09 NOV 2009 General News Marathon, Greece

The success and potential of charity running – AIMS-IAAF Marathon Symposium

AIMS vice president Paco Borao (Valencia Marathon), speaking on "Historic Background of Charity Programs inside the Marathon Movement” (Sean Wallace-Jones)AIMS vice president Paco Borao (Valencia Marathon), speaking on "Historic Background of Charity Programs inside the Marathon Movement” (Sean Wallace-Jones) © Copyright

READ ON for English and French language versions of this press release

- La traduction française suit le texte anglais 

Marathon, Greece - Organisers of road races around the world gathered in Marathon on Saturday (7 Nov) for the 3rd AIMS-IAAF Marathon Symposium. On the day before the 27th Athens Classic Marathon (8), which featured around 12,000 runners (including running events at shorter distances), the topic was ‘Charity Programs and Marathon Movements’.

The Athens Classic Marathon led from Marathon to Athens on Sunday. It was there where the modern story of the classic race began back at the Olympics in 1896. The idea of the marathon origins from the legend of Pheidippidis, who is said to have run the distance from the battlefield near Marathon to Athens to announce the Greek victory against the Persians in 490 BC. After doing so he collapsed and died.

“There could not be a better place than here, at the Marathon Tomb, to renew our commitment to running, based on fairplay, friendship and peace,” said Paco Borao, the Vice President of AIMS during his speech at a ceremony at the tomb. The event was witnessed by the President of Greek, Karlos Papoulias. “As the queen of the Olympics marathon wants to carry on its image of ethics, solidarity and peace represented by this sport.”

“AIMS is an association devoted to promote running, working with the IAAF, all around the world and expanding knowledge and experience between members for the well-being of our favourite sport. Millions of people practice the easiest, healthiest, cheapest sport in life: running,” concluded Borao.

AIMS and the Athens Classic Marathon are also already preparing a unique jubilee event in 2010: It will then be 2500 years ago since the marathon was born. “In 2010 the Athens Classic Marathon will be an outstanding race. For every marathon runner it will be something special to participate in it. There could not be a more significant marathon jubilee. The race next year will be a similar highlight as the 100th Boston Marathon in 1996 or the Berlin Marathon after the fall of the wall in 1990,” explained Horst Milde, who is an AIMS Board Member and the Chairman of the Symposium.

Before the afternoon session of the AIMS Symposium the marathon flame was carried by a pupils’ torch relay from Marathon Tomb to the starting point of the Athens Classic Marathon. Here another flame was lighted and two small ones in laterns handed to representatives of two international marathons: The race in Mumbai on 17 January and the Vienna City Marathon on 18 April 2010 will feature a marathon flame from Marathon.

Among the key speakers at the Symposium was John Caine. He is the Special Projects Director of Nova International in Britain, which runs the Great Run races. Their most prestigious event is the Great North Run, the world’s biggest half marathon starting in Newcastle. Caine outlined in detail the success story of charity running. In 2008 the Great Run series had a total of 170,000 runners and generated an amount of 28 million British Pounds for charity. This was only the sum collected from those official charities with which the organisers cooperate. Caine expects the annual total to go beyond 30 million this year.

As Caine recommended organisers should first determine a certain percentage of their field size that they would like to reserve for charity runners. Then they have to contact those charities, which they would like to become official partners. After an agreement the organisers of the Great North Run then pass on vouchers to their charities. For each voucher a runner will receive a starting number for the race and the entrants are then treated by the organisation as every other participant.

 “This procedure works best in races, which are sold out so that runners can not enter any more through us,” explained Caine. His race offers a certain amount of places at the normal entry rate to the charities. Runners who decide to run for one of these charities will get the entry for free from one of the official charities provided they collect a certain amount of donations. The sums the charities normally ask for could be five times as high as the entry fee, which the charities paid to the organisers. So there is a good profit for a good cause.

Runners who run for a charity have a personal motivation to do so. As Caine explained this could have a medical or political background and it could also be an animal welfare or social issue. Charity runners approach family, friends, colleagues or other people they know, asking them to sort of sponsor their race by donating a certain amount to the charity. It could be something like a Euro for each kilometre or mile.

Besides substantial donations there is more with which to attract charities. At the Great North Run a charity partner gets a link and video clips on the event web site, they get space at the runners’ expo, special checkpoints at the course, a hospitality area for their runners in the finish area plus adverts in the programme. Individual stories of charity runners are also passed on to the media.

