13 NOV 2013 Iaaf News Johannesburg, South Africa

IAAF statement to the 2013 World Conference on Doping in Sport

Anti-doping (IAAF)Anti-doping (IAAF) © Copyright

- READ ON for English and French language versions of this story
- La traduction française suit le texte anglais

Abby Hoffman, an IAAF Council Member and a Member of the IAAF’s Medical and Anti-Doping Commission, delivered a strong statement about the IAAF view of the new WADA Code to the 2013 World Conference on Doping in Sport organised by the World Anti-Doping Agency (WADA) in Johannesburg on Wednesday (13).

The statement was delivered on behalf of the IAAF President Lamine Diack, the IAAF Council, and the 212 Member Federations of the IAAF, as well as the millions of participants in the sport around the world.

“Since the adoption of the current (WADA) Code in 2009, the IAAF has implemented an increasingly aggressive anti-doping campaign and we have been in the vanguard of new measures to combat doping. 

“We have developed an intelligence-based testing programme tailored to the specific characteristics of training and competition in our sport. We have made significant investments in an Athlete Biological Passport programme which has already proven effective for both target testing and the prosecution of blood doping cases. 

“In the past 12 months alone, the IAAF has concluded more than 20 doping violations using our Biological Passport system. More cases will follow.    

“Our policy (and practice) for long term storage and re-testing of samples collected at our World Championships has enabled us to detect doped athletes years after the events in question through the application of new scientific methods and technology to previously collected samples.

“We have meaningful partnerships and information-sharing agreements with many anti-doping partners around the world as well as with governmental and law-enforcement agencies. These relationships are critical to understanding and apprehending individuals and networks involved in doping.

“We have backed up our testing programme with a rigorous system of results management both at national level and internationally before the Court of Arbitration for Sport (CAS). 

“The consequence is that there are currently 321 athletes serving a period of ineligibility under IAAF Rules, 296 of them for a sanction of two years or more.

“The fact that both high profile and lesser-known athletes have been caught is, in our view, a function of the success of our anti-doping programmes, not an acknowledgement of its failure. It reflects our determination to make athletics at all levels a sport that is clean, fair and honest. 

“The IAAF remains realistic about the prevalence of doping in athletics but, by committing significant resources to an anti-doping campaign that is based on intelligence, we have been consistently successful in apprehending cheaters. 

“We know there is still more to be done, including working more closely with key member federations and national anti-doping agencies to strengthen their domestic anti-doping programmes.

“The IAAF lauds many of the proposed revisions to the Code which will facilitate the greater use of investigations, place greater emphasis on profiling, motivate a more concerted focus on athlete support personnel, extend the statute of limitations, provide guidance to make testing regimes more efficient and rationalize the roles and relationships of the many players involved in anti-doping. These measures build on the foundations in place under the current Code. WADA should be congratulated for developing tools tailored to the modern day fight against doping.

“However, our support for many positive elements of the new Code is not without reservation. Specifically, we have a critical concern about proposed provisions to the new Code on the issue of sanctions. We speak on this subject from a position of considerable experience having overseen since 2009 the imposition of more than 500 sanctions in athletics under the current Code.

“The overwhelming majority of athletes in our sport have internalised the values of fair play and authenticity. Providing sport authorities deliver a level playing field, these athletes do not need to be deterred from the delusion and deception of doping, but for those athletes (and support personnel) who have chosen to cheat or are dealing with the temptation to do so, deterrence is critical. 

“Deterrence takes two forms: the probability of being apprehended by increasingly sophisticated testing regimes; and the prospect, if caught, of facing a significant penalty. 

“Penalties are a critical element of the anti-doping campaign and must serve as an adequate and proportionate response to the nature and seriousness of the infraction that has been committed. Athletics readily accepts to apply lesser penalties for less serious infractions where it is clear that they are unintentional in nature. But proportionality works both ways; and severe penalties must equally be imposed for serious infractions.

