25 JUL 2012 Press Release Carlo

Six new athletes sanctioned under the IAAF Athlete Biological Passport programme

IAAF logo (IAAF.org)IAAF logo (IAAF.org) © Copyright

READ ON for English and French language version
- La traduction française suit le texte anglais

25 July 2012 – Monte-Carlo - Abderrahim Goumri (36 - Morocco), Iríni Kokkinaríou (31 – Greece), Meryem Erdogan (22 - Turkey), Svetlana Klyuka (34 -Russia), Nailiya Yulamanova (32 - Russia) and Yevgenina Zinurova (30 - Russia) have each recently received a sanction for an anti-doping rule violation under IAAF Rule 32.2 (b) (use or attempted use of a prohibited substance or method) on the basis of an abnormal Athlete Biological Passport profile. This announcement follows the case of the Portuguese marathon runner Ornelas Helder who was the first ever athlete to be sanctioned under the IAAF Athlete Biological Passport programme.

The Athlete Biological Passport involves measuring and monitoring an athlete’s blood variables over time and establishes an individual longitudinal profile which can indicate the use of prohibited substances or prohibited methods.

All six athletes had been flagged as suspicious and regularly targeted by the IAAF since 2009 both in-competition and out-of-competition in the course of the IAAF Athlete Biological Passport programme. In accordance with IAAF Anti-Doping Rules and Regulations, their full profiles were flagged as abnormal and subsequently submitted to the Expert Panel composed of three independent international experts in the field of haematology.

Following the Expert Panel’s evaluation of the athletes’ profiles, the IAAF considered that there were aggravating circumstances justifying the application of an increased 4-year sanction. It was notably determined that the profiles of each athlete were consistent with the use of prohibited substances and/or methods on multiple occasions or the use of prohibited substances and methods in combination which are regarded as aggravating circumstances under IAAF Rules. Consequently, the IAAF sought the application of a 4-year sanction in all six cases.

Four of the six athletes (Meryem Erdogan, Svetlana Klyuka, Nailiya Yulamanova and Yevgenina Zinurova) promptly admitted that they had committed an anti-doping rule violation and waived their right to a hearing. As a result, and pursuant to IAAF Rules, the rule on aggravating circumstances was not applied and the IAAF proposed the application of the standard 2-year sanction, which the athletes accepted.

The period of ineligibility for the four athletes named above can be found on the IAAF website http://www.iaaf.org/antidoping/sanctioned/index.html

Abderrahim Goumri recently received a 4-year sanction by the Moroccan Athletic Federation. The decision is not final under IAAF Rules and can still be appealed by the athlete.

Iríni Kokkinaríou was found guilty of an anti-doping rule violation and received a 2-year sanction imposed by the Greek Athletic Federation. The IAAF appealed this decision to the Court of Arbitration for Sport and is seeking the enforcement of a 4-year sanction on the grounds of aggravating circumstances.

"The IAAF Athlete Biological Passport programme is now fully operational and has become an incredibly efficient tool for targeting athletes and uncovering anti-doping rule violations as proved through these cases.

The IAAF is committed to increasing the Athlete Biological testing and these sanctions should make it clear to those athletes who are doping that the IAAF will be aggressively monitoring and targeting them.

In accordance with its long-standing position in favour of an increased sanction for serious first-time doping offences, the IAAF will take all necessary steps to enforce an increased sanction when the circumstances so justify, including referring cases to the Court of Arbitration for Sport" said IAAF spokesman Nick Davies.

The IAAF has been collecting a significant number of blood samples throughout 2012 in the lead up to the London Games, and 200 more Athlete Biological Passport tests will be conducted at the Olympic Village in London with the support of the IOC and the LOCOG.

***

Six nouveaux athlètes sanctionnés dans le cadre du programme de Passeport Biologique de l’IAAF

25 juillet 2012 – Monte-Carlo - Abderrahim Goumri (36 - Morocco), Iríni Kokkinaríou (31 – Greece), Meryem Erdogan (22 - Turkey), Svetlana Klyuka (34 -Russia), Nailiya Yulamanova (32 - Russia) and Yevgenina Zinurova (30 - Russia) ont chacun fait l’objet d’une sanction pour infraction aux Règles antidopage de l’IAAF (Règle 32.2 (b) – usage ou tentative d’usage d’une substance ou d’une méthode interdite) sur la base d’un profil anormal dans le cadre du Passeport Biologique de l’Athlète. Cette annonce fait suite au cas du marathonien portugais Ornelas Helder qui fut le tout premier athlète à être suspendu dans le cadre du programme du Passeport Biologique mis en œuvre par l’IAAF.

Le Passeport Biologique de l’Athlète consiste à mesurer et à surveiller sur une période de temps plusieurs paramètres sanguins constituant le profil individuel de l’athlète et pouvant révéler l’usage de substances ou de méthodes interdites.

Chacun des six athlètes dont le profil était apparu suspect avait été et spécifiquement ciblé par l’IAAF depuis 2009 à la fois en competition et hors compétition, dans le cadre du programme du Passeport Biologique. Conformément aux Règles et au Règlements antidopage de l’IAAF, ces profils considérés suspects ont été évalués par un collège composé de trois experts internationaux indépendants spécialisés dans le domaine de l’hématologie.

L’IAAF a considéré, sur la base des évaluations du collège d’experts, qu’il existait des circonstances aggravantes, justifiant l’application d’une sanction renforcée de 4 ans de suspension. Il a notamment été déterminé que les profils évalués indiquaient l’usage répété de substances ou de méthodes interdites et/ou l’usage d’une substance interdite associée à une méthode interdite, circonstances considérées comme aggravantes au regard des Règles de l’IAAF. Par conséquent, l’IAAF a demandé l’application d’une sanction de 4 ans de suspension dans chacun des cas.

Quatre des six athlètes (Meryem Edogan, Svetlana Klyuka, Nailiya Yulamanova et Yevgenina Zinurova) ont immédiatement reconnu avoir commis une infraction aux Règles antidopage et renoncé à leur droit à une audition. En conséquence et conformément aux Règles de l’IAAF, la règle sur les circonstances aggravantes n’a pas été appliquée. L’IAAF a proposé l’application de la sanction standard de 2 ans de suspension qui a été acceptée par les athlètes.

Les périodes de suspension des quatre athlètes identifiés ci-dessus sont publiées sur le site internet de l’IAAF : http://www.iaaf.org/antidoping/sanctioned/index.html.

Abderrahim Goumri a récemment fait l’objet d’une sanction de 4 ans de suspension infligée par la Fédération Royales Marocaine d’Athlétisme. Cette décision n’est cependant pas définitive au regard des Règles de l’IAAF, le délai pour interjeter appel n’étant pas arrivé à échéance.

Iríni Kokkinaríou a été déclarée coupable d’une infraction aux Règles antidopage et suspendue 2 ans par la Fédération Grecque d’Athