05 JAN 2012 General News

AFRICA: A Brief Glance through IAAF History – Area Athletes, PART ONE

Kip Keino leading Ben Jipcho and Tapio Kantanen in the 1972 Olympic 3000m Steeplechase (Getty Images)Kip Keino leading Ben Jipcho and Tapio Kantanen in the 1972 Olympic 3000m Steeplechase (Getty Images) © Copyright

READ ON for English and French language version


- La traduction française suit le texte anglais



As we begin our year’s celebrations of the IAAF Centenary we are pleased to trumpet the athletics accomplishments of the six IAAF Area Associations by focusing on some of the high profile performances of their athletes.


PLEASE NOTE THESE ARE 500 WORD SUMMARIES as conveyed by their title ‘A Brief Glance through IAAF History’ AND ARE NOT MEANT TO BE COMPREHENSIVE HISTORIES. THERE WILL BE PLENTY OF MORE DETAILED INFORMATION PUBLISHED DURING THIS YEAR'S CELEBRATIONS OF THE IAAF CENTENARY.


Part One – AFRICA


African athletes have made a huge contribution to the sport, with the continent's illustrious history stretching back to even before the formation of the IAAF.


South Africa formed a national federation in 1894 and it was a sprinter from that country, Reggie Walker, who became the first African to win an Olympic gold medal when he took the 100m title in 1908.


However, African athletes gained greater prominence from the late 1950s onwards as many countries gained their independence and were determined to played a bigger role on the sporting stage.


A pivotal point was the famous barefoot marathon victory by Ethiopia's Abebe Bikila at the 1960 Olympic Games in Rome, striding through the night sky to equal the world best time.


Bikila, this time wearing shoes, retained his title in Tokyo four years later with another world record.


Kenya made its mark at the 1968 Olympics in Mexico City with Kip Keino capturing the hearts of athletics aficionados with his courageous front running to win the 1500m.


In the 1970s, Africa gave the world several great champions and World record setters like Uganda's 400m hurdler John Akii-Bua and Tanzania's 1500m runner and steeplechaser Filbert Bayi.


At the 1980 Moscow Olympics, the 5000m and 10,000m champion Miruts Yifter grabbed the headlines but in the decade as a whole it was Morocco's Said Aouita who took the limelight with five World records over various distances including being the first man to run 5000m in under 13 minutes.


Ethiopia's Haile Gebrselassie and his compatriot Kenenisa Bekele have then taken 5000m and 10,000m running to new levels in the last 20 years, with both men also winning a myriad of World and Olympic titles.


It would also be remiss not to mention Morocco's Hicham El Guerrouj, who dominated 1500m races for a decade before achieving a phenomenal 1500m and 5000m double at the 2004 Olympics.


Africa's women, despite often facing social and cultural barriers, quickly followed in the footsteps of their male counterparts.


Morocco's Nawal El Moutawakel won the 400m Hurdles gold medal at the 1984 Olympics in Los Angeles, beating Aouita to the honour of being her country's first gold medallist by three days.


The 1992 Olympics in Barcelona was another watershed for Africa's women.


Algeria's Hassiba Boulmerka followed up her 1500m victory at the 1991 World Championships with another title while the 10,000m saw a titanic battle in which Ethiopia's Derartu Tulu prevailed over South Africa's Elana Meyer.


The pair then went off hand-in-hand on a symbolic shared victory lap to provide a memorable image which symbolised a new era of unity for Africa.


Other great African women athletes of recent vintage include Mozambique's Maria Mutola, the 2000 Olympic champion who won the IAAF World Championships 800m on three occasions. She was even more dominating at the IAAF World Indoor Championships with seven victories.


Kenya's Catherine Ndereba won two World titles at the marathon and also set a World record over the classic distance, while Ethiopia's Tirunesh Dibaba has been a multiple World champion on the track and at cross country, something which Vivian Cheruiyot succeeded at in 2011.


Cameroon's Françoise Mbango has also shown that African women have talents other than just running and won Triple Jump gold medals at the 2004 and 2008 2008 Olympics.



Phil Minshull for the IAAF


--- --- ---



Afrique: un bref passage en revue de l'histoire de l'IAAF - Régions continentales, première partie


Alors que nous lançons les célébrations pour le Centenaire de l'IAAF, nous sommes ravis de passer en revue quelques-uns des exploits accomplis par les meilleurs athlètes des six Associations continentales régionales.


A noter que ces courts résumés ne doivent pas être considérés comme l'histoire exhaustive des différentes associations. Nous prévoyons en effet la publication d'articles bien plus détaillés ces prochains mois, en phase avec les célébrations du Centenaire.  