“The Athletics Family has long been unequivocal about the need for penalties for serious doping offences which reflect the seriousness of the infraction; and in the belief that serious penalties for serious offences are the most effective deterrent to doping. This is why we have actively pursued increased sanctions for serious violations under the ‘aggravating circumstances’ provisions of the 2009 Code, working alongside our members and national agencies and, where necessary, appealing lenient decisions from our national federations to CAS.

“At our most recent Congress in Moscow this past summer, our 200+ Member Federations again unanimously expressed their support for four year bans – just as they have done at many previous Congresses and major forums. 

“Many of our members and our athlete community regard four years as a minimum not the maximum. 

“One might think in the circumstances that the IAAF would welcome the proposed Code revisions on penalties. But we do not – or not unequivocally at least. 

“The new Code partially meets our expectations on penalties but in our view still comes up short in a number of key areas.

“Our concerns are the following:

“First, is the provision that four-year sanctions may be reduced to two years by an athlete simply claiming no intention to cheat (when the violations we are talking about are by their very nature intentional). As it stands, there is no qualifying language in the Code that requires athletes to provide any objective corroborating evidence beyond their own denial of intention.  

“This is particularly troubling given that the new Code proposes that the standard of proof on the athlete in establishing no intention be lowered from that of ‘a comfortable satisfaction of the Panel’ to ‘a balance of probabilities’ (and, where, by contrast, the standard of proof on ADOs to prove ‘intention’ in specified substance cases in order to increase a sanction from two-four years remains at the higher standard of ‘a comfortable satisfaction’).

“In 95% of the cases we face, the athlete denies doping outright; and the blame is routinely laid at the door of a sacrificial coach, doctor or other third party. The new Code provisions on intention play firmly into the hands of these athletes and their unscrupulous entourage and will only serve in our opinion to make cases more procedurally complicated, time-consuming and costly than they ought to be. 

“Our second concern is the proposal (in  Article 10.6) which would allow an athlete who has committed a serious doping violation to obtain a reduced sanction – from four down to two years – simply by admitting what has already been proven by an anti-doping organisation or a sport federation.

“This provision, if invoked on a regular basis, could severely undermine the deterrent effect of sanctions as few four-year sanctions would in fact be imposed.

“Our third main concern is that the new Code abandons the current concept of ‘aggravating circumstances’ – for example, evidence of a doping conspiracy, the use of multiple prohibited substances, the use of a prohibited substance on multiple occasions etc. – which has been easily understood and has proven to be an effective method for seeking increased sanctions under the current Code, at least in athletics. 

“Our conclusion is clear: while the stated objective of the new Code on penalties is to make longer – and specifically four-year penalties – the norm, there is a significant risk that the specific provisions of the Code will undermine and, in effect, work against the realisation of that goal. 

“Athletics will do its part, but we believe there needs to be a collective responsibility of the global sports community to move not just rhetorically but in reality to four-year sanctions for serious violations. 

“WADA has a key responsibility in this respect in overseeing the application of four-year sanctions for serious violations across all sports. WADA must be prepared to take affirmative action to enforce the four-year sanction, including appealing cases to CAS whenever four years has not been properly applied in serious cases; otherwise, there is a significant risk that we will all be dragged down to the lowest common denominator.

“And, CAS Panels must similarly be prepared to enforce four-year sanctions under the Code when the evidence before them is clear. 

“It is no good the IAAF unearthing – as we did – a serious case of pre-meditated and sophisticated cheating involving multiple athletes if the CAS Panel is ultimately only going to impose a sanction of two years and nine months. 

“When clear evidence of cheating is presented, four years must truly mean four years.

“Time will tell whether the sanction regime under the new Code will make more severe penalties the norm. Frankly we believe there are too many means of escape.

“We recommend therefore that WADA commit now to a mid-term review of sanctions (after no more than three years at most) to assess if the new Code is delivering intended outcomes with regard to four-year sanctions for serious doping violations and, if it is not, there should be a commitment from WADA to undertake a further review of the sanctions position in the Code at that time.”

