24 JUL 2013 Iaaf News Monaco

Sophisticated anti-doping programme planned for Moscow - IAAF World Championships

IAAF World Championships Moscow 2013 logo (IAAF)IAAF World Championships Moscow 2013 logo (IAAF) © Copyright

- READ ON for English and French language versions of this press release
- La traduction française suit le texte anglais 

A comprehensive blood testing programme will be organised at the IAAF World Championships, Moscow, Russia, as part of a sophisticated anti-doping programme for the 14th edition of the championships which take place from 10th to 18th August 2013.

Two years ago the International Association of Athletics Federations (IAAF) collected blood samples from all athletes taking part in the 2011 IAAF World Championships in Daegu, Korea. That anti-doping programme which was conducted in close co-operation with the Lausanne WADA-accredited Anti-Doping Laboratory and with the support of the World Anti-Doping Agency and local partners was unprecedented in world sport history. It was the first time that nearly 2000 elite athletes competing in a major sports event were blood tested under the same optimal conditions, within the same time period.

The blood testing in Moscow will be conducted in support of the Athlete Biological Passport programme. 

As in Daegu, It will cover all disciplines in Athletics and a wide range of relevant biomarkers.  Notably, the analyses will not only screen markers indicating the use of EPO or blood manipulation in endurance events but also markers potentially indicating steroid or growth hormone doping more relevant to the power disciplines.

Suspicious results from the screening analyses performed on-site could, where appropriate, trigger follow-up target tests in Moscow in urine (notably for EPO) and/or further analyses for prohibited substances or prohibited methods in blood in Lausanne.

All results can ultimately be used in support of an anti-doping rule violation if an athlete’s overall biological profile is found to be consistent with the use of a prohibited substance or a prohibited method, in accordance with IAAF Anti-Doping Rules and Regulations.

500 urine samples

The blood testing programme in Moscow will be organised in addition to the regular doping controls that are collected at ever IAAF World Championships. Moscow 2013 will witness a programme of approximately 500 urine samples, in and out-of-competition combined. In accordance with the IAAF policy implemented for the first time in 2005 at the World Championships in Helsinki, urine samples collected in Moscow will be kept for long-term storage for possible re-analyses at a later stage in anticipation of new scientific developments. 

Analytical process in Moscow supervised by IAAF experts

The Anti-doping laboratory which will be used to process samples at the World Championships is accredited by WADA, and has not only been used for many years for testing in athletics but will also handle samples collected at the 2014 Winter Olympic Games in Sochi.

Nonetheless, as is usual at IAAF World Championships the testing process in Moscow will be carried out under additional IAAF control. All the analytical process in Moscow will be supervised onsite at the laboratory by IAAF scientific experts, Prof. Martial Saugy and Dr. Neil Robinson from the WADA-accredited Anti-Doping Laboratory in Lausanne.

IAAF

 

Programme antidopage renforcé à Moscou

Une campagne de prélèvements sanguins à grande échelle sera mise en oeuvre dans le cadre du programme anti dopage de l’IAAF lors de la 14ème édition des Championnats du monde d’athlétisme qui aura lieu à Moscou (Russie) du 10 au 18 août 2013. 

Il y a deux ans, l'Association internationale des fédérations d'athlétisme (IAAF) avait recueilli des échantillons de sang de tous les athlètes présents aux Championnats du monde de Daegu, en Corée. Ce programme de lutte contre le dopage qui avait été mené en étroite collaboration avec le laboratoire antidopage accrédité par l'AMA à Lausanne et avec le soutien de l'Agence Mondiale Antidopage et des partenaires locaux, avait été sans précédent dans l'histoire du sport mondial. C'était la première fois que près de 2000 athlètes faisaient l’objet d’un test sanguin dans les mêmes conditions matérielles et dans la même période durant un événement sportif majeur.

Les prélèvements sanguins effectués à Moscou s’effectueront dans le cadre du passeport biologique de l'athlète. Comme ce fut le cas à Daegu, ces contrôles concerneront toutes les disciplines d’athlétisme et un large faisceau de biomarqueurs du dopage. Les analyses cibleront non seulement les marqueurs indicatifs de l’usage d’EPO ou de manipulation sanguine dans les disciplines d’endurance, mais également ceux pouvant indiquer l’usage de stéroïdes ou de l’hormone de croissance dans les autres disciplines de force et de vitesse.

Les résultats suspects issus des premières analyses réalisées sur place pourront, le cas échéant, donner lieu à des contrôles urinaires ciblés à Moscou (notamment pour la recherche d’EPO) et/ou conduire à des analyses complémentaires des échantillons de sang, à Lausanne, en vue de la détection de substances ou de méthode interdites.

Tous les résultats pourront enfin être utilisés en tant que preuve d’une infraction aux règles antidopage de l’IAAF dans le cas où le profil complet d’un athlète serait considéré comme compatible avec l’utilisation d’une substance ou d’une méthode interdite conformément aux Règles et au Règlement antidopage de l’IAAF.

500 échantillons urinaires

Les contrôles sanguins organisés à Moscou viendront s’ajouter aux contrôles urinaires antidopage habituels qui ont lieu pendant tous les Championnats du monde. Au final, environ 500 échantillons d'urine seront prélevés à Moscou 2013, à la fois, en et hors-compétition. Conformément à la pratique initiée à l’occasion des Championnats du monde d’Helsinki en 2005, les échantillons prélevés à Moscou feront l’objet d’une conservation longue durée en vue d’éventuelles futures analyses à la faveur des progrès scientifiques en matière de détection.

Processus analytique à Moscou, sous le contrôle des experts de l'IAAF

Le laboratoire antidopage chargé d’analyser les échantillons prélevés lors des Championnats du monde est accrédité par l'AMA. Il a non seulement été utilisé pendant de nombreuses années pour les contrôles antidopage en athlétisme mais il sera également en charge des analyses lors des Jeux olympiques d'hiver en 2014 à Sotchi. Néanmoins, comme il est d’usage durant les Championnats du monde de l’IAAF, les analyses s’effectueront à Moscou sous la supervision des experts scientifiques mandatés par l’IAAF, le Professeur Martial Saugy et le Docteur Neil Robinson du laboratoire antidopage de Lausanne accrédité par l'AMA. 

IAAF