15 AUG 2012 General News

12 highlights - London 2012

Closing Ceremony - London 2012 (Getty Images)Closing Ceremony - London 2012 (Getty Images) © Copyright

READ ON for English and French language version
- La traduction française suit le texte anglais

Surprise winners, golden doubles, shock exits – the athletics competitions of the Games of XXX Olympiad, London 2012 had them all. Four World records**, 11 Olympic records and 23 world leads were set in total – all of which will long live in the memory as classic moments from the 2012 Games.

It’s nigh on impossible to pick just one or two top moments from the London 2012 Olympic Games. Even 10 highlights would be difficult to compile, but it’s just about possible to cram them all into a list of 12.

Rudisha's World record

Who says you need a pace-maker to break a World record in a distance event? Certainly not David Rudisha, who produced the highlight of the championships – and one of the greatest performances in athletics history – when winning the 800m with a World record of 1:40.91. The great Kenyan knew that his best chance of winning his first Olympic title would be to do what he knows best – run fast; faster than anyone else has ever been capable of. His tactic worked and it resulted in the greatest 800m race of all time as five men dipped under 1:43 and all four finalists broke 1:44. Rudisha became the first World record holder of the men's 800m to have won gold at both the World Championships and Olympic Games.

Bolt's historic triple; 4x100m World record

"I am now a legend," declared Usain Bolt, after becoming the first man to win the Olympic sprint double at back-to-back Games. And it's difficult to argue with the Jamaican, given all he has achieved over the past four years. His 100m and 200m victories in London were particularly satisfying, as he had suffered defeats in both events to training partner Yohan Blake at the Jamaican Championships earlier in the year. But Bolt was able to turn on the magic when it mattered most, and he was rewarded with a 9.63 Olympic record in the 100m and a 19.32 clocking in the 200m, following them both with a victory in the 4x100m in a World record to boot.

Flying Farah at the double

He came close to achieving the distance double at last year’s World Championships, but in London – and helped by the roaring home crowd – Mo Farah went one better and took two gold medals. First up was the 10,000m, the event he said was his priority, where the pace wound up lap after lap before Farah kicked away to take his first Olympic victory. The 5000m one week later was his third race of the Games, but he showed no signs of tiredness on the final lap as he saw off the challenge of the world’s best distance runners to take another gold medal.

USA obliterate 4x100m World record

After several near misses and a few wasted opportunities, the USA in the women's 4x100m finally benefited from the combination of perfect baton exchanges and an all-star team – Tianna Madison, Allyson Felix, Bianca Knight and Carmelita Jeter – and the result was truly stunning. They didn't just break the World record, they absolutely obliterated it with a sensational 40.82 – taking 0.55 off the record that had stood to East Germany since 1985.

Pearson wins close contest in 100m Hurdles

Sally Pearson is one of the most dominant athletes in the world, but being the hotly-tipped athlete for the women's 100m Hurdles in Olympic year is not necessarily a good thing – as the pre-race favourites for the past five Olympic titles will attest to, having all missed out on gold. Pearson ended that pattern and duly won gold, but despite breaking the Olympic record with 12.35, the race was much closer than anticipated. Defending champion Dawn Harper crossed the line almost level with the Australian, but after a nervous wait Pearson was declared the winner, just 0.02 ahead of Harper as Kellie Wells took bronze.

USA's 4x400m reign ended by Bahamas

Three of USA's top relay runners were struck by injury before the final of the men's 4x400m. Still, you'd expect the strongest 400m nation in history to field a relay team that is capable of beating the Bahamas – a nation who, in terms of population, is almost 1000 times smaller. But after a close run in the heats, the USA found themselves almost one second down at halfway in the men's 4x400m final. Tony McQuay put them back in the lead, but it wasn't to last as Ramon Miller produced the run of his life to give the Bahamas the victory in a national record of 2:56.72.

Harting escapes rare defeat

He was one of the biggest favourites of the Games. Robert Harting had not lost a discus competition for two years, and he was primed to win his first Olympic gold. Iran's Ehsan Hadadi unleashed a mammoth 68.18m in round one, to which Harting responded with 67.79m. The German remained cool, knowing that there were five more rounds in which to improve. But he failed to do so in the second, and the third. After the fourth round – with Harting's opening throw remaining his best – the situation became a bit more pressured. But the two-time World champion refused to panic and on his penultimate throw he sent his disc flying out to 68.27m. In a close competition, less than a quarter of a metre separated the three medallists.

Ennis lives up to expectations

She was billed as the face of the Games; Jessica Ennis was the 'Cathy Freeman’ of the London Olympics. Only her event took longer than 49 seconds – two days, in fact, as she had to cope with the weight of the host nation’s expectation throughout all seven events of the heptathlon. Her nerves were evident, but once each discipline got underway, Ennis produced some of the best performances of her life – including a 12.54 national record in the 100m Hurdles and a 22.83 PB in the 200m. Setting her second UK Heptathlon record of the year (6955), Ennis won by more than 300 points. It kick-started a gold rush for the host nation on the first Saturday of the Games as Britain went on to win two more titles within 40 minutes that evening.

Surprise winners - men’s Marathon and Javelin Throw

Championship marathons are notoriously tricky to predict, but such is the strength in depth of Kenya and Ethiopia in the event, it was difficult to look beyond the world’s top two distance-running nations. So strong was Kenya’s team, for example, that they could afford to leave the World record-holder at home, while Ethiopia fielded three men who had this year broken 2:05. Yet it was the previously unheralded Stephen Kiprotich of Uganda, competing in just his fourth marathon, who ran away with the title. With little more than three miles of running left, he stepped up a gear and left two-time World champion Abel Kirui and London Marathon winner Wilson Kipsang in his wake, pushing on to take gold in 2:08:01. More of a surprise still was the men�����s Javelin Throw with Keshorn Walcott of Trinidad and Tobago winning in a national record of 84.58. He was his country’s first ever Olympic throwing events finalist let alone medallist, its first Olympic track and field gold medallist since Hasley Crawford, the 1976 100m champion, and he also became only the second athlete to win World Junior and Olympic titles in the same season.

High quality in women’s 100m

Almost lost in the excitement of Britain’s 'Super Saturday’ was one of the greatest women’s 100m finals of all time. No longer is it just enough to dip under 11 seconds, hoping to get among the medals. Five women broke 10.9 as 11.01 was only good enough for eighth place. At the head of the field was Jamaica’s Shelly-Ann Fraser-Pryce, who fought off a strong challenge from World champion Carmelita Jeter to successfully defend the title she won four years earlier in Beijing.

Eaton's all-round display

There is no tougher test in athletics than the Decathlon, and what greater stage than the Olympics to determine the world's best all-round athlete? Not that Ashton Eaton's victory in the 10-discipline event was a surprise, as earlier this year he had broken the World record in the event with 9039. There's always the worry that something could go wrong, but fortunately for Eaton they did not materialise and the American performed close to his best in every event to win with 8869. Even team-mate Trey Hardee – a two-time World champion in the event – could finish no closer than 198 points to Eaton in the overall standings, declaring afterwards that Eaton is the greatest athlete the world has ever seen.

Kaniskina upstaged by new star of Race Walking and World record

She may not be a household name, but in recent years race walker Olga Kaniskina has established herself as one of the most dominant athletes on the planet, winning three World titles and the 2008 Olympic title. So when she reached the half-way stage of the women’s 20km Race Walk at the London Olympics with a huge lead, it looked as though it would be another inevitable victory for the Russian. But no one had given the script to Kaniskina’s younger team-mate, Yelena Lashmanova, who set off in pursuit of the long-time leader in the closing stages. The 19-year-old caught Kaniskina just moments before the line in one of the closest and most exciting finishes ever to a major championships Race Walk, setting a World record of 1:25:02. Competing in just her third ever race over the 20km distance, Lashmanova became the youngest ever Olympic race walking champion.

---

Finally, although they don’t count as athletics events, there were other magical moments that took place inside the Olympic stadium that deserve an honourable mention – the opening and closing ceremonies. Produced by film director Danny Boyle, the "Isles of Wonder" opening ceremony presented the host nation’s history in a unique – and at times bizarre – way, while the closing ceremony, directed by Kim Gavin, was a celebration of all things British and featured performances from some of the country’s top music stars. But most impressive was the use of technology to light up the stadium, leaving the 80,000 people in attendance absolutely captivated by the atmosphere.