IAAF

******

Déclaration de l'IAAF lors de la Conférence mondiale sur le dopage dans le sport

Abby Hoffman, membre du Conseil de l'IAAF et membre de la Commission Médical et antidopage de l'IAAF, a prononcé une déclaration ferme concernant la position de l'IAAF à l'égard du nouveau Code de l'Agence mondiale antidopage (AMA), à l'occasion de l'édition 2013 de la Conférence mondiale sur le dopage dans le sport, organisée par l'AMA à Johannesbourg ce mercredi (13).

La déclaration a été prononcée au nom du Président de l'IAAF, Lamine Diack, du Conseil de l'IAAF, des 212 Fédérations membres de l'IAAF, ainsi que des millions de participants de l'athlétisme au travers du monde entier.

"Depuis l'adoption du Code de l'AMA actuel, en 2009, l'IAAF a mis en place une campagne antidopage de plus en plus agressive; en outre, nous nous sommes placés, au travers de l'introduction de toute une série de nouvelles mesures, comme des précurseurs dans la lutte contre le dopage.

Nous avons mis au point un programme de contrôles basé sur les connaissances, spécifiquement adapté aux caractéristiques de l'entraînement et de la compétition propres à notre sport. Nous avons consenti des investissements significatifs dans un programme de Passeport biologique de l'athlète, et celui-ci s'est déjà révélé efficace, tant pour ce qui est des contrôles ciblés que des poursuites engagées dans le cadre de cas de dopages sanguins.

Rien qu'au cours des douze derniers mois, l'IAAF a ainsi conclu plus de vingt cas d'infractions avérées aux règles antidopage, grâce à notre système de Passeport biologique. D'autres cas sont à suivre.

Notre politique (et notre pratique) de stocker sur le long terme et de réanalyser des échantillons prélevés lors de nos Championnats du Monde, nous a permis d'identifier des instances de dopage plusieurs années après les compétitions en question, au travers de l'application de méthodes scientifiques nouvelles et des dernières technologies disponibles.

Nous avons établi des partenariats significatifs, et des accords d'échanges d'informations, avec de nombreux partenaires antidopage, ainsi qu'avec des agences gouvernementales et des organismes chargés de l'application des lois dans le monde entier. Ces relations sont essentielles pour comprendre et appréhender les individus et les réseaux impliqués dans le dopage.

Notre programme de contrôles est encore renforcé par un système rigoureux de surveillance des résultats, tant aux niveaux nationaux, que sur le plan international, auprès du Tribunal d'arbitrage sportif (TAS).

Il en résulte directement qu'actuellement 321 athlètes purgent une période de suspension en vertu des Règles de l'IAAF, dont 296 pour des périodes de deux ans et plus.

Le fait que des athlètes de tout premier plan, mais aussi des athlètes moins connus, aient été pris est, selon nous, la preuve de la réussite de notre programme antidopage et non pas la reconnaissance de son échec. Cela reflète notre détermination à faire de l'athlétisme, à tous les niveaux, un sport propre, équitable et honnête.

L'IAAF demeure réaliste quant à l'omniprésence du dopage dans le sport, mais en consacrant des ressources importantes à une campagne antidopage basée sur les connaissances, nous réussissons systématiquement à identifier des tricheurs.

Nous savons qu'il reste encore beaucoup à faire, notamment en travaillant plus étroitement avec les Fédérations membres et les agences antidopage nationales afin de les inciter à renforcer leurs programmes antidopage sur leurs territoires respectifs.

L'IAAF soutient un grand nombre des différentes propositions de révisions du Code, qui faciliteront le déclenchement d'un plus grand nombre d'enquêtes, mettront l'accent sur le profilage, focaliseront davantage l'attention sur l'entourage des sportifs, élargiront ou étendront les délais de prescription, détailleront des méthodologies pour mettre en place des contrôles plus efficaces et rationnaliseront les rôles et les relations liant les nombreux acteurs impliqués dans la lutte contre le dopage. Ces mesures s'appuient sur les fondations mises en place par le Code actuel. L'AMA doit être félicitée pour avoir développé des outils modernes pour la lutte antidopage.

