05 FEB 2014 General News Monaco

Suhr excited with a month to go until Sopot – IAAF World Indoor Championships

US pole vaulter Jenn Suhr talks to the press (Getty Images)US pole vaulter Jenn Suhr talks to the press (Getty Images) © Copyright

- Read on for English and French language versions of this story
- La traduction française suit le texte anglais

As the reigning Olympic champion and world indoor record-holder, pole vaulter Jenn Suhr will head to Sopot, Poland, next month for the IAAF World Indoor Championships on 7-9 March as one of the USA’s biggest gold medal favourites.

With little more than one month to go until the biggest global athletics event of 2014, Suhr spoke to the international press in a teleconference on Tuesday (4).


Has the bad weather on the east coast of the US affected your training? How do you feel physically?

Jenn Suhr: The weather here in western New York has been atrocious. We've fought it for years and we’ve trained in a steel building, heated with propane, and that’s how I’ve learned to jump. I’ve trained that way since 2005. But this year we decided to get out of the area to the Olympic Training Center in Colorado Springs. It’s been mostly to get out of the conditions, to get physiotherapy and to get in good shape.

My preparations have been better than they have been in the past. I've trained healthy and made so many gains physically. I’m in such good shape right now that I’m actually a little out of timing with my vault because I’m not used to the speed and strength that I have. I’m just waiting for that to match up, which it will in time, so I’m really excited for the indoor season. The last three years have been so stressful, especially in the US where you have to qualify for the team, I can’t even tell you how difficult that is. This year I’m looking forward to being able to compete without the pressure.


The last time you competed at the IAAF World Indoor Championships was 2008 when you won the silver medal. Are you looking forward to competing at another World Indoors?

JS: I’m definitely looking forward to it. I’ve only ever travelled to Europe once for an indoor competition, and that was the 2008 World Indoors. I’m definitely looking forward to travelling to Poland because I’ve not been there before.


The women’s pole vault in Sopot will be a straight final. Do you see this as an advantage?

JS: In 2008 we qualified the day before then the final was the next day. In 2012 it was a straight final, but that year I didn’t go because my achilles was sore and it was Olympic year so I didn't want to push it. I’ve never been in a major championship with no qualifying round, so I definitely see it as a positive.


I believe Poland has a special place in your heart. How much do you know about it?

JS: Really since I found out that the World Indoors will be in Poland, I started doing some research and talking to relatives. We found out that my great great grandfather, Julian Stuczynski, came over to the US from an area of Russian Poland, I guess near Lomza, with his wife in 1905. It's interesting to trace the route back and see where my ancestors were from, it’s really been exciting over the past few weeks to do.


You’re scheduled to compete in Boston on Saturday. What do you expect from that particular meet?

JS: It's still early. Boston is going to be my first (big) meeting, so I don't expect too much. It’s really to come in, get the marks and kick off the indoor season. My focus is on US Nationals at the end of February, and then after that the World Indoors, depending on how the US Nationals go.

I look forward to competing in Boston every year; it's like a second home to me. It’s where things kicked off for me in 2005 when I won my first US title, so it's dear to my heart. I hope for something good this weekend and I hope to have fun here.


What’s the hardest part of transporting large equipment around with you to competitions?

JS: There are so many things that pole vaulters deal with which other athletes don’t have to think about. Let’s start with the overweight limit on planes. Air travel alone is so hard. Then once you get there, you can't just hop in taxi to go to a hotel. There are so many challenging things, but you learn to adapt. Pole vaulters have become good at adapting to things, but there are a lot of challenges and a lot of headaches involved.


How do you stay focused during long competitions?

JS: Competitions can go from an hour to three-and-a-half hours. During that time when you’re waiting for your entry height, I like to watch other events; anything to keep my mind off it so I don't get too hyped up too early. But once I’ve entered the competition, that’s when I try to stay warm and stay focused.


What are your favourite events to watch?

JS: I like watching the hurdles and field events. I usually watch the big screen at meetings and I definitely like watching field events because I’m a field eventer. I like to watch people I know to see how they’re doing in the competition.


Do you have a favourite athlete?

