12 JUN 2013 Press Release Monaco

One month to go to Donetsk 2013 - Ukraine’s proud athletics history

Sergey Bubka - IAAF World Championships, Athens 1997 (Getty Images)Sergey Bubka - IAAF World Championships, Athens 1997 (Getty Images) © Copyright

- READ ON for English and French language versions of this story
- La traduction française suit le texte anglais

With exactly one calendar month to go before Donetsk, Ukraine stages the 2013 IAAF World Youth Championships, from 10-14 July, this is the perfect moment to look back at the immense contribution athletes from this country have made to the sport.

Although it is the first time that a city from Ukraine has been the host of an IAAF World Athletics Series event, the country having become independent in 1991, Ukrainian athletics success stretches back a century.

Kiev staged the First All-Russian Olympiad in August 1913, with participants coming from all over what was the then Russian Empire but, in many of the athletics events, it was local athletes who shone.

Turn the clock forward almost 40 years and Ukraine provided a significant proportion of the Soviet Union team that competed for the first time in the Olympic Games in 1952; and her country’s athletes started winning medals four years later in Melbourne.

Ever since then, Ukraine has continued to assemble an impressive array of athletics heroes.

Arguably the most notable of them all is Sergey Bubka, nowadays an IAAF Vice President but considered by most people to have few rivals as the greatest exponent in his event, the Pole Vault.

Bubka won at the IAAF World Championships on six occasions and took the gold medal at the 1988 Olympic Games. He also broke the outdoor World record 17 times, including setting the current mark of 6.14m in 1994 and the indoor World record on 18 occasions.

Alongside Bubka in the IAAF Hall of Fame, which sees Ukraine as the only country apart from the United States to have more than one member of the initial 24 stars of our sport that were inducted last year, is walker Vladimir Golubnichiy.

Golubnichiy dominated the 20km Race Walk in a top class career lasting 20 years from the mid- 1950s to the 1970s. He set two official World records and won four Olympic Games medals, including golds in 1960 and 1968.

Another famous Ukrainian athlete with two Olympic gold medals to his name is the Valery Borzov, who took a memorable 100m and 200m sprint double at the 1972 Olympic Games in Munich and later in life became the President of the Ukraine Athletics Federation for many years.

Female athletes from Ukraine became some of the most recognizable faces in the Soviet Union team at the 1960 Olympic Games in Rome with gold medals for Lyudmila Shevtsova and Vera Krepkina in the 800m and Long Jump respectively.

Twenty years later, when Moscow hosted the 1980 Olympic Games, Nadyezhda Olizarenko was another Ukrainian runner to win an 800m gold medal and she did so in a phenomenal time of 1:53.43, which was a World record for almost three years and is still the second fastest time ever over two laps of the track.

By the end of the decade, in the last few years of Ukrainian athletes wearing the red vest of the Soviet Union before changing to their now familiar national colours of blue and gold, Tatyana Samolenko notched up a memorable double over 1500m and 3000m at the 1987 World Championships and then won over the longer distance at the 1988 Olympic Games, before defending her World crown over 3000m in 1991.   

Inessa Kravets set a formidable World record in the Triple Jump when winning at the 1995 IAAF World Championships and her mark of 15.50m has not been beaten by anyone almost 18 years later. She went on to also win the Olympic gold in Atlanta the following year.

In more recent times, Nataliya Dobrynska has become the heroine of Ukrainian athletics, winning the 2008 Olympic Games Heptathlon and then returning to the top of the podium last year at the IAAF World Indoor Championships where she won the Pentathlon title with a World indoor record.

With such a roll call of illustrious names, Ukraine can quite rightly claim to have a special place in the history of athletics and this is an opportune moment to bring a major global event to the sport’s many aficionados in the country.

IAAF


À un mois de Donetsk 2013: le fier palmarès de l'athlétisme ukrainien

Un mois exactement avant l'ouverture dans la ville ukrainienne de Donetsk des Championnats du monde Cadets de l'IAAF 2013 (10-14 juillet), le moment semble parfaitement indiqué pour passer en revue l'immense contribution à notre sport des athlètes de ce pays.

Bien que ce soit la première fois qu'une ville ukrainienne accueille une épreuve de la Série mondiale de l'athlétisme de l'IAAF, le pays n'ayant accédé à l'indépendance qu'en 1991, les succès des athlètes de cette nation remontent à plus d'un siècle en arrière.