Pour autant, et malgré le soutien qu'apporte l'IAAF à nombre d'éléments positifs du nouveau Code, celui-ci n'est pas sans réserve. Plus précisément, nous avons une préoccupation majeure concernant les dispositions proposées touchant à la question des sanctions. C'est là un sujet sur lequel nous nous exprimons en connaissance de cause, forts d'une expérience considérable en la matière, ayant supervisé depuis 2009 plus de 500 sanctions en athlétisme au regard du Code actuel.

L'immense majorité de nos athlètes portent ancrées en eux les valeurs du fairplay et de l'authenticité. Tant que les autorités sportives leur fourniront une arène où l'équité est la règle, ces athlètes-là n'auront pas besoin d'être dissuadés de céder à l'illusion de la triche et du dopage; par contre, en ce qui concerne les athlètes (et leur entourage) qui ont choisi de tricher, ou qui sont soumis à la tentation de tricher, il est essentiel de développer une politique de dissuasion.

La dissuasion prend deux formes: d'une part, une probabilité plus grande d'être appréhendé, avec l'apparition de contrôles toujours plus sophistiqués, et d'autre part, la perspective, si on est pris, d'essuyer des sanctions importantes.

 

Les sanctions sont un élément essentiel de la lutte contre le dopage, et elles doivent être en adéquation et en ligne avec la nature et la gravité de l'infraction commise. Nous acceptons volontiers d'appliquer des peines moins sévères pour des infractions moins graves, lorsqu'il est clair que celles-ci ne sont pas intentionnelles. Cependant, cette proportionnalité doit fonctionner dans les deux sens, et des sanctions sévères doivent être imposées dans le cas d'infractions sérieuses.

La Famille de l'athlétisme est depuis longtemps intimement convaincue de la nécessité de sanctionner de manière proportionnelle les infractions sérieuses en matière de dopage, et aussi que la dissuasion antidopage la plus efficace est l'existence de sanctions strictes pour les violations sévères. C'est pourquoi nous avons continué d'accroître la sévérité des sanctions pour des infractions graves, en vertu des dispositions prévoyant les "circonstances aggravantes" contenues dans le Code de 2009, travaillant de pair avec nos Fédérations membres et les agences nationales et, lorsque cela s'est avéré nécessaire, en faisant appel de sanctions trop clémentes appliquées par nos Fédérations membres auprès du TAS.

Lors de notre dernier Congrès à Moscou, l'été dernier, plus de 200 de nos Fédérations membres ont à nouveau exprimé à l'unanimité leur soutien pour la mise en place de suspensions allant jusqu'à 4 ans, comme elles l'avaient déjà fait lors de nombreux Congrès précédents, et aussi lors de conférences majeures.

 

Beaucoup de nos Membres et de nos athlètes considèrent qu'une période de suspension de quatre ans devrait représenter une sanction minimale, plutôt que maximale.

Ceci étant, on pourrait penser que l'IAAF se réjouisse des révisions proposées du Code en ce qui concerne les sanctions. Et pourtant, cela n'est pas le cas; du moins pas sans équivoque.

Si le nouveau Code répond partiellement à nos attentes sur les sanctions, il demeure, à notre sens, incomplet sur certains sujets.

Nos réserves en la matière sont les suivantes:

Tout d'abord, la disposition prévoyant que les sanctions de quatre ans puissent être réduites à deux ans, dès lors que l'athlète incriminé déclare simplement n'avoir eu aucune intention de tricher (alors même que les violations dont nous parlons sont de par leur nature-même intentionnelles). À l'heure actuelle, rien n'existe dans le Code exigeant des athlètes incriminés qu'ils produisent des preuves corroborées et objectives au-delà de leur simple déni d'intention de tricher.

Ceci est particulièrement troublant, attendu que le nouveau Code propose que la charge de la preuve incombant à l'organisation antidopage (OAD) voulant établir une violation d'une règle antidopage par un athlète affirmant n'avoir pas agi sciemment soit abaissée de celui de "satisfaction  de l'instance d'audition" à "un équilibre de probabilités". À l'inverse, les OAD désirant prouver qu'il y a bien eu "intention" d'avoir recours à des substances spécifiques, afin d'accroître une sanction pour la faire passer de deux à quatre ans, demeure au niveau plus élevé de "niveau de satisfaction standard").

