01 FEB 2012 General News

World Indoor Championships history at a glance - highlights of the women's events - Istanbul 2012

Lolo Jones takes World indoor 60m Hurdles gold in Doha (Getty Images)Lolo Jones takes World indoor 60m Hurdles gold in Doha (Getty Images) © Copyright

READ ON for English and French language version


- La traduction française suit le texte anglais


With the IAAF World Indoor Championships, Istanbul Turkey, 9-11 March 2012 - set to get underway next month we continue our countdown to the world's premiere indoor athletics competition with another look back at some of the highlights from the previous 13 editions. Renowned BBC athletics statistician and IAAF media consultant Mark Butler, who has attended the majority of them,  gives us his take on on some of the finest moments, this time with a look at the women's men's side of the programme.


In the year of the first World Indoor Championships, women’s athletics was largely dominated by Eastern Europe, even though Russia, Ukraine, Belarus and 11 other current IAAF members were restricted to a total of two entries per event under the umbrella of the USSR. Change was just around the corner, but the German Democratic Republic were still a superpower and in 1987 they won five of the 11 events with silvers in three more. Two of those golds were won by Heike Drechsler who was undoubtedly the woman athlete of the winter. In the same afternoon, she won both the Long Jump and the 200m, breaking the World record in the latter ahead of Merlene Ottey.


In women’s sprinting, the tables were turning. The Americas were about to be dominant and Ottey took Drechsler’s 200m title two years later. But although the Jamaican missed the World record, her run drew gasps from the packed crowd in Budapest’s Sportcsarnok. In the days before we realised how disadvantageous inner lanes were, she won it from lane four having sliced through the field like a knife through butter. It was the first of three world indoor golds for Ottey, but she is well behind the record total of seven by two women.


The Russian 400m runner Natalya Nazarova is the outright total medal record holder with nine including five relay golds, but the more impressive record is that of Maria Mutola with seven golds, one silver and one bronze at 800m. A sign of her greatness is the shock which reverberated around the halls on the two occasions when she was beaten. Firstly in Maebashi 1999 where the Mozambican went for broke with splits of 26.69, 55.39 and 1:25.79. Thrillingly, Natalya Tsyganova and Ludmila Formanová hung on to that pace. Into the straight Formanová drew level and Mutola glanced around in anguish. Then to her own amazement the Czech woman pulled clear to win in what was then the second-fastest time in history, 1:56.90. That was the championship best; the championship “worst” at 800m was set in the other final Mutola lost, in Valencia 2008. If Formanová’s win was a surprise then Tamsyn Lewis’s was a bombshell. The Australian had been excited enough just to reach the final in what was her first-ever indoor meeting, so to take the title ahead of Mutola and the others was the shocking moment of that year’s championships.


Mutola’s first world indoor gold in 1993 signalled the start of her incumbency as a world leader. Ten years later in Birmingham, Carolina Klüft did the same thing in the Pentathlon. We’d seen her take the European title outdoors, but this was her first senior World Championship and the Klüft magic instantly endeared her to the crowd at Birmingham’s National Indoor Arena. She was enjoying herself and captivating the crowd as she set personal bests in four out of five events and came within range of a World record total.


Klüft never did again contest a World indoor Pentathlon, but she did take part in the following year’s Long Jump and achieved the brilliant result (for an heptathlete) of a bronze medal. On this occasion she was outshone by Russian Tatyana Lebedeva who became the first athlete in 100 years to win a global double at the Long and Triple jump. But that distinction was only part of Lebedeva’s 2004 World Indoor exploit. One day earlier and with snow falling outdoors, she took her first gold with one of the greatest ever series in any field event: 15.16m (equalling the World indoor record), 15.25m (new World indoor record), pass, 15.15m, pass, 15.36m (new World indoor record). And yet she declared herself “not fully satisfied” with her effort. Lebedeva’s feat seems greater with hindsight. No woman leapt further than 15 metres legally (indoors or out) in the whole of 2011.


