05 JAN 2012 General News

NACAC: A Brief Glance through IAAF History – Area Athletes, PART FOUR

Michael Frater, Usain Bolt, Yohan Blake and Nesta Carter of Jamaica celebrate victory and a World record in the men's 4x100 metres relay final  (Getty Images)Michael Frater, Usain Bolt, Yohan Blake and Nesta Carter of Jamaica celebrate victory and a World record in the men's 4x100 metres relay final (Getty Images) © Copyright

READ ON for English and French language version


- La traduction française suit le texte anglais


As we begin our year’s celebrations of the IAAF Centenary we are pleased to trumpet the athletics accomplishments of the six IAAF Area Associations by focusing on some of the high profile performances of their athletes.


PLEASE NOTE THESE ARE 500 WORD SUMMARIES as conveyed by their title ‘A Brief Glance through IAAF History’ AND ARE NOT MEANT TO BE COMPREHENSIVE HISTORIES. THERE WILL BE PLENTY OF MORE DETAILED INFORMATION PUBLISHED DURING THIS YEAR'S CELEBRATIONS OF THE IAAF CENTENARY.


Part Four – North America and Caribbean


The simmering energy of North America, Central America and the Caribbean nations has given athletics six Olympic Games, the world's oldest annual marathon, and countless star athletes aspiring to be the first, the fastest or simply the greatest.


Jim Thorpe of the USA was the first Olympic decathlon champion given the unofficial title "World's Greatest Athlete," in 1912 in Stockholm, days before the IAAF's founding.


Another American, Jesse Owens, set three World records in the sprints and jumps and tied a fourth within 45 minutes in May 1935. Owens went on to win four gold medals at the 1936 Olympics and inspire generations of American sprinters.


Jamaica got its role models in 1948 as Herb McKenley and Arthur Wint finished first and second in the 400m at the London Olympics.


American Al Oerter was the first to win one event at four consecutive Olympic titles, capturing the Discus crown from 1956 through 1968, almost never favoured to win.


Wilma Rudolph of the USA (triple gold medallist in 1960) and her countrywoman Wyomia Tyus (gold medallist in 1964 and 1968) led the way for sprinting women in the 1960s. Tyus was the first person ever to retain the Olympic 100m title, setting a World Record in 1968.


Cuban Alberto Juantorena, nicknamed ‘El Caballo’ (the horse) and ‘White Lightning’, completed a remarkable 400m/800m double at the Montreal Olympics, the latter in a World record.


As amateurism gave way, Edwin Moses of the USA set the standard for professionalism. Between 1977 and 1987, Moses won 122 400m hurdle races, three of them global championships, without a single loss, setting World Records four times. Moses continues to be a leader as chairman of the Laureus World Sports Academy.


American Carl Lewis's seven gold medals across four Olympics starting in 1984 (plus five World Championships and World Records at 100m and in the long jump) made him one of the most-decorated Olympians in athletics history and established him as the leader of an entire generation of short sprinters.


Two-time Olympic 100m medallist Evelyn Ashford of the USA won gold in 1984 and silver in 1988, when she was eclipsed by her astounding countrywoman Florence "Flo Jo" Griffith-Joyner. Griffith-Joyner took Olympic titles and World records at 200m and 100m in 1988. The records still stand.


Griffith-Joyner's sister-in-law, Jackie Joyner Kersee, won two Olympic and two World titles in the heptathlon and an Olympic and two World championships in the Long Jump; she also set World records in both events.


Gail Devers was another American multi-medallist, taking Olympic and World medals in the 100m and 100m Hurdles. Devers' competition was often Jamaican Merlene Ottey, who won two World Championships at 200m and more Olympic medals than any other woman ever in her long career.


Michael Johnson passed up the 100m in favour of the longer sprints, becoming the first man to win the 200m/400m in one Olympics and setting World Records in both over the course of his career.


Johnson's 200m record stood twelve years before falling to Jamaica's iconic Usain Bolt. Bolt became the face of athletics today when he won 100m, 200m and 4x100m in Beijing, all in World record times. He took the same three titles in the 2009 World Championships improving the clock in the two individual finals. In Daegu, he anchored home a World record in the relay, as well as retuning his 200m crown.



Parker Morse for the IAAF


--- --- --- ---


NACAC: un bref passage en revue de l'histoire de l'IAAF - Régions continentales, quatrième partie


Alors que nous lançons les célébrations pour le Centenaire de l'IAAF, nous sommes ravis de passer en revue les quelques-uns des exploits accomplis par les meilleurs athlètes des six Associations continentales régionales.


A noter que ces courts résumés ne doivent pas être considérés comme l'histoire exhaustive des différentes associations. Nous prévoyons la publication d'articles bien plus détaillés tout au long des célébrations du Centenaire au cours des mois à venir.  


Quatrième partie – NACAC (Amérique du Nord, Amérique Centrale et Caraïbes)


L'Amérique du Nord, l'Amérique Centrale et les Caraïbes ont accueilli à six reprises l'athlétisme dans le cadre des Jeux Olympiques, organisent le plus ancien marathon au monde et ont produit un nombre impressionnant de sportifs visant à devenir les athlètes les plus rapides, les plus forts ou tout simplement les meilleurs au monde.


