10 FEB 2014 General News Monaco

Eaton thinks heptathlon world record could fall in Sopot – IAAF World Indoor Championships

Ashton Eaton in the men's Decathlon at the IAAF World Athletics Championships Moscow 2013 (Getty Images)Ashton Eaton in the men's Decathlon at the IAAF World Athletics Championships Moscow 2013 (Getty Images) © Copyright

- Read on for English and French language versions of this story
- La traduction française suit le texte anglais

USA's Ashton Eaton has acquired all the combined events honours the sport has to offer in the past two years.

He set a heptathlon world record of 6645 points when winning the indoor discipline at the 2012 IAAF World Indoor Championships. He then went on to produce a decathlon world record of 9039 points at the 2012 US Olympic Trials before going on to win gold at the London 2012 Olympic Games and 2013 IAAF World Championships.

In the Polish city of Sopot next month, where the 2014 IAAF World Indoor Championships will be held between 7-9 March, he will be bidding to defend his first global title, which he won in Istanbul two years ago.

With less than one month to go until the biggest global athletics event of 2014, Eaton spoke to the international media in a teleconference on Monday (10).

Below are the edited highlights of that question-and-answer session.


You are just one month away from this year’s World Indoor Championships, how do you assess your form this time around?

Ashton Eaton: I took a big break after Moscow because 2011, 2012 and 2013 – that chunk together really taxed me. I started training late but based on the two competitions I’ve done so far this year, I don’t really feel I’ve lost very much. I did an indoor PB in the shot put and I did a decent 60 even though I had a bad start, and a couple of weeks ago I was one-hundredth away from my indoor hurdles PB, so far I think I’m going into Poland doing pretty good.


Tell us a little more about how you coped with injuries in 2013, and are they definitely behind you?

AE: Coping with injuries is always difficult for athletes because all we want to do is, basically, to have our best performances unhindered. When you have an injury you are hindered a little bit. The way I dealt with it wasn’t any different to any other athlete, I complained a lot! But when you are at a competition and you are on the line, you just try to forget about all of it and just try to get worked up.

The injuries were most seen in the high jump where I was jumping under two metres in all my multi-event competitions, which isn’t normally me. I took those hits and just tried to make up the points in other places.


Last Saturday in Boston (at the IAAF Indoor Permit meeting) you ran 60m in 6.73 and had an indoor PB of 15.05m in the shot put. Both performances were better than when you set the world record in Istanbul, so what does this tell you?

AE: I’ve been keeping track of my training sessions, I’ve done about 40 (this winter) and it tells me that I’m getting a little bit more mature. It’s not so much about the physical work now, it more the mental part of it. Remembering that, I’m like a seasoned veteran now, getting more performance done with less work.


Are you in the kind of shape to break the world indoor heptathlon record again in Sopot?

AE: Yes, I think so. Based on the amount of time I have left before the World Indoors, I think I am in shape to break the world record again.


Where are you going to prepare for the World Indoor Championships? Are you going to have a camp somewhere?

AE: My team and I have decided that Ireland is where we are going to do our training and preparation for Sopot. Generally, these types of decisions are made by my coach and my manager. My manager checks out where there is going to be good competition beforehand where we can do some of the events that we want to work on, my coach decides whether the travel and location was going to be satisfactory for getting ready to go to Poland; what they told us about Ireland sounded good to us (the athletes in Eaton’s group). We had been to Germany many times before, it’s not like any place is good or bad, it’s a change. Let’s see what Ireland has to offer!


How serious are you about the 400m hurdles and how does 2014 fit into your long term plans?

AE: Let me answer the last question first. It’s really important to get a rest in 2014. After doing ’11, ’12 and ’13, I realised the amount of mental and physical stress your body takes and the preparation you need for it. Also as I get older, I’ll be 28 by the time the next (Olympic) Games comes around, I’ll need to have a nice year in 2014, just take a break, reflect, and not really do any decathlons so that I don’t have the stress of trying to perform well in that event. It (2014) is going to be really important and I think it will set me up well for ’15, ’16 and ’17.

For the first part of the question, I’m pretty serious about everything that I attempt. When I start focusing on the hurdles after the World Indoor Championships, I’m going to be serious. I’m excited. I’m doing the 400m hurdles because it’s something new and it’ll be good for my fitness.


In your opinion, who could be the next person to go over 9000 points?

AE: Hmmm… that’s a hard question to answer. Look at someone like Dan O’Brien, if you take all his personal bests, it adds up to the most of any decathlete in history, 95-hundred points. Look at Bryan Clay, his add up to 94-mid; if you look at mine, mine add up to 94-mid. But both of those other guys never scored 9000 points.