Click here for EVENT REPORTS from of all competitions

Jon Mulkeen for the IAAF

** All World records are subject to the usual ratification procedures

--- ---

12 moments forts de Londres 2012

Des vainqueurs inattendus, des double médaill��s d’or, des éliminations surprises… les épreuves d’athlétisme de la XXXe Olympiade, Londres 2012, nous ont offert un festival éblouissant. Au total, quatre records du monde**, onze records olympiques et 23 meilleures performances mondiales ont été établis, autant de moments forts de Londres 2012 qui resteront gravés en lettres d’or dans les annales olympiques.

Il est véritablement impossible de sélectionner un ou deux points culminants des Jeux olympiques de Londres 2012, et même une liste de dix serait difficile à établir, mais nous allons nous attacher ici à en dresser les douze moments les plus exaltants.

Le record du monde de Rudisha

On entend souvent dire qu’un lièvre est indispensable pour qui veut établir un record du monde dans une course de fond. David Rudisha, lui, n’a semblé tenir aucun compte de ce précepte lorsqu’il a remporté la finale du 800m en un nouveau record du monde de 1’40"91 au terme d’une course saluée comme le plus grand 800m de tous les temps! Le magistral Kenyan était conscient que sa meilleure chance de remporter son premier titre olympique résidait en sa capacité à faire ce qui semble lui venir le plus naturellement: courir vite, plus vite que n’importe qui d’autre au monde n’en avait jamais été capable auparavant. Une tactique qui a port�� ses fruits, pour une course dans laquelle cinq hommes sont descendus sous 1’43 et tous les huit finalistes ont réussi un chrono de moins de 1’44! Rudisha est ainsi devenu le premier détenteur du record du monde du 800m hommes à remporter les titres de champion du monde et de champion olympique de la distance.

Le triplé historique de Bolt; record du monde du 4x100m

"Je suis désormais une légende," a déclaré Usain Bolt, sitôt après être devenu le premier homme à réussir le doublé olympique 100m - 200m pour la seconde fois d’affilée. Et qui se hasarderait à contredire le Jamaïcain, au vu de tout ce qu’il a accompli ces quatre dernières années? Ses victoires dans le 100m et le 200m de Londres ont certainement été d’autant plus satisfaisantes pour lui qu’il avait été battu sur les deux distances par son partenaire d’entraînement Yohan Blake à l’occasion des championnats de Jamaïque plus tôt dans l’année. Bolt a su opérer sa magie au bon moment, et il a sorti de sa manche un nouveau record olympique du 100m de 9"63 et un chrono de 19"32 au 200m, avec, pour parfaire le tout, une victoire dans le 4x100m, record du monde en prime.

Un merveilleux Farah volant d��croche le doublé

Mo Farah, qui n’était pas passé loin du doublé 5000m - 10 000m lors des Championnats du monde de l’an passé, a réussi cet exploit à Londres, porté par les rugissements d’une foule britannique en délire. D’abord il a décroché le titre du 10 000m, son objectif prioritaire, au terme d’une course dont le tempo était allé s’accélérant tour après tour jusqu’à ce que Farah ne lance son sprint effréné vers la victoire. La finale du 5000m, une semaine plus tard, était sa troisième course des Jeux, mais il ne trahit aucun signe de fatigue lorsque, dans le dernier tour, il a résisté aux assauts des meilleurs coureurs de fond de la planète pour décrocher son second titre.

Les USA pulvérisent le record du monde du 4x100m féminin

Après plusieurs occasions ratées de peu, et plusieurs opportunités gaspillées, l’équipe féminine américaine du 4x100m a finalement bénéficié d’une combinaison de passages de témoin parfaits et d’une équipe rassemblant les stars actuelles du sprint – Tianna Madison, Allyson Felix, Bianca Knight et Carmelita Jeter - pour un résultat véritablement époustouflant. Elles n’ont en effet pas fait que battre l’ancien record, elles l’ont tout simplement anéanti - leur chrono sensationnel de 40"82 étant plus rapide de 55 centièmes de seconde que celui de la RDA, établi en 1985.