JS: I like the American shot putters. I like their personalities and the way they compete. I like the fact they socialise with each other; they're grounded with their home life and their egos aren't too big. But I also like the way they compete. They want to win and they put a lot of emotion into it. They're fun to watch. How can you not like them?


What is a normal week like for you?

JS: I can spend up to six hours a day preparing and getting ready, whether it’s doing drills in the gymnastics room to being on the runway, we’re always filling the day with some form on training. This year we’ve really focused on preparing as hard as we can while staying healthy. My training is going really well and physically I’m in good shape.


Already this year, Renaud Lavillenie has been clearing some huge heights. Do you think he will have broken the world indoor record by the end of the indoor season?

JS: I’ve been following Renaud's performances and they’ve been above and beyond what I thought he could do at this stage of the season. It’s been spectacular to watch him and his improvement through the years, it’s refreshing. He comes out with a different style and a different attitude. I think he can break the world record. I’ve seen it attempted by people before and they haven’t been close, but I’ve watched his attempts and it really looks like he can make it. I really hope he does, and I think he can do it indoors, with the right timing and right conditions.


You’re one of only two women to have cleared five metres. Who do you think will be the next member of the five-metre club?

JS: It could be any one of a bunch of people. I see a lot of vaulters out there who are capable of jumping it. It’s whether you stay healthy, have the right timing, the right conditions. There are so many factors that go into it. There could be athletes who break it, and I could name them, but then there could be someone who comes from nowhere all of a sudden.


How do you compare your current shape to your form from the 2013 indoor season?

JS: In 2013 I was hurt all year. In my first competition of the year, I fell on a standard and hurt my hip. I couldn't practise, so I could only take a short run. At two meetings in a row I had to exit the competition early because I couldn’t go on. But at the US Nationals it just so happened that I could run without pain and I was able to time the jump correctly.

This year has been nice because I’m not hurt and I’ve had weeks and months of good training. It’s funny because last year I was in timing with my pole but I was hurt, whereas this year I’m not hurt but I’m a little out of timing. So I’m just hoping it all matches up.


There’s no World Championships or Olympic Games this year, so will you turn your attention to the Diamond League this summer?

JS: Yes, without the World Championships, the Diamond League is definitely the next big thing so it’s something I’m definitely going to look at to try to fit in my schedule. I’m not 100% sure if I’ll do all of them. This outdoor season, I just want to enjoy competing and do things I’ve never done before like competing in a street vault in Europe.


Jon Mulkeen for the IAAF

*****

Suhr enthousiaste à un mois de Sopot – Championnats du monde en salle de l'IAAF

Jenn Suhr, championne olympique en titre et détentrice du record du monde en salle du saut à la perche, se rendra aux Championnats du monde en salle de l'IAAF de Sopot, en Pologne, le mois prochain (7 au 9 mars). Elle y sera l'un des grands espoirs de médailles d'or pour les États-Unis.

À un peu plus d'un mois de l'ouverture de la plus importante manifestation mondiale d'athlétisme de 2014, Suhr s'est entretenue avec les médias internationaux lors d'une téléconférence mardi (4).


Est-ce que le mauvais temps sur la côte est des États-Unis a affecté votre entraînement? Comment vous sentez-vous physiquement?

Jenn Suhr: Le temps ici, dans l'ouest de l'état de New York, a été atroce. Cela fait des années que nous luttons contre ces conditions, en nous entraînant notamment dans un hangar en acier chauffé au propane - c'est d'ailleurs là que j'ai appris à sauter. Je m'entraîne dans ces conditions depuis 2005. Cette année, nous avons décidé de quitter la région pour nous préparer au Centre d'entraînement olympique de Colorado Springs. Cela nous a permis de trouver un environnement plus propice, de bénéficier de séances de physiothérapie, et de travailler ma forme.

Mes préparations ont été meilleures que de par le passé. Je me suis bien entraînée, j'ai fait attention à ma santé et vraiment fait des progrès sur le plan physique. Je suis en fait tellement en forme actuellement que mon timing est un peu en décalage lors de mes sauts, parce que je n'ai pas encore pris la mesure exacte de ma rapidité et de ma force. J'attends juste que tout se mette bien en place, ce qui va simplement demander un peu de temps, et me réjouis donc vraiment à la perspective de la saison en salle. Ces trois dernières années ont été très stressantes, d'autant plus qu'aux USA il faut gagner sa qualification pour l'équipe, et je ne peux même pas vous expliquer à quel point c'est difficile. Cette année, je suis contente de pouvoir me préparer sans cette pression.