Somebody may have all the potential and talent in the world but may not score 9000. Why? I don’t know but I think it’s difficult to peak for all 10 events. Who has the most potential now to score over 9000 points? Hmmm… I think Damian Warner is the next closest. He has a lot of speed and jumping ability, which is where you get a lot of the points, but he has to put together a decathlon where he can get high marks and consistent marks across all of the events. He is still young in the event so who knows when this could happen.


How do you assess the German decathletes?

AE: I think they are great. They are the most fun people to compete against. I love Michael (Schrader, 2013 IAAF World Championships silver medallist) and Pascal (Behrenbruch), and Rico (Freimuth). I think when Michael came back (from injury) it was really good for the German team to have all three top multi-event athletes there. They have a good crew, they are all pretty talented guys and they are all young guys. They are always going to be in contention for the medals as long as they stay consistent, keep training and stay healthy.


So what is your forecast for the European Championships in 2014?

AE: For the European Championships, and it always depends on who does it, but it should be such a good competition. Kevin Mayer (from France) is so up-and-coming and he’s very dangerous in a multi-event competition, then you have the Germans. Michael Schrader is coming back and, if he’s healthy, he’s obviously very dangerous. Those two guys should have a good competition. Who’s going to win? Well, it’s all about who makes the fewest mistakes.


You are an Oregon native so how proud are you that the 2014 IAAF World Junior Championships and 2016 IAAF World Indoor Championships will be coming to your state?

AE: I’m really pumped up. For the World Juniors, which is first, it’s going to be really nice for all these young athletes to come to one of the best tracks in all of the United States. I want them to have this experience because this is the track that started it off for me. Everyone can have a great performance; the atmosphere is always really great. When you are track athlete you want PRs, you want the track to be involved and I think Eugene offers that.

For the World Indoors in 2016, I think Portland has so much to offer the world. It’s a great cosmopolitan city. The design of the city is that it’s on the river so there’s a lot of bridges. It’s a fun, easy to access, very liberal city, accepting of all types of cultures. I think people are going to have a really great time there. Again, it’s all about the atmosphere.  To bring track and field to Oregon on these two years, it’s going to be great for the sport.


You mentioned the World Juniors, who were the people who inspired you the most?

AE: That’s a good question. When I was a junior and an up-and-coming athlete, I don’t think I looked to anyone for inspiration. I was so busy trying to improve myself and learning these new events and learning about the decathlon in general that I didn’t really have time to focus on anyone else. I was so busy learning how to hurdle, how to pole vault, how to throw the javelin, how to shot put that I didn’t really focus on anyone else.


Phil Minshull for the IAAF

*****

Eaton pense que le record du monde de l'heptathlon pourrait tomber à Sopot - Championnats du monde en salle de l'IAAF

Ces deux dernières années ont vu Ashton Eaton, des États-Unis, s'accaparer la totalité des honneurs disponibles pour les compétiteurs dans les épreuves combinées.

Il a ainsi établi le record du monde de l'heptathlon avec 6645 lorsqu'il a remporté le titre de champion du monde en salle de la discipline en 2012, avant de battre le record du monde du décathlon (avec 9039 points) lors des qualifications olympiques américaines. Il a également remporté l'or aux Jeux olympiques de Londres 2012 et aux Championnats du monde de l'IAAF 2013.

Le mois prochain, du 7 au 9 mars, la ville polonaise de Sopot accueille les Championnats du monde de l'IAAF, et Eaton y défendra son premier titre mondial, décroché à Istanbul voilà deux ans.

À moins d'un mois du plus important rendez-vous mondial de l'athlétisme de l'année, Eaton s'est entretenu avec la presse internationale à l'occasion d'une téléconférence ce lundi (10).

Vous trouverez ci-dessous des extraits de ces échanges.

À tout juste un mois des Championnats du monde en salle, comment décririez-vous votre forme actuelle?

Ashton Eaton: Après Moscou, j'ai pris du temps pour moi, loin des stades, parce que les trois années, 2011, 2012 et 2013, m'avaient vraiment épuisé. J'ai repris l'entraînement tard, mais, sur la base des deux compétitions auxquelles j'ai pris part cette année, je n'ai pas l'impression d'avoir beaucoup perdu. J'ai réussi une meilleure performance personnelle en salle au lancer du poids et aussi un bon 60m, en dépit d'un mauvais départ. En outre, il y a tout juste deux semaines, je me suis approché à un centième de seconde de mon record personnel sur les haies en salle; je pense donc que la Pologne s'annonce bien pour moi. 