Première partie – l'Afrique


Les athlètes africains ont toujours contribué énormément à notre histoire, et ce depuis avant même la fondation de l'IAAF.


L'Afrique du Sud a créé une fédération nationale dès 1894 et c'est un sprinter issu de cette nation, Reggie Walker, qui est devenu le premier Africain à remporter un titre olympique, lorsqu'il a triomphé dans le 100m des Jeux de 1908.


C'est cependant à compter des années 50 que les athlètes africains ont véritablement commencé à s'illustrer, à mesure que les différents pays regagnaient leur indépendance et se montraient déterminés à jouer un rôle plus prépondérant sur la scène sportive mondiale.


Un des moments les plus déterminants de cette éclosion a été la victoire au marathon remportée par Abebe Bikila, courant pieds nus, aux Jeux de Rome en 1960, avec une meilleure performance mondiale.


A Tokyo, quatre ans plus tard, (chaussures aux pieds cette fois), Bikila défendait son titre avec succès, à nouveau avec une meilleure performance mondiale à la clé.


Le Kenya s'est particulièrement illustré lors des Jeux olympiques de Mexico en 1968, lorsque Kip Keino a remporté le 1500m au terme d'une finale héroïque qu'il a menée de bout en bout.


Dans les années 70, plusieurs Africains se sont imposés au plus haut niveau, établissant plusieurs records du monde. On se souvient notamment de l'Ougandais John Akii-Bua (400m haies) ou encore du Tanzanien Filbert Bayi (1500m et 3000m steeple).


Aux Jeux olympiques de Moscou de 1980, c'est le vainqueur du 5000m et du 10000m, Miruts Yifter, qui a fait les gros titres des journaux, mais il a été supplanté, si l'on considère la décennie dans sa totalité, par le Marocain Saïd Aouita, qui a cumulé cinq records du monde sur plusieurs distances. Il a, entre autres exploits, été le premier homme à passer sous la barre des 13 minutes sur 5000m.


L'Éthiopien Haile Gebrselassie et son compatriote Kenenisa Bekele ont ensuite fait passer les disciplines du 5000m et du 10 000m à de nouveaux niveaux d'excellence au cours des vingt dernières années, les deux hommes amassant pléthore de titres olympiques et mondiaux.


Le Marocain Hicham El Guerrouj, de son côté, a dominé le 1500m pendant quelque dix ans, avant de réussir un phénoménal doublé 1500m/5000m aux Jeux olympiques de 2004.


Les femmes africaines, en dépit d'avoir souvent dû surmonter des barrières culturelles et socio-culturelles, ont rapidement emboîté le pas à leurs homologues masculins.


Ainsi, la Marocaine Nawal El Moutawakel a été championne olympique du 400m haies en 1984 à Los Angeles, devançant Aouita de trois jours pour devenir la première représentante du Maroc à monter sur la plus haute marche d'un podium olympique.  


Les Jeux de Barcelone en 1992 ont marqué un tournant historique pour les femmes africaines, avec deux épisodes très marquants.


L'Algérienne Hassiba Boulmerka a confirmé son titre mondial sur 1500m des Championnats du monde de 1991 avec un titre olympique, tandis que le 10 000m femmes a été la scène d'un duel épique, au terme duquel l'Éthiopienne Derartu Tulu est venue à bout de la Sud-Africaine Elana Meyer.

Les deux femmes ont alors accompli un tour d'honneur main dans la main, image mémorable qui a symbolisé l'avènement d'une ère nouvelle d'unité africaine.


Une autre athlète africaine récente qui s'est particulièrement illustrée ces dernières années est la Mozambicaine Maria Mutola, la championne olympique de 2000, qui a remporté le 800m des Championnats du monde de l'IAAF trois fois. Elle a été encore plus dominante aux Championnats du monde en salle de l'IAAF, avec un total de neuf titres à son actif.


La Kenyane Catherine Ndereba a été championne du monde du marathon à deux reprises et a également établi un record du monde de la distance. L'Éthiopienne  Tirunesh Dibaba a gagné de multiples titres de championne du monde, tant sur piste qu'en cross, imitée en cela par Vivian Cheruiyot en 2011.


La Camerounaise Françoise Mbango a, elle, démontré que les Africaines ne sont pas uniquement talentueuses sur la piste, remportant des titres olympiques du triple saut en 2004 et 2008.


Phil Minshull pour l'IAAF


Légende illustration: Kip Keino mène devant Ben Jipcho et Tapio Kantanen lors de la finale olympique du 3000m steeple des Jeux de 1972 (Getty Images)