Pearson remporte une finale du 100m haies très serrée

Sally Pearson est l’une des athlètes les plus dominantes au monde, mais le rôle d’archi-favorite du 100m haies en une année olympique n’est pas nécessairement bon signe, ainsi que pourraient en attester les coureuses ainsi désignées lors des cinq olympiades précédentes et qui se toutes fait battre le jour J. Pearson a finalement mis un terme à ce schéma pour remporter le titre, même si, malgré le fait d’avoir établi un nouveau record olympique de 12"35, la course a été tr��s serrée. La championne en titre, Dawn Harper, a en effet passé la ligne quasiment à égalité avec l���Australienne, mais, au terme de quelques moments d’attente anxieuse, Pearson a été donnée première, tout juste 2 centièmes de seconde devant Harper. La médaille de bronze est revenue à Kellie Wells.

Les Bahamas mettent fin au règne des USA dans le 4x400m masculin

Trois des meilleurs coureurs de relais des USA ont été victimes de blessures avant la finale du 4x400m masculin. Pour autant, on serait toutefois en mesure de penser que la nation la plus forte de l’histoire du 400m serait à même de présenter une équipe capable de battre les Bahamas, une nation dont le nombre d’habitants est de presque mille fois inférieure à la sienne. Pourtant - après une série déjà très disputée – les USA comptaient près d’une seconde de retard après les deux premiers relais de la finale du 4x400m final. Tony McQuay a bien repris la tête pour les USA, mais cela n’a pas duré car Ramon Miller a réalisé la course de sa vie pour offrir la victoire finale aux Bahamas en un temps de 2’56"72, un nouveau record national.

Harting échappe à une rare défaite

Il était parmi les grands favoris des Jeux. Robert Harting était, en arrivant à Londres, invaincu dans une compétition de lancer de disque depuis deux ans, et on attendait de lui qu’il décroche son premier titre olympique. L’Iranien Ehsan Hadadi a déclenché un gigantesque jet de 68,18m dans le premier tour, Harting, lui, réussissant 67,79m. Il ne se laissa pas pour autant démonter, sachant qu’il lui restait cinq tours pour remonter son retard. Au final, il fallut attendre le cinquième tour pour que l’Allemand, double champion du monde de la discipline, expédie son engin à 68,27m. Au terme d’un concours serré, moins de 25cm séparaient les trois médaillés.

Ennis répond aux attentes placées en elle

Annoncée comme la figure emblématique des Jeux, Jessica Ennis tenait un peu le rôle de la "Cathy Freeman de Londres 2012". Pour autant, à la différence de l’Australienne, dont la finale a duré près de 49 secondes, la Britannique a dû batailler deux jours durant, pendant lesquelles elle a porté les espoirs de sa nation dans les sept disciplines de l��heptathlon. Bien que visiblement nerveuse avant chaque épreuve, Ennis a produit quelques-unes des meilleures performances de sa vie, dont un record national du 100m haies en 12"54 et une meilleure performance personnelle de 22"83 au 200m. Avec son second record national de l���heptathlon de l’année en prime (6955), Ennis a finalement gagné avec plus de 300 points d’avance sur sa dauphine. Son triomphe a été suivi immédiatement - en moins de 40 minutes - par deux autres médailles d’or pour la nation hôte en ce premier samedi du programme d’athlétisme.

Vainqueurs inattendus dans le marathon et le lancer de javelot masculins

Les marathons de championnats ne sont jamais faciles à prédire, mais le Kenya et l’Éthiopie ont tant de coureurs de qualité dans cette discipline, que peu d’observateurs se seraient hasardé à donner une autre nation gagnante. Ainsi, le Kenya avait une équipe tellement forte qu’il a pu se permettre de ne pas sélectionner le détenteur du record du monde, tandis que l’Éthiopie comptait dans ses rangs trois hommes auteurs de temps sous les 2h05. Et pourtant, en dépit de tout cela, c’est au final l’Ougandais peu connu Stephen Kiprotich, et qui ne courait ici que son quatrième marathon, qui s’est emparé du titre. Ayant accéléré la cadence à quelque cinq kilomètres de la ligne d��arrivée, il a laissé dans son sillage le double champion du monde Abel Kirui et le vainqueur du Marathon de Londres Wilson Kipsang, pour remporter la médaille d’or en 2h08’01.