Dans 95% des cas auxquels nous sommes confrontés, l'athlète nie catégoriquement le dopage, et la responsabilité en est rejetée bien souvent sur une tierce partie (entraîneur, médecin, autre…) qui se sacrifie pour l'athlète concerné. Les nouvelles dispositions du Code concernant l' "intention" ne peuvent qu'aller dans le sens de tels athlètes et de leur entourage sans scrupules, et n'arriveront, selon nous, qu'à rendre les cas plus complexes du point de vue procédurier, plus onéreux en termes de temps et également plus coûteux qu'ils ne devraient l'être.

Notre deuxième préoccupation est la proposition (Article 10.6) qui permettrait à un athlète qui a commis une infraction grave d'obtenir une sanction réduite (de quatre à deux ans), tout simplement en avouant ce qui a déjà été prouvé par une organisation antidopage ou par une fédération sportive.

Cette proposition, si elle est venait à être invoquée régulièrement, pourrait fortement nuire à l'effet dissuasif des sanctions, car très peu de sanctions de quatre ans seraient de fait imposées.

Notre troisième préoccupation principale concerne le fait que le nouveau Code abandonnerait le concept actuel de "circonstances aggravantes" (par exemple, la preuve d'une conspiration du dopage, l'utilisation de plusieurs substances interdites, l'utilisation d'une substance interdite à de multiples reprises, etc.), alors même que ce concept, dans le Code actuel, s'est avéré être facilement compris et une méthode très efficace pour accroître la longueur des sanctions, tout au moins en athlétisme.

Notre conclusion est claire: alors même que l'objectif principal du nouveau Code est que des sanctions plus lourdes - et spécifiquement des suspensions de quatre ans - soient considérées comme la norme, il existe un risque important que certaines de ces nouvelles dispositions affaiblissent, et même aillent à l'encontre, de la réalisation de cet objectif.

L'athlétisme fera sa part du travail, mais nous pensons qu'il doit y avoir une responsabilité collective de la communauté sportive mondiale pour mettre en place dans les faits, et pas simplement dans les propos, des sanctions de quatre ans pour des manquements graves à la règle en matière de dopage.

A cet égard, l'AMA a une grande responsabilité dans la supervision de l'application des sanctions de quatre ans pour les infractions sérieuses aux règles antidopage, et ce dans tous les sports. L'AMA doit être prête à prendre des mesures proactives pour faire appliquer les sanctions de quatre ans, y compris faire appel devant le TAS chaque fois que des suspensions de quatre ans n'ont pas été correctement appliquées pour des cas avérés graves. Dans le cas contraire, il existe un risque significatif que nous serons tous tirés vers le bas, selon le principe du plus petit dénominateur commun.

D'autre part les Formations du TAS doivent être prêtes, dans le même état d'esprit, à confirmer des sanctions de quatre ans en vertu du Code lorsque les preuves qui leur sont présentées sont clairement établies.

Il ne sert en effet à rien que l'IAAF identifie – comme cela est arrivé – un cas sérieux de triche sophistiqué et prémédité, et impliquant de nombreux athlètes, pour que, au bout de la procédure, la Formation du TAS ne finisse par infliger des sanctions de deux ans et neuf mois.

Lorsqu'il existe des preuves flagrantes de triche, une suspension de quatre ans doit véritablement signifier quatre ans.

Le temps nous dira si ces nouvelles dispositions permettront, dans le cadre du nouveau Code, de faire des pénalités fortes la nouvelle norme. Pour parler franchement, nous sommes persuadés qu'il existe trop d'échappatoires possibles.

Nous recommandons donc que l'AMA s'engage dès maintenant à une réévaluation des sanctions à mi-terme (après trois ans au maximum) afin de juger si le nouveau Code honore les résultats escomptés, pour ce qui est des suspensions de quatre ans pour des manquements graves à la règle. Dans le cas contraire, l'AMA devrait s'engager à procéder, à ce moment-là, à un nouvel examen de la position des sanctions dans le Code.

IAAF