des bonnes opportunités.

"Ces Indiens indigènes possèdent certainement dans leurs rangs des jeunes susceptibles de devenir des athlètes professionnels dans le futur. Nous sommes fiers de pouvoir leur offrir un aperçu de ce sport et de leur donner l’occasion de rencontrer les grands champions qui nous accompagnent aujourd’hui.

"Nous bénéficions non seulement de la présence du président de l’IAAF et d’autres collègues du Conseil, mais aussi de celle d’athlètes de légende tels que Sergey Bubka, Sebastian Coe, Alberto Juantorena, Jefferson Perez et Nelson Prudencio. Je suis certain que les jeunes repartiront de cette compétition avec des souvenirs exceptionnels et j’espère qu’ils seront inspirés par la rencontre de ces monstres sacrés."

En prélude à la compétition, quelques Indiens de la tribu Satere-Mawe ont effectué une démonstration du "rituel Tucandeira" pour leurs invités. Ce rituel qui a lieu chaque année en novembre est un rite de passage pour les garçons de la tribu. Afin de prouver leur courage et leur résistance à la douleur, les garçons doivent enfiler des gants spéciaux remplis d’un certain type de fourmis amazoniennes munies d’un redoutable aiguillon. Malgré les piqûres incessantes, les garçons doivent danser et chanter jusqu’à ce que les anciens de la tribu décident que le rite de passage vers l’âge d’homme a été correctement accompli.

Nick Davies pour l’IAAF

Légende photo — Athlétisme dans la jungle : coucher de soleil sur le fleuve Amazone (Bruno Miani)