La dernière fois que vous avez pris part aux Championnats du monde en salle de l'IAAF, c'était en 2008, lorsque vous avez remporté  la médaille d'argent. Quels sont vos sentiments à la perspective de participer à nouveau aux Mondiaux?

JS: C'est certain que cela me réjouit. Je ne me suis rendue en Europe qu'une seule fois précédemment pour une compétition en salle, et c'était pour les Championnats du monde 2008, justement. Je suis impatiente de découvrir la Pologne, un pays que je ne connais pas encore.


La compétition de perche de Sopot prendra la forme d'une finale directe. Est-ce que vous percevez cela comme un avantage?

JS: En 2008, on devait se qualifier la veille pour la finale. En 2012, c'était une finale directe, mais je n'ai pas pu concourir cette année-là parce que je souffrais du tendon d'Achille, et comme c'était une année olympique je n'ai pas voulu prendre le risque d'aggraver la situation. Ce sera en fait la première fois que je prends part à un championnat majeur sans tour de qualification, et je considère vraiment cela comme un élément positif.


Je crois savoir que la Pologne occupe une place spéciale dans votre cœur. Que savez-vous de ce pays?

JS: En fait, lorsque j'ai su que les Mondiaux se dérouleraient en Pologne, j'ai commencé à faire des recherches sur le sujet, et à en parler avec ma famille. Nous avons découvert que mon arrière-arrière-grand-père, Julian Stuczynski, a émigré aux États-Unis depuis une région de la Pologne russe, certainement près de Lomza, avec sa femme en 1905. Il est intéressant de retracer le parcours, et de voir d'où venaient mes ancêtres. On a vraiment pris beaucoup de plaisir à ces investigations ces dernières semaines.


Vous avez une compétition samedi à Boston. Qu'en attendez-vous?

JS: Il est encore tôt dans la saison. Boston va être ma première (grande) compétition, donc je n'ai pas vraiment de grandes attentes. Il me faut juste y trouver mes marques pour vraiment lancer ma saison en salle. Je suis surtout focalisée sur les championnats américains de fin février, et ensuite sur les Championnats du monde, selon ce qui arrive aux nationaux.

Je suis très heureuse, chaque année, d'aller concourir à Boston; c'est un peu mon second chez moi là-bas. C'est en effet à Boston que tout a commencé en 2005, lorsque j'ai remporté mon premier titre national, et donc c'est un endroit qui m'est très cher. J'espère bien connaître un bon résultat ce weekend et prendre plaisir à mon séjour.


Qu'est-ce qui pose le plus de problèmes, quand il s'agit de transporter votre équipement avec vous pour les compétitions?

JS: Il y a tellement de choses que nous, les perchistes, devons gérer auxquelles les autres athlètes ne pensent même pas. D'abord, bien sûr, les excédents de poids lors des déplacements aériens, qui représentent toujours un véritable défi. Et même une fois sur place, il nous faut encore acheminer nos perches à l'hôtel, au stade… On ne peut simplement sauter dans le premier taxi venu! Il y a vraiment beaucoup de challenges à ce niveau-là, mais on apprend à faire avec. Les perchistes sont des sportifs qui s'adaptent bien aux différentes situations, mais c'est sûr que ce n'est jamais facile!


Comment parvenez-vous à rester concentrée lors des longues compétitions?

JS: C'est vrai que les concours peuvent s'étendre d'une heure à trois heures et demie. Pendant que j'attends ma première hauteur, j'aime regarder les autres compétitions et m'occuper ainsi l'esprit afin de ne pas être remontée trop tôt. Mais une fois dans la compétition, je ne pense plus qu'à rester chaude et concentrée.


Quelles sont les disciplines que vous préférez suivre?