Expliquez-nous comment vous avez géré vos blessures en 2013, et sont-elles définitivement derrière vous à présent?

AE: Le fait d'être blessé est toujours difficile pour un sportif, parce que tout ce que nous voulons, à la base, est de pouvoir concourir au maximum de nos capacités. Et bien entendu, toute blessure, quelle qu'elle soit, va nous limiter. Moi, j'ai géré la situation comme tous les athlètes; en me plaignant sans fin! Mais au final, quand vous vous retrouvez sur une ligne de départ, vous tentez de tout oublier et de simplement vous concentrer sur ce que vous avez à faire.

Mes blessures ont eu le plus grand impact au saut en hauteur, où j'ai constamment été sous les deux mètres à chacune de mes compétitions d'épreuves combinées, une barre qui ne me pose généralement aucun problème. Mais je me suis astreint à accepter la situation et tenter de compenser ces points perdus avec de bons résultats dans les autres disciplines.

Samedi dernier, à Boston, à l'occasion du Meeting en salle à Points de l'IAAF, vous avez couru le 60m en 6"73 et réussi un nouveau record personnel de 15,05m au poids. Ces performances sont toutes deux meilleures que celles réussies lors de votre record du monde d'Istanbul - qu'est-ce que cela vous inspire?

AE: Je suis de très près mes performances lors de mes séances d'entraînement; j'en ai fait environ 40 cet hiver, et mes résultats indiquent que je suis en phase de maturation. Je me focalise désormais plus sur le côté mental que physique. Je suis désormais comme un vétéran, fort d'une longue expérience, et j'arrive à de meilleures performances avec moins de travail.

Pensez-vous être dans une forme susceptible de vous permettre de battre votre propre record du monde de l'heptathlon à Sopot?

AE: Je le crois, oui. Au vu du temps qui nous sépare encore de l'ouverture des mondiaux, je pense être à même de le battre à nouveau.

Où prévoyez-vous de préparer Sopot? Allez-vous partir pour un stage quelque part?

AE: Nous avons décidé, avec mon équipe, de nous rendre en Irlande. En général ce sont mon entraîneur et mon manager qui prennent ces décisions. Mon manager se renseigne sur l'organisation de compétitions existantes, où je vais pouvoir m'aligner dans quelques-unes des disciplines sur lesquelles nous voulons nous focaliser, et mon entraîneur vérifie ensuite si les déplacements requis et le site choisi conviennent bien en vue de notre objectif final - en l'occurrence, dans ce cas, la Pologne. Et ce qu'on a entendu sur l'Irlande, au sein de notre groupe d'athlètes, nous a plu. Nous sommes souvent allés en Allemagne, et on s'y est trouvé bien aussi - mais ceci va représenter un changement. On se réjouit de voir ce que l'Irlande a à nous offrir!

Où en êtes-vous avec vos projets sur le 400m haies, et que va représenter l'année 2014 par rapport à vos projets sur le long terme?

AE: Permettez-moi de répondre d'abord à la seconde partie de votre question. Il est vraiment important que je mette du temps de côté pour récupérer au cours de 2014. Après 2011, 2012 et 2013, j'ai réalisé que le stress, tant physique que mental, que vous vous imposez est énorme pour atteindre le plus haut niveau. Maintenant que j'avance en âge - j'aurai 28 ans lors des prochains Jeux olympiques, en 2016 - je vais veiller à ne pas trop me pousser cette année, à simplement récupérer, réfléchir à ce que je veux faire. Je ne compte pas faire de décathlons, et donc je n'aurai pas de pression à ce niveau-là. En tout état de cause, 2014 va être très important pour moi, et je pense que cela va bien me positionner dans la perspective de 2015, 2016 et 2017.

Quant à la première partie de la question, je suis toujours très sérieux dans tout ce que j'entreprends. Une fois que je commencerai à me focaliser sur le 400m haies, après Sopot, je vais tout faire pour réussir ce nouveau défi, et, en plus, cela contribuera à ma forme physique générale. C'est très exaltant pour moi.

Selon vous, quel pourrait être le prochain athlète à franchir la barre des 9000 points?

AE: Hmmm… Ce n'est pas une question facile. Si on regarde, par exemple, quelqu'un comme Dan O’Brien, et qu'on additionne toutes ses meilleures performances personnelles, on arrive au meilleur score de tous les décathloniens de l'histoire, avec quelque 9500 points. Pour Brian Clay, ce total serait d'environ 9450 (comme pour moi-même d'ailleurs). Mais aucun de ces deux n'a jamais atteint 9000 points.

Un athlète peut avoir tant le potentiel, que le talent requis, mais ne jamais atteindre 9000 points pour autant. Pourquoi? Je ne sais pas, mais je pense qu'il est difficile d'être au plus haut niveau lors des dix disciplines d'une même compétition. Quant à savoir qui a actuellement le potentiel requis pour 9000 points? Eh bien je pense que peut-être Damian Warner pourrait s'en approcher. Il est très rapide, et très fort dans les sauts, des disciplines qui peuvent rapporter beaucoup de points, mais il lui faudra encore tout réussir, et faire preuve de constance lors d'un décathlon unique. Ça ne fait pas longtemps qu'il participe à des décathlons, et donc, qui sait?, ce pourrait arriver à tout moment.

Comment considérez-vous les décathloniens allemands?

AE: Je les trouve fabuleux. C'est avec eux que je prends le plus de plaisir à concourir. J'adore Michael (Schrader, médaille d'argent des Championnats du Monde de l'IAAF 2013), Pascal (Behrenbruch) et Rico (Freimuth). Il me semble que lorsque Michael est revenu, après sa blessure, cela a vraiment fait un bien énorme à l'équipe allemande de compter trois spécialistes des épreuves combinées de haut niveau dans leurs rangs. Ils ont un bon collectif, sont très talentueux et sont tous encore jeunes. Tant qu'ils resteront constants, continueront à bien s'entraîner et seront en bonne santé, ils seront toujours d'excellents candidats aux podiums.

Quelles sont vos prédictions pour les Championnats d'Europe en 2014?

AE: Pour les Championnats d'Europe, et ça dépend toujours de qui fait quoi bien sûr, on peut s'attendre à une compétition de très haut niveau. Le Français Kevin Mayer est en pleine ascension, et représente toujours une menace dans les épreuves combinées; et puis il y a les Allemands bien sûr - Michael Schrader est de retour, et, s'il est en forme, il est évidemment très dangereux. Je pense que ces deux-là devraient se distinguer. Quant à savoir qui va gagner? Je pense que ça se jouera à qui commettra le moins d'erreurs.

Vous êtes natif de l'état de l'Oregon. Êtes-vous très fier du fait que les Championnats du Monde de l'IAAF juniors en salle 2014 ainsi que les Championnats du Monde de l'IAAF 2016 vont être accueillis chez vous?

AE: Je suis vraiment remonté à bloc à cette perspective. Pour les Championnats du Monde de l'IAAF Juniors, qui seront une première, ce sera vraiment superbe pour tous les jeunes athlètes de venir concourir sur une des meilleures pistes des États-Unis. Je suis ravi de savoir qu'ils connaîtront cette expérience, parce que c'est justement sur cette piste que tout a commencé pour moi. Tout le monde peut y réussir une performance excellente, et l'ambiance est toujours superbe. Quand vous êtes un athlète, vous voulez réussir des meilleures performances personnelles, de bonnes installations, et Eugene possède tout cela.

En ce qui concerne les Mondiaux en salle 2016, Portland a tellement à offrir au monde. C'est une ville cosmopolite fantastique. Elle est construite autour du fleuve et elle comporte donc un grand nombre de ponts. C'est une ville ludique, facile d'accès, très libérale et qui accepte toutes les cultures. Je suis persuadé que tout le monde va prendre grand plaisir à leur visite. Une fois encore, l'ambiance générale revêt une importance cruciale. Ce sera super pour l'athlétisme d'être présent dans l'Oregon pour ces deux années à venir.

Vous avez mentionné les Championnats du monde Juniors, quelles sont les personnes qui vous ont le plus inspiré quand vous étiez vous-même jeune?

AE: Très bonne question. Quand j'étais junior, et que je m'élevais dans les rangs, je ne crois pas qu'il y avait alors un athlète qui m'inspirait plus particulièrement. Je m'appliquais exclusivement à m'améliorer, à intégrer ces nouvelles disciplines, et à appréhender le décathlon au mieux, et n'avais donc pas le temps requis pour me focaliser sur quelqu'un d'autre. J'étais si occupé à apprendre à franchir les haies, à sauter à la perche, à lancer le javelot, le poids…

Phil Minshull pour l'IAAF

Show me all pages related to this article

Athletes
Disciplines
Competitions
Events