Jim Thorpe des États-Unis a été le premier champion olympique du décathlon, et s'est vu décerner le titre officieux de "Plus grand athlète au monde" lors des Jeux de Stockholm en 1912, quelques jours à peine avant la création de l'IAAF.


Son compatriote, Jesse Owens, a établi trois nouveaux records du monde dans les sprints et au saut en longueur, et égalé un quatrième en l'espace de tout juste 45 minutes au mois de mai 1935. Owens a ensuite, l'année suivante, remporté quatre titres olympiques à Berlin, ses exploits inspirant des générations de sprinteurs américains.


Les Jamaïcains Herb McKenley et Arthur Wint ont à leur tour montré la voie à suivre aux jeunes de leur nation lorsqu'ils ont terminé respectivement premier et second du 400m des Jeux olympiques de 1948.


Al Oerter, représentant les États-Unis, a été le premier athlète à remporter quatre titres olympiques consécutifs dans une même discipline, remportant les finales du lancer de disque en 1956, 1960, 1964 et 1968, alors même qu'il n'était pratiquement jamais donné gagnant avant les épreuves.


Wilma Rudolph, (trois médailles d'or en 1960) et Wyomia Tyus, (médaillée d'or en 1964 et 1968), toutes deux des États-Unis, ont dominé le sprint féminin mondial dans les années 60. Tyus est devenue la première personne de l'histoire à défendre avec succès un titre olympique du 100m, établissant un record du monde en finale à Mexico en1968.


Le Cubain Alberto Juantorena, surnommé "El Caballo" (le cheval) ou encore "l'Éclair blanc", a réussi un remarquable doublé 400m/800m lors des Jeux de Montréal, remportant le 800m avec en prime un nouveau record du monde.


Avec l'avènement du professionnalisme, Edwin Moses, des États-Unis, a montré la voie, dominant totalement sa discipline; entre 1977 et 1987, Moses a en effet remporté 122 courses de 400m haies, trois d'entre elles des finales de championnats mondiaux, sans essuyer une seule défaite, établissant quatre records du monde. Aujourd'hui Moses, en sa qualité de Président de l'Académie des sports mondiaux Laureus, continue à être un leader international.


Carl Lewis, des États-Unis, a remporté pour sa part sept médailles d'or lors de quatre éditions différentes des Jeux olympiques, la première étant celle de Los Angeles en 1984, ainsi que cinq titres de champion du monde et des records du monde du 100m et de la longueur. Lewis est un des olympiens les plus médaillés de l'histoire et le leader incontesté de toute une génération de sprinters.


Double médaillée olympique du 100m, Evelyn Ashford, des États-Unis, a remporté l'or en 1984 et l'argent en 1988, où elle a été éclipsée par son époustouflante compatriote Florence Griffith-Joyner. Flo-Jo, comme on l'appelait, a remporté des titres olympiques et des records du monde sur 200m et 100m en 1988. Ces records n'ont toujours pas été battus à date.


La belle-sœur de Griffith-Joyner, Jackie Joyner Kersee, a gagné pour sa part deux titres olympiques et deux titres mondiaux dans l'heptathlon ainsi qu'un titre olympique et deux championnats mondiaux en saut en longueur; elle a aussi battu des records du monde dans ces deux disciplines.


Gail Devers a été une autre Américaine à avoir remporté de multiples titres, dont des médailles d'or olympiques et de championnats du monde sur 100m et 100m haies. Une de ses plus grandes rivales a été la Jamaïcaine Merlene Ottey, qui a gagné deux titres de championne du monde du 200m et plus de médailles olympiques que n'importe quelle autre femme dans l'histoire au cours de sa longue carrière.


Michael Johnson, également des États-Unis, a laissé de côté le 100m pour passer aux sprints plus longs, devenant le premier homme à réussir le doublé 200m/400m lors des mêmes Jeux olympiques et établissant des records du monde sur ces deux distances.


Le record du monde du 200m de Johnson est resté en place pendant douze ans, jusqu'à ce qu'il ne soit finalement battu par la superstar jamaïcaine Usain Bolt. Bolt est devenu la véritable figure de proue de l'athlétisme moderne en remportant le 100m, le 200m et le 4x100m à Pékin, à chacune de ses victoires assorties d'un nouveau record du monde. Il a gagné ces mêmes trois disciplines aux Championnats du monde 2009, battant ses propres records du monde dans les deux épreuves individuelles. A Daegu, deux ans plus tard, il a couru au quatrième relais pour la sélection américaine qui a établi un nouveau record du monde en finale du 4x100m et a défendu avec succès son titre dans le 200m.


Parker Morse pour l'IAAF


Légende illustration: Michael Frater, Usain Bolt, Yohan Blake et Nesta Carter célèbrent leur titre pour la Jamaïque avec un nouveau record du monde en finale du 4x100 de Daegu 2011 (Getty Images)