Kiev a organisé la première Olympiade nationale russe en août 1913, rassemblant des participants issus de ce qui était alors l'Empire de Russie, mais ce sont au final surtout les athlètes locaux qui se sont illustrés au niveau des résultats.

Près de quarante ans plus tard, en 1952, l'Ukraine fournissait une proportion significative de la première délégation soviétique à participer aux Jeux olympiques. Et dès l'édition suivante, à Melbourne, en 1956, les Ukrainiens ont remporté les premières médailles sous les couleurs soviétiques.

Depuis lors, l'Ukraine a produit un nombre impressionnant de héros de l'athlétisme.

Beaucoup avanceraient que le plus impressionnant de tous a été Sergey Bubka, aujourd'hui un vice-président de l'IAAF. Il est considéré par la plupart des observateurs comme ayant peu de rivaux pour le titre de plus grand perchiste de tous les temps.

Bubka a remporté les Championnats du monde de l'IAAF à six reprises et remporté l'or aux Jeux olympiques de 1988. Il a également établi dix-sept records du monde, dont le record actuel, qui est de 6,14m - une barre franchie en 1994 - et dix-huit records du monde en salle.

Le marcheur Vladimir Golubnichiy a été intronisé aux côtés de Bubka dans le Temple de la renommée de l'IAAF, où l'Ukraine est le seul pays avec les États-Unis à compter plus d'un représentant nommé l'an passé parmi ses 24 membres inauguraux.

Golubnichiy a dominé le 20km marche tout au long d'une carrière au plus haut niveau qui a duré vingt ans, depuis le milieu des années 1950 jusque dans les années 1970. Il a notamment établi deux records du monde officiels et remporté quatre médailles olympiques, dont deux en or, en 1960 et 1968.

Un autre athlète ukrainien célèbre qui compte deux titres olympiques à son palmarès est Valery Borzov, qui a réussi un mémorable doublé 100m/200m aux Jeux olympiques de Munich en 1972, et qui, par la suite, a officié comme président de la Fédération ukrainienne d'athlétisme pendant de nombreuses années.

 Les femmes ukrainiennes étaient parmi les sportives les plus connues de l'équipe soviétique des Jeux olympiques de Rome en 1960, avec des médailles d'or remportées par Lyudmila Shevtsova et Vera Krepkina dans, respectivement, le 800m et le saut en longueur.

Vingt ans plus tard, alors que Moscou accueillait les Jeux, en 1980, l'Ukrainienne Nadyezhda Olizarenko remportait à son tour le 800m avec un temps phénoménal de 1'53"43, qui est resté le record du monde de la discipline pendant plus de trois ans, et demeure à date le second temps le plus rapide de l'histoire.

Sur la fin de cette décennie, dans les dernières années pendant lesquelles les athlètes ukrainiens concouraient sous le rouge soviétique, avant donc de n'endosser le désormais très réputé bleu et or des couleurs nationales ukrainiennes, Tatyana Samolenko a réussi le doublé 1500m/3000m aux Championnats du monde de 1987, puis a triomphé sur 3000m aux Jeux olympiques de 1988, avant de défendre avec succès son titre mondial du 3000m en 1991.  

Inessa Kravets, elle, a établi un formidable record du monde au triple saut lors de sa victoire aux Championnats du monde de l'IAAF de 1995, et sa distance de 15,50m reste toujours insurpassée aujourd'hui, près de dix-huit ans plus tard. Elle a aussi remporté le titre olympique à Atlanta l'année suivante.

Plus récemment, c'est Nataliya Dobrynska qui a endossé le rôle d'héroïne de l'athlétisme ukrainien, avec un titre olympique de l'heptathlon en 2008, puis un titre de championne du monde en salle du pentathlon remporté l'an passé avec, en prime, un nouveau record du monde.

Forte d'un tel palmarès, l'Ukraine peut à juste titre se targuer d'une place spéciale dans l'histoire de l'athlétisme, et il est opportun de le rappeler alors même qu'elle s'apprête à offrir une compétition mondiale de premier plan à ses citoyens, dont un grand nombre sont de véritables passionnés d'athlétisme.

IAAF