The Russian has since become one of the most bemedalled athletes in Olympic history including a pair of silvers in Beijing. On the day she qualified for the Triple Jump final there, Lolo Jones had a disastrous time in the 100m Hurdles when she hit a hurdle when heading for a gold medal in the final. Jones earned respect by waiting in the stadium to congratulate the winner Dawn Harper after she had completed her lap of honour, and she was the sentimental favourite when she next had the chance of a global gold in Doha 2010. In fact she was the defending champion, but things did not look promising when she stumbled in her semi-final and only scraped into the final as a fastest loser.


This time she saved her brilliant best for when it mattered most. In an event which is often won by a few hundredths, Jones had a daylight gap from her rivals after just two of the five hurdles, then pulled further clear flawlessly. Only two women were ever quicker than her time of 7.72. I have never seen an athlete so excited by a win and Jones yelped for joy and ran into the arms of her friend Chaunté Lowe who was contesting the High Jump. Her ecstasy was seen, heard and enjoyed by all onlookers. Another memorable act from the theatre of World Indoor Championship athletics.


Mark Butler for the IAAF


--- --- ---


Un bref historique des Championnats du monde en salle - quelques moments marquants des épreuves masculines - Istanbul 2012


A l'approche des Championnats du monde en salle de l'IAAF, Istanbul, Turquie, 9-11 mars 2012, nous revenons sur quelques-uns des événements les plus mémorables des treize premières éditions de la plus importante compétition en salle de l'athlétisme. Mark Butler, éminent statisticien de l'athlétisme pour la BBC et consultant média de l'IAAF, qui a été présent dans les tribunes pour la majorité des championnats, nous livre son point de vue sur ses meilleurs moments, s'attachant ici à traiter des épreuves féminines.


Au moment de l'inauguration des premiers Championnats du monde en salle, l'athlétisme féminin était largement dominé par les nations de l'Europe de l'Est, alors même que la Russie, l'Ukraine, la Biélorussie et onze autres pays actuellement membres de l'IAAF étaient restreints à un maximum de deux athlètes par discipline, sous l'égide de l'URSS. Le changement était tout proche, mais la République démocratique allemande était toujours une super-puissance, et en 1987 ses représentantes ont remporté cinq des onze épreuves, avec en sus des médailles d'argent dans trois autres. Deux de ces médailles d'or sont revenues à Heike Drechsler, qui fut très certainement l'Athlète féminine de cette saison en salle. Au cours du même après-midi, elle a remporté le saut en longueur puis le 200m, triomphant devant Merlene Ottey dans cette course avec en prime un nouveau record du monde.


Pour autant, le vent tournait dans le sprint féminin, et ce sont les Américaines qui allaient bientôt tenir le haut du pavé, Ottey ravissant son titre du 200m à Drechsler deux ans plus tard. Mais bien que la Jamaïcaine ait manqué sa tentative de battre le record du monde des Championnats du monde, sa course a ébloui le public massé dans les tribunes bondées du Sportcsarnok de Budapest. À une époque où nous n'avions pas encore vraiment conscience du désavantage que cela pouvait procurer de se trouver dans les couloirs intérieurs, elle a gagné sa course depuis le couloir quatre après avoir remonté le décalage avec une aisance inouïe. Ce fut le premier des trois titres mondiaux en salle d'Ottey, mais elle reste tout de même loin derrière le record de sept titres, partagé par deux femmes exceptionnelles.


La spécialiste russe du 400m, Natalya Nazarova est la femme qui compte le plus grand nombre de médailles à son palmarès, avec neuf, y compris cinq en or, mais le palmarès le plus époustouflant appartient à Maria Mutola, qui a décroché cinq médailles d'or, une d'argent et une de bronze sur 800m. Sa domination est parfaitement illustrée par les ondes de choc provoquées par ses deux défaites. La première fois, c'était lors de Maebashi 1999, quand elle avait joué le tout pour le tout avec des temps de passage de 26"69, 55"39 et 1'25"79. Natalya Tsyganova et Ludmila Formanová ont pourtant, contre toute attente, réussi à rester à son contact, et dans l'ultime ligne droite, Formanová s'est portée à la hauteur de la Mozambicaine qui a tourné la tête vers elle, visiblement angoissée. Puis, à son propre étonnement, la Tchèque s'est détachée pour gagner en ce qui était alors la seconde meilleure performance du 800m en salle de tous les temps: 1'56"90. Ce fut là le meilleur chrono enregistré lors de championnats en salle. Le temps le moins rapide a été enregistré lors de la seconde finale dans laquelle Mutola a été battue, à Valence en 2008. Si la victoire de Formanová avait surpris, celle de Tamsyn Lewis a fait l'effet d'une bombe. L'Australienne s'était déjà estimée heureuse de sa qualification pour la finale pour sa toute première compétition en salle, et donc lorsqu'elle a terminé devant  Mutola et les autres coureuses pour s'adjuger le titre mondial, ce fut le résultat le plus inattendu de ces championnats.


La première médaille d'or mondiale de Mutola aux Championnats du monde en salle a été remportée en 1993, lançant ainsi sa domination de ces mondiaux. Dix ans plus tard, à Birmingham, Carolina Klüft s'imposait dans le pentathlon, marquant le début de son règne à elle. On la connaissait déjà pour l'avoir vue s'imposer lors des Championnats d'Europe en plein air, mais c'était ici son premier titre mondial, et son aura lui a immédiatement valu les vivats et l'adoration du public britannique. Il était évident qu'elle prenait un grand plaisir à ses performances dans la salle NIA de Birmingham, et elle a conquis le titre – et le cœur  - des spectateurs avec quatre nouvelles meilleures performances personnelles dans quatre des cinq épreuves, s'approchant de près d'un nouveau record de la compétition. Klüft n'a plus, par la suite, participé à d'autres Championnats du monde en salle dans le pentathlon, mais l'année suivante elle a tout de même terminé troisième du saut en longueur, une performance brillante pour une heptathlonienne. En cette occasion, elle a été battue par la Russe Tatyana Lebedeva qui est devenue la première sauteuse en cent ans à réussir un doublé saut en longueur / triple saut sur la scène mondiale. Mais cette distinction n'a représenté qu'un aspect de ce qu'a réussi Lebedeva aux Championnats du monde en salle 2004. La veille, alors que la neige tombait à l'extérieur de l'arène, elle avait remporté son premier titre mondial avec une des séries les plus remarquables jamais enregistrées dans un concours d'athlétisme: 15,16m (égalant le record du monde de triple saut en salle), 15,25m (nouveau record des Championnats du monde en salle), Tour passé, 15,15m, Tour passé, 15,36m (nouveau record des Championnats du monde en salle). En dépit de ces distances, elle s'est tout de même déclarée "pas totalement satisfaite". Les exploits de Lebedeva paraissent encore plus impressionnants aujourd'hui, quand on considère qu'en 2011, aucune sauteuse n'a dépassé les quinze mètres, en salle comme en plein air.


Lebedeva est depuis devenue une des athlètes ayant remporté le plus de médailles olympiques de tous les temps, dont deux en argent décrochées à Pékin en 2008. Le jour où elle s'est qualifiée pour la finale du triple saut de Pékin, Lolo Jones, elle, vivait une journée désastreuse, accrochant une barrière alors que la victoire dans le 100m haies lui semblait toute acquise. Jones a impressionné le public en attendant que la gagnante, Dawn Harper, ait terminé son tour d'honneur pour aller la féliciter, et elle est arrivée à Doha 2010, le prochain grand rendez-vous mondial, avec un immense capital sympathie. Jones était au demeurant la championne en titre, mais elle n'est parvenue en finale, après avoir trébuché en demi-finale, qu'en vertu d'avoir le meilleur chrono des coureuses non-qualifiées directement.


En finale, elle s'est particulièrement illustrée cette fois. Dans une discipline où les écarts se meurent la plupart du temps en centièmes de seconde, Lolo Jones avait déjà creusé une nette avance après le second obstacle, s'éloignant encore plus de ses rivales sur la fin pour terminer en 7"72, un temps qui n'a été battu que par deux femmes dans toute l'histoire du 60m haies. Je n'avais jamais encore vu une sportive aussi heureuse après une victoire, et Jones a hurlé de joie en allant se jeter dans les bras de son amie Chaunté Lowe, qui concourait dans le saut en hauteur. Son bonheur a fait celui de tous les spectateurs, et a constitué encore un moment remarquable de ce grand spectacle des Championnats du monde en salle.


Mark Butler pour l'IAAF


Légende illustration: Lolo Jones remporte le titre en salle mondial du 60m haies à Doha (Getty Images)