JS: J'aime surtout les haies et les différents concours. En général je regarde le grand écran lors des compétitions et suis toujours les concours, parce que c'est après tout ma propre spécialité. Je suis les gens que je connais pour voir comment ça se passe pour eux dans leurs compétitions respectives.


Avez-vous un athlète favori?

JS: J'aime bien les lanceurs de poids américains. Leurs personnalités me plaisent, ainsi que la manière dont ils abordent les compétitions. Ils se fréquentent en dehors du stade, ont des vies de famille bien réglées, et il n'y a pas, chez eux, d'égo démesurés. Mais en même temps ils donnent tout lors des concours - ils veulent tous gagner et y mettent beaucoup d'émotion. J'adore suivre leurs compétitions. Comment pourrait-on ne pas les aimer?


À quoi ressemble une semaine-type pour vous?

JS: Je peux passer jusqu'à six heures par jour à me préparer, que ce soit avec des exercices dans la salle de gym, ou à travailler ma prise d'élan. Nous occupons toujours nos journées avec une forme d'entraînement ou l'autre. Cette année, nous travaillons énormément, tout en veillant à éviter que je ne me blesse. Mon entraînement se passe bien, et physiquement je suis en bonne forme.


Déjà, cette année, Renaud Lavillenie a franchi des barres très élevées. Pensez-vous qu'il battra le record du monde en salle avant la fin de la saison hivernale?

JS: J'ai suivi de près les performances de Renaud, et elles sont au-delà de ce dont je l'aurais cru capable à ce stade de la saison. Il a toujours été spectaculaire, et j'ai adoré le voir progresser au fil des ans, c'est vraiment rafraîchissant. Il a vraiment un style et une attitude différents. Je pense en effet qu'il peut battre le record du monde. J'ai déjà vu d'autres perchistes le tenter, mais sans vraiment réussir à s'en approcher, tandis que Renaud, lui, en semble vraiment capable. J'espère en tous les cas qu'il le battra, et je crois qu'il y arrivera en salle, avec le bon timing et les bonnes conditions.


Vous êtes une de seulement deux femmes à avoir franchi cinq mètres. Qui voyez-vous comme étant la prochaine à rejoindre ce club si fermé? 

JS: On pourrait avancer plusieurs noms. Je vois plusieurs perchistes capables de passer cinq mètres, pour peu qu'elles ne soient pas blessées, que leur timing soit optimal, que les conditions soient bonnes… Tellement de facteurs entrent en compte. Il y a en tous les cas des athlètes qui en sont capables, et je pourrais citer des noms, mais, aussi bien, ce pourrait être quelqu'un d'inattendu, qui ferait d'un coup irruption sur la scène.


Comment compareriez-vous votre forme actuelle à celle de la saison en salle 2013?

JS: En 2013 j'ai été blessée tout au long de l'année. Lors de ma première sortie, je suis tombée sur un montant et me suis fait mal à la hanche. Je ne pouvais plus m'entraîner, et ai dû raccourcir ma prise d'élan. Par la suite, j'ai dû abandonner lors de deux compétitions d'affilée, parce que les douleurs étaient trop intenses. Aux championnats nationaux, soudainement, je me suis sentie mieux, j'ai pu courir sans que cela ne fasse mal, et j'ai bien réussi mes sauts.

Cette année a été positive, parce que je n'ai mal nulle part, et j'ai passé des semaines, des mois, à bien m'entraîner. C'est drôle, parce que l'an dernier j'avais mal, mais j'étais bien en phase avec ma perche, tandis que cette année je ne souffre plus physiquement, mais mon timing n'est pas tout à fait au point. J'espère donc que tout va bien s'enclencher à temps.

Sans Championnats du monde ni Jeux olympiques cette année, allez-vous concentrer votre attention sur la Diamond League?

JS: Absolument. En l'absence de Championnats du monde, il est certain que c'est la Diamond League qui prend le relais, et je vais très certainement l'insérer dans mon programme. Pour autant, je ne suis pas encore certaine à 100% de m'aligner dans toutes les compétitions cet été: je veux vraiment prendre plaisir à mes compétitions, et m'essayer à des choses que je n'ai pas encore eu l'occasion de faire, par exemple un concours de rue en Europe.


Jon Mulkeen pour l'IAAF