07 AUG 2013 Iaaf News Moscow, Russia

Congress opens with productive 1st IAAF World Athletics Forum in Moscow

IAAF Senior Vice President Robert Hersh at the IAAF World Athletics Forum in Moscow (Getty Images)IAAF Senior Vice President Robert Hersh at the IAAF World Athletics Forum in Moscow (Getty Images) © Copyright

- READ ON for English and French language versions of this story
- La traduction française suit le texte anglais

Ahead of the IAAF World Championships in Moscow, the first day of the 49th IAAF Congress played host to the 1st IAAF World Athletics Forum, providing an environment for lively and open debate among Congress delegates about the future of athletics.

This new IAAF initiative, held at the Crowne Plaza at Moscow’s World Trade Center, was chaired by IAAF President Lamine Diack and welcomed seven speakers and 17 panellists, each from a different country, as they provided expert and diverse perspectives and insights from both inside and outside the athletics family.

The first keynote address was delivered by Soichi Takahashi, general manager of international sports at Dentsu. He spoke about the current environment for sports in general, looking at where athletics stands in relation to other sports in terms of audience and viewership. Takahashi also touched upon the most popular platforms in sport as well as the major marketing and consumer trends.

Following that, IAAF General Secretary Essar Gabriel outlined the vision, missions and objectives of the 2013-2016 IAAF Strategic Plan, which picks up the baton from the IAAF Athletics’ World Plan – a ten-year strategy to propel the sport forward, which concluded in December last year.

The IAAF Strategic Plan comprises three phases – strategic and organisational review, strategic plan, and action plan – and it begins with the six IAAF core values: universality, leadership, unity, excellence, integrity and solidarity.

The next two years will be the kick-off phase of the IAAF Strategic Plan. There are 33 sub-objectives, of which 15 are new and 18 are on-going, with 79 milestones to chart the progress of the Plan.

IAAF Senior Vice President Robert Hersh outlined some of the latest evolutions for future IAAF competitions, of which one of the most significant was the new qualification system for the Olympic Games and World Championships.

Effective for the 2015 IAAF World Championships in Beijing, there will be a fixed number of athletes per event with the combined total of 2000 athletes competing. Instead of ‘A’ and ‘B’ standards, there will be a single qualification standard for each event, which aims to fill 75% of the quota for that discipline. The rest of the places will be filled by the top-ranked athletes in each event.

All other existing qualification elements – such as the three athletes per nation rule and wildcard entries – will remain generally unchanged. In future this qualification format may be extended to youth and junior championships.

Another development Hersh outlined was the inclusion of an 8x100m relay at the Youth Olympic Games. Held in a public venue outside of the stadium, it will involve all athletes at the event – not just sprinters, but throwers, jumpers and distance runners too. The team selection will be random and they will decide the running order among themselves.

Pere Miro, director of Olympic solidarity, gave an update on the current IOC Olympic solidarity programme, and he was followed by Timothy Armstrong from the World Health Organisation who explained ways in which people within athletics can make the world a healthier place.

There were three breakout sessions in the afternoon, each of them featuring IAAF Council members and respected athletes.

The first, which was on the subject of promotion and development of athletics, saw former Marathon World record-holder Tegla Loroupe talk about her own experiences and how she has made positive changes in her home country of Kenya through the Tegla Loroupe Peace Foundation.

“When I competed, my thought was always, ‘what can I do to help athletes from my area?’ I knew there were so many other athletes who were better than me but had never had the opportunity to train or compete,” she said.

“I had lots of offers to compete for other countries, but I turned them down. I don’t run away from problems. I wanted to run for my country to empower women and put something back. But running isn’t the only way to get us to another level; education is important too.”

The second breakout session, on the subject of ethics in athletics, was chaired by IAAF Vice President Sebastian Coe. In it, Marathon World record-holder Paula Radcliffe spoke about the risks of corruption in athletics; mainly with regards to doping, but also illegal betting and age manipulation.

“What we underpinned was that we need to work a lot more on the ethics and morals of young athletes and increase the level of sanctions so the risks outweigh the benefits for potential cheats,” said Radcliffe.

“In some cases, young athletes are actually being abused, if they're being forced to believe they have no other option but to dope. In those cases, the abusers should be sanctioned.

“We need to work on the moral and ethical standpoint where athletes stand tall and are proud of what they’ve achieved because they’ve done it fairly. It’s the core, the future and marketability of the sport.”

