16 MAY 2013 Iaaf News Monaco

Turning the clock back to Moscow 1980

Italian high jumper Sara Simeoni (Getty Images)Italian high jumper Sara Simeoni (Getty Images) © Copyright

- READ ON for English and French language versions of this story
- La traduction française suit le texte anglais

The IAAF World Championships Moscow 2013, which takes place from 10 to 18 August, will be infused with memories of the last global athletics championship to be staged in the famous Luzhniki Stadium: the 1980 Olympic Games.

It was a very different era politically and several major athletics nations boycotted the Games – including the USA, West Germany and Kenya – but there was still a plethora of stunning performances from the 70 countries and 960 athletes who participated.

Six World records and four Olympic records were set over the nine days of action.

In the men’s field events, East German high jumper Gerd Wessig cleared 2.36m and Polish pole vaulter Wladislaw Kozakiewicz went over 5.78m while Soviet hammer thrower Yuriy Sedykh reached 81.80m to go into new territory for their events; performances that stand up well 33 years later and would possibly be good enough for medals again this summer.

On the women’s side, Soviet 800m runner Nadezhda Olizarenko clocked 1:53.43, a time that is still the second-fastest ever over two laps of the track, while her compatriot Nadezhda Tkachenko put together a tally of 5083 points in the now-defunct Pentathlon, and East Germany’s 4x100m quartet clocked 41.60 for another World record on the final day of the competition.

Equally memorable were some of the great races, including the famous Coe v Ovett duels in the men’s middle distance events, with the former taking the 1500m gold medal and the latter the 800m title.

Ethiopia’s Miruts Yifter achieved the 5000m and 10,000m double and his feats were an inspiration to a generation of African runners, not least a young Haile Gebrselassie, who was listening at home to the races on a radio.

Pietro Mennea, Italy's then World record-holder, came through strong in the closing stages to win a memorable 200m contest against Allan Wells, winner of the 100m.

In the women’s field events, the Moscow crowd were bowled over by the charm and grace of Italy’s High Jump champion Sara Simeoni and the power of East German discus thrower Evelin Jahl, who defended her crown from four years earlier with an Olympic record of 69.96m, unleashing four throws better than anyone else.

Looking back to 1980, it is also worth reflecting on how much has changed since then; not just in the political landscape, but also the athletics programme, and especially in the women’s events.

The longest running event was the 1500m and there was no Pole Vault, Triple Jump or Hammer Throw for women.

The very first IAAF World Championships was also three years away, having been agreed in 1978 at the IAAF Congress in Puerto Rico.

This August, when almost three times the number of countries and competitors will converge on the Russian capital than they did in 1980, many medallists from those Games will be present and able to provide a physical link between now and the events of 33 years ago.

IAAF

Remontée dans le temps: Moscou 1980

Les Championnats du monde de l'IAAF de Moscou 2013, du 10 au 18 août, ne manqueront pas de ranimer le souvenir des derniers grands championnats mondiaux à s'être tenus dans le célèbre stade Luzhniki: les Jeux olympiques de 1980.

La situation géopolitique était alors radicalement différente, et plusieurs grandes nations de l'athlétisme avaient boycotté ces Jeux – notamment les États-Unis, l'Allemagne de l'Ouest et le Kenya. Pour autant, une multitude de performances étourdissantes y ont été réussies par quelques-uns des 960 athlètes représentant les 70 nations présentes.

Six records du monde et quatre records olympiques ont en effet été établis au cours des neuf journées de compétitions d'athlétisme de Moscou 1980.

Dans les concours masculins, le sauteur en hauteur est-allemand Gerd Wessig a franchi 2,36m, le perchiste polonais Wladislaw Kozakiewicz a effacé une barre à 5,78m, tandis que le lanceur de marteau soviétique Yuriy Sedykh a enregistré un jet à 81,80m: autant de performances exceptionnelles qui seraient toujours impressionnantes de nos jours, 33 ans plus tard, et qui pourraient même suffire, pour certaines, à accéder au podium des mondiaux de cet été.

Chez les femmes, la Soviétique Nadezhda Olizarenko a effectué un chrono de 1'53"43 sur 800m, temps qui demeure le second plus rapide de l'histoire de la discipline; sa compatriote Nadezhda Tkachenko a cumulé 5083 points dans le pentathlon (épreuve discontinuée depuis lors), tandis que l'équipe du relais 4x100m de l'Allemagne de l'Est a établi un nouveau record du monde avec un temps de 41"60 lors de la journée de clôture de la compétition.

On a également eu droit, cette année-là à Moscou, à des courses d'anthologie, notamment les fameux duels opposant les Britanniques Seb Coe et Steve Ovett dans les finales de demi-fond, l'or étant revenu à Coe dans le 1500m, et à Ovett dans le 800m.

Le doublé 5000m/10 000m de l'Éthiopien Miruts Yifter a inspiré toute une génération de coureurs africains, dont un certain Haile Gebrselassie, qui n'a jamais oublié la ferveur avec laquelle, enfant, il avait suivi les exploits de son idole, l'oreille collée au transistor.

En finale du 200m, l'Italien Pietro Mennea, qui détenait alors le record du monde de la distance, est revenu sur le Britannique Allan Wells dans les dernières foulées pour s'emparer de la médaille d'or au terme d'une course haletante. Wells, lui, a gagné le titre olympique du 100m.

Dans les concours féminins, le public moscovite a été subjugué par le charme et la grâce de la sauteuse en hauteur italienne Sara Simeoni et la puissance de la lanceuse de disque est-allemande Evelin Jahl, qui a conservé son titre remporté quatre ans plus tôt grâce à un nouveau record  olympique de 69,96m; on peut noter que quatre de ses essais auraient chacun suffi à battre l'ensemble de ses adversaires.

Quand on repasse en revue l'année 1980, on réalise à quel point le monde a changé depuis lors - sur le plan politique bien entendu, mais également au niveau des programmes d'athlétisme, particulièrement du côté des femmes.

À l'époque, la course la plus longue était en effet le 1500m, et il n'existait ni saut à la perche, ni triple saut, ni lancer de marteau pour les femmes.

Les premiers Championnats du monde de l'IAAF, concept ratifié au Congrès de l'IAAF de Porto Rico de 1978, n'allaient voir le jour que trois ans plus tard, en 1983.

En ce mois d'août 2013, avec une présence dans la capitale russe de près de trois fois le nombre de compétiteurs et de nations que pour Moscou 1980, un grand nombre de médaillés de ces Jeux seront présents dans le stade, établissant ainsi un lien direct entre cette compétition et les événements qui s'y sont déroulés voilà maintenant 33 ans.

IAAF