Encore plus surprenant fut le résultat du lancer de javelot masculin, remporté par Keshorn Walcott de Trinité-et-Tobago, au prix d’un nouveau record national de 84,58m. Il était le premier lanceur de son pays qualifié pour une finale olympique, et de fait son premier lanceur médaillé, et aussi son premier médaillé olympique en athlétisme depuis Hasely Crawford, champion olympique du 100m en 1976. Walcott est également devenu seulement le second athlète �� remporter les titres mondiaux juniors et olympiques au cours d’une même saison.

Un 100m féminin de haut vol

Presque égarée dans l’effervescence du "Super samedi" britannique, la finale du 100m féminin a pourtant été une des plus grandes finales de tous les temps. Elle a démontré qu’il ne suffit désormais plus de simplement courir sous les onze secondes pour pouvoir espérer monter sur un podium. Ici, ce sont cinq femmes qui étaient sous les 10"9 et la dernière placée a réussi 11"01. Devant, la Jamaïcaine Shelly-Ann Fraser-Pryce a réussi à résister aux assauts de la championne mondiale Carmelita Jeter pour défendre avec succès son titre remporté quatre ans plus tôt à Pékin.

Eaton s’illustre

Le décathlon est le test le plus ardu de l’athlétisme et les Jeux olympiques sont sans conteste la plus grande scène qui soit pour le meilleur athlète polyvalent au monde. Si la victoire d’Ashton Eaton dans l’épreuve de dix disciplines ne fut en fait guère surprenante, car il avait battu, quelques mois plus tôt, le record du monde avec un score de 9039, on ne sait jamais ce qui peut arriver lors de chaque compétition. Heureusement pour Eaton, tout s’est bien passé à Londres, et l’Américain s’est approché de sa meilleure performance dans presque chaque discipline pour finalement triompher en 8869. Même son coéquipier Trey Hardee – double champion du monde du décathlon - a été relégué à 198 points au classement final, et il a déclaré au terme de la compétition qu’Eaton était le plus grand athlète que le monde ait jamais connu.

Kaniskina éclipsée par la nouvelle star de la marche et un nouveau record du monde

Son nom n’est peut-être pas le plus célèbre qui soit, mais au cours des dernières années la marcheuse Olga Kaniskina s’est imposée comme étant une des athlètes les plus dominantes de la planète, remportant notamment trois titres mondiaux ainsi que le titre olympique en 2008. De fait, quand on vit la Russe atteindre la mi-parcours du 20km marche féminin des Jeux avec une avance considérable sur ses poursuivantes, on pensait sa victoire inévitable. Malgré cela, la jeune coéquipière de Kaniskina, Yelena Lashmanova, 19 ans, était décidée à se battre jusqu���au bout et termina finalement première après avoir rattrapé Kaniskina à quelques foulées de la ligne pour une des arrivées les plus serrées et exaltantes d’une grande compétition de marche, avec un nouveau record du monde de 1’25"02. Lashmanova est ainsi devenue, dans ce qui n’était que sa troisième course sur 20km, la championne olympique de marche la plus jeune de tous les temps.

---

On ne saurait, en dehors des épreuves d’athlétisme elles-mêmes, passer sous silence les nombreux autres moments magiques qui se sont déroulés dans le Stade olympique, et en particulier les cérémonies d’ouverture et de clôture. La cérémonie d’ouverture, produite par le réalisateur de cinéma Danny Boyle, intitulée "Îles aux merveilles" nous a offert un condensé unique – voire par moments bizarre - de l’histoire de la nation hôte, tandis que la cérémonie de clôture, dirigée par Kim Gavin, a été une célébration de tous les aspects les plus classiques de la vie britannique avec des performances de quelques-uns de ses plus grands musiciens. L’aspect le plus impressionnant a été la manière dont les jeux de lumière, bénéficiant d’une technologie de très haut niveau, ont illuminé le stade pour créer une ambiance générale totalement captivante pour les 80 000 spectateurs qui se pressaient dans les tribunes.

Cliquer ici pour les COMPTE RENDUS de toutes les compétitions

Jon Mulkeen pour l’IAAF

** Tous les records du monde sont sujets aux procédures de ratification habituelles.

Légende illustration: la cérémonie de clôture de Londres 2012 (Getty Images)

Show me all pages related to this article

Disciplines
Competitions
Events
Loading ...