IAAF governance was the theme of the third breakout session. Chaired by IAAF Council member Abby Hoffman, 1993 World 200m champion and IAAF Council member Frank Fredericks outlined ways in which the IAAF can evolve through consulting with athletes.

“As chairman of the IAAF Athletes Commission, I want to make sure that the voice of the athlete is taken seriously,” said Fredericks. “It’s very important that athletes know their voices are being heard.

“We want to be able to say what athletes on the ground want, what they feel and what they want changed. Ideally every member federation should have its own athletes commission. That way, if there are problems in any country, I want to be able to discuss them directly with the athletes.”

Hoffman, twice an Olympic 800m finalist for Canada, perhaps summed the day up best.

“We had a terrific level of engagement in our forum; if anything, it ended too soon,” she said. “I really hope we'll do it again because there was a lot of demand for people to participate in meaningful discussion.”

IAAF

Le Congrès de l'IAAF s'ouvre à Moscou par un premier Forum mondial de l'athlétisme très productif

En amont des Championnats du Monde de l'IAAF de Moscou, la première journée du 49e Congrès de l'IAAF a été l'occasion de l'organisation du 1er Forum mondial de l'athlétisme de l'IAAF, au cours duquel les délégués du Congrès ont pu se livrer à des débats animés et ouverts portant sur l'avenir de l'athlétisme.

Cette nouvelle initiative de l'IAAF, tenue à Hôtel Crowne Plaza, au World Trade Center de Moscou, était présidée par le Président de l'IAAF, Lamine Diack, et a vu sept conférenciers et 17 intervenants, de pays tous différents, s'exprimer et donner leurs points de vue d'experts, tant depuis la perspective de la Famille de l'athlétisme que d'en-dehors.

Le premier discours de présentation a été donné par Soichi Takahashi, directeur du département Sports internationaux de Dentsu. M. Takahashi a d'abord situé le contexte général actuel du sport, se focalisant sur la place qu'y occupe l'athlétisme, en termes de nombre de spectateurs dans les stades et de taux d'audience télévisés. Il s'est ensuite attardé sur les plateformes les plus populaires dans le sport, ainsi que sur les tendances les plus fortes identifiées au niveau du marketing ainsi que du comportement des consommateurs.

Il a été suivi du Secrétaire général de l'IAAF, Essar Gabriel, qui a décrit la vision, les missions et les objectifs du Plan Stratégique 2013-2016 de l'IAAF, qui succède au Plan Mondial de l'Athlétisme, une stratégie sur dix ans conçue pour propulser le sport vers l'avant et qui s'est conclue l'an dernier.

Le Plan Stratégique de l'IAAF comprend trois phases successives – une revue stratégique et organisationnelle, un plan stratégique et un plan d'action  - et s'appuie sur le socle des six valeurs centrales de l'IAAF: Universalité, Leadership, Unité, Excellence, Intégrité et Solidarité.

Les deux prochaines années vont constituer la phase de mise-en-route du Plan Stratégique de l'IAAF. Celui-ci comporte 33 sous-objectifs, dont quinze sont nouveaux et dix-huit sont dans la continuité de ce qui était déjà en place; 79 étapes-clés permettront en outre de suivre la progression du Plan.

Le premier vice-président de l'IAAF Robert Hersh, a ensuite dressé le profil de quelques-unes des évolutions les plus récentes se rapportant aux compétitions de l'IAAF, parmi lesquelles la plus significative est le nouveau système de qualification pour les Jeux olympiques et les Championnats du Monde.

À compter des Championnats du Monde de l'IAAF de 2015, à Pékin, un nombre fixe d'athlètes sera défini par épreuve, pour un total combiné de 2000 compétiteurs. À la place des normes de qualification "A" et "B", il y aura désormais des Minimas de qualification unique pour chaque épreuve, avec pour objectif de remplir ainsi 75% du quota qui lui est attribué. Les places restantes seront attribuées aux athlètes les mieux classés dans chaque discipline.

Tous les autres éléments de qualification existants – telle que la règle de trois athlètes par pays et l'utilisation de wild cards – demeureront généralement inchangés. À l'avenir ce format de qualification pourrait également être étendu aux championnats cadets et juniors.

Un autre développement présenté par Hersh a été l'inclusion d'un relais 8x100m au programme des Jeux olympiques de la Jeunesse. Organisé dans un site public en dehors du stade, ce relais impliquera tous les athlètes présents à la compétition, c'est-à-dire non seulement les sprinters, mais également les lanceurs, les sauteurs et les coureurs de fond. La sélection des équipes se fera de manière aléatoire, et il appartiendra aux coureurs eux-mêmes de définir l'ordre dans lequel chacun partira.

Pere Miro, le directeur de Solidarité olympique, a présenté un rapport d'activités à jour du programme de cet organisme du CIO. Il a été succédé à la tribune par Timothy Armstrong, de l'Organisation mondiale de la Santé, qui a exposé différentes manières dont les acteurs de l'athlétisme peuvent contribuer à accroître la santé publique générale au travers du monde.

L'après-midi a été l'occasion de trois séances de travail distinctes, chacune incorporant des membres du Conseil de l'IAAF ainsi que des athlètes respectés.

La première séance, qui traitait de la promotion et du développement de l'athlétisme, a vu l'ancienne détentrice du record du monde du marathon, Tegla Loroupe parler de son propre cheminement et comment elle a réussi à introduire des changements positifs chez elle, au Kenya, au travers de la Fondation Tegla Loroupe pour la paix.

"Lorsque j'étais encore compétitrice, je me demandais sans cesse ce que je pourrais bien faire pour assister les athlètes de ma région. Je savais qu'il y en avait beaucoup qui étaient plus talentueuses que moi, mais qui n'avaient jamais eu l'opportunité ni de s'entraîner ni de s'aligner au départ de courses," a expliqué Loroupe.

"J'ai reçu un grand nombre d'offres pour représenter d'autres nations, mais j'ai toujours refusé. Je ne fuis jamais les problèmes: je tenais à courir sous les couleurs du Kenya afin de contribuer à une prise de conscience des femmes, et rendre un peu de ce que j'avais reçu. Mais la course à pied ne représente pas la seule manière de nous permettre d'atteindre un autre niveau: l'éducation est importante également."

La seconde séance de travail, portant sur le sujet de l'éthique en athlétisme, était présidée par le vice-président de l'IAAF Sebastian Coe. Paula Radcliffe, la détentrice du record du monde du marathon, s'y est exprimée sur les risques de corruption qui existent en athlétisme – principalement liés au dopage, mais comprenant également les paris illégaux et les manipulations des dates de naissance des athlètes.

"Ce que nous avons souligné est qu'il nous faut travailler bien plus sur le côté éthique et moral des jeunes athlètes, tout en augmentant les niveaux de sanctions, afin que les risques pèsent davantage que les bénéfices pour les tricheurs potentiels," a dit Radcliffe.

"Dans certains cas, de jeunes athlètes sont victimes d'abus, lorsque par exemple on les force à croire qu'ils n'ont d'autre option que de se doper. Dans de tels cas, les personnes coupables de ces abus doivent être sanctionnées.

"Nous devons travailler sur le côté éthique et moral, afin que les athlètes puissent marcher la tête haute et être fiers de ce qu'ils ont réussi, parce qu'ils y seront parvenus sans tricher. C'est là que se situent le cœur, l'avenir et la valeur commerciale du sport."

La gouvernance de l'IAAF était le thème de la troisième séance, présidée par Abby Hoffman, membre du Conseil de l'IAAF. Frank Fredericks, le champion du monde du 200m en 1993, et membre du Conseil de l'IAAF, y a décrit plusieurs manières dont l'IAAF peut évoluer au travers de la consultation des athlètes.

"En ma capacité de président de la Commission des Athlètes de l'IAAF, je veux être certain que la voix de l'athlète est bien entendue et ses propos pris au sérieux, a dit Fredericks. Il est très important pour les athlètes de savoir qu'on les écoute.

"Nous voulons pouvoir nous faire les porte-paroles de ce que veulent les athlètes sur le terrain, de ce qu'ils ressentent et des changements qu'ils aimeraient voir apportés au système. Dans l'idéal, chaque Fédération membre posséderait sa propre commission des athlètes. De cette manière, s'il devait survenir un problème dans un pays, quel qu'il soit, je pourrais instantanément établir un lien direct avec les athlètes."

C'est peut-être bien Hoffman, deux fois finaliste olympique du 800m pour le Canada, qui  a le mieux résumé cette journée, lorsqu'elle a déclaré:

"Nous avons assisté à un excellent niveau d'engagement dans notre forum: en fait, le seul regret est peut-être qu'il se soit terminé trop tôt. J'espère vraiment que nous allons renouveler l'expérience, parce qu'on sentait bien que tout le monde était vraiment désireux de contribuer à ces débats fructueux."

IAAF