As Mark Dickinson, the race director of the Beirut Marathon, explained a race will receive additional publicity when the charity partner uses its contacts to search for charity runners. In Beirut organisers also make sure that during the TV live coverage a charity phone number is shown where viewers can donate instantly.

In Britain meanwhile the biggest race organiser is neither the Great Run nor the London Marathon but a charity organisation. As Caine reports there is a series of 5k races with a total of 750,000 runners. Course and time measurement don’t matter much in these races. While Caine stresses that it is a great success for the charity he believes that all aspects – the event, the charity and the sport – should benefit from charity running.

“In many parts of the world charity running is not common. Even in central Europe there is very little charity running,” said Milde. “This is why we at AIMS will continue to support the idea of charity running and encourage organisers to include it into their races. It is an important topic for the society.”

AIMS Marathon Symposium

 

Le succès et le potentiel des courses pour les œuvres caritatives – Symposium du Marathon AIMS-IAAF

Marathon, Grèce – Des organisateurs de courses sur route du monde entier se sont retrouvés dans la ville de Marathon samedi 7 novembre à l'occasion du troisième Symposium du Marathon AIMS-IAAF. Organisé la veille du 27e Marathon classique d'Athènes, qui a vu la participation de près de 12 000 coureurs (dont certains prenant part à des épreuves moins longues), le thème du Symposium était cette année: "Les programmes caritatifs et les marathons".

Le parcours du Marathon classique d'Athènes, couru le lendemain, reliait, comme chaque année, Marathon et Athènes. C'est là que le premier marathon de l'ère moderne a eu lieu, lors des Jeux Olympiques de 1896. Le concept même de l'épreuve émane de la légende selon laquelle un messager du nom de Phidippidès aurait rallié Athènes depuis le champ de bataille de Marathon pour annoncer la victoire grecque contre les Perses, en 490 avant Jésus-Christ. Sa mission remplie, il se serait effondré, mort.

"On ne saurait rêver endroit plus approprié pour nous réunir qu'ici, autour de la Tombe de Marathon, pour affirmer à nouveau notre engagement envers la course à pied, sur les bases du fair-play, de l'amitié et de la paix", a dit Paco Borao, le vice-président de l'AIMS dans son discours prononcé lors d'une cérémonie organisée autour de la tombe, en présence de M. Karolos Papoulias, président de la République grecque.

M. Borao a également rappelé que le marathon, épreuve reine des Jeux Olympiques, se doit de préserver l'image d'éthique, de solidarité et de paix qui est la sienne, avant de poursuivre:

"L'AIMS est une association qui se dévoue à la promotion de la course à pied, en collaboration avec l'IAAF, dans le monde entier. Nous nous attachons également à développer, partager et promouvoir les connaissances et expériences de nos membres pour le développement de notre sport favori. Des millions de personnes pratiquent le sport qui est le plus facile d'accès, le plus sain et le moins cher qui soit: la course à pied."

L'AIMS et le Marathon Classique d'Athènes préparent déjà un événement spécial pour un jubilé unique en 2010: 2500 ans depuis la genèse du marathon.

"En 2010, le Marathon classique d'Athènes sera une course hors du commun. Ce sera une manifestation spéciale pour les marathoniens qui y participeront. Il ne saurait y avoir de jubilé plus significatif pour la discipline. La course de l'année prochaine sera comparable en intensité à la centième édition du Marathon de Boston en 1996 ou à celle du Marathon de Berlin de 1990, le premier après la chute du mur", a expliqué Horst Milde, membre du conseil de l'AIMS et président de ce troisième Symposium.

Avant la session de l'après-midi du Symposium de l'AIMS, la flamme du marathon a été emmenée par un relais d'écoliers depuis la Tombe de Marathon jusqu'à la ligne de départ du Marathon Classique d'Athènes.

Une autre torche y a été allumée et deux torches plus petites ont été remises aux représentants de deux marathons internationaux, les courses de Mumbai, le 17 janvier, et de Vienne, le 18 avril 2010. Ces représentants présenteront officiellement cette flamme lors de leurs épreuves respectives.
Parmi les intervenants principaux du Symposium était M. John Caine, le Directeur des projets spéciaux pour la société britannique Nova International, qui régit les courses "Great Runs". Leur épreuve la plus prestigieuse est le Great North Run, le semi-marathon le plus important au monde, dont le départ a lieu à Newcastle.

John Caine a détaillé l'immense succès que connaît la course caritative. En 2008 la série des "Great Runs" a rassemblé un total de 170 000 coureurs et généré 28 millions de livres sterling pour des œuvres caritatives. Et encore ne s'agit-il là que de la somme collectée par les organisations caritatives officielles avec lesquelles les organisateurs collaborent.

Caine prévoit que le total pour 2009 va dépasser les trente millions de livres.
Caine a recommandé que les organisateurs décident d'entrée quel pourcentage du nombre total d'inscrits ils désirent réserver aux coureurs caritatifs. Il leur faut ensuite contacter les organisations caritatives qu'ils aimeraient désigner comme partenaires officiels.

Détaillant son expérience avec Nova International, il a encore expliqué qu'une fois qu'un accord est conclu, les organisateurs du Great North Run font parvenir des bons à leurs organisations partenaires. En échange de chaque bon, un coureur reçoit un numéro de dossard pour la course, et il est ensuite traité de la même manière que tous les autres coureurs inscrits.
"Cette manière de procéder fonctionne le mieux pour les courses dont les inscriptions sont closes, de sorte que les coureurs ne peuvent plus s'inscrire qu'à travers nous", a expliqué Caine.

Son épreuve réserve un certain nombre de places au prix normal d'inscription aux œuvres caritatives. Les coureurs qui décident de courir pour une de ces organisations reçoivent leur inscription gratuitement, à la condition expresse qu'ils collectent un certain niveau de dons. Les sommes que demandent généralement les organisations peuvent être de cinq fois supérieures aux frais d'inscription réglés par l'organisation, les fonds ainsi générés pour les bonnes causes peuvent se révéler substantiels.

Les coureurs choisissent une œuvre caritative donnée pour des raisons qui leur sont personnelles, et peuvent être d'ordre médical ou politique, ou encore liées à la cause des animaux ou à un aspect social qui leur tient particulièrement à cœur.

Une fois leur cause désignée, les coureurs caritatifs demandent à leur entourage (famille, amis, collègues ou d'autres personnes qu'ils connaissent…), d'accepter de les parrainer en faisant une donation du montant de leur choix. Il peut s'agir, par exemple, d'un euro par kilomètre ou par mile parcouru.

En plus de la possibilité de collecter des fonds, il existe d'autres raisons pour lesquelles les œuvres caritatives peuvent être intéressées par une collaboration avec les marathons. Lors du Great North Run, par exemple, une organisation caritative partenaire peut bénéficier d'un lien internet et de clips vidéo sur le site de la course, d'étapes de ravitaillement, d'une aire d'hospitalité pour ses coureurs dans la zone d'arrivée ou encore d'espaces publicitaires dans le programme de la manifestation. Des histoires individuelles de coureurs caritatifs sont également communiquées aux médias.

Mark Dickinson, le directeur du Marathon de Beyrouth, a expliqué comment, à l'inverse, la course peut bénéficier de publicité supplémentaire lorsque l'organisation caritative partenaire se sert de ses contacts pour identifier des coureurs caritatifs potentiels. A Beyrouth, les organisateurs s'assurent également que lors de la retransmission télévisée de la manifestation un numéro de téléphone caritatif, permettant des dons instantanés, soit affiché sur les écrans.

En Grande-Bretagne, la société organisatrice de courses la plus importante n'est ni le Great Run ni le Marathon de Londres, mais une organisation caritative. Caine a en effet expliqué qu'il y existe une série de courses de 5km qui rassemblent un total de 750 000 coureurs. Les parcours et les chronométrages importent moins dans ces courses.

Tandis que Caine met l'accent sur le fait que c'est un grand succès au niveau des dons caritatifs, il pense que chacun des aspects – la manifestation, la charité et le sport – doivent bénéficier du concept de la "course caritative".

"Dans beaucoup d'endroits du globe la course à pied caritative n'est pas répandue, a dit Milde. Même en Europe centrale le concept est très peu connu. C'est la raison pour laquelle, à l'AIMS, nous allons continuer à soutenir l'idée de la course à pied caritative et encourager les organisateurs à l'intégrer à leurs manifestations. C'est une question importante pour la société."

Symposium du Marathon de l'AIMS

Légende illustration: Paco Borao (Marathon de Valence), vice-président de l'AIMS s'exprime lors du Symposium AIMS / IAAF (Sean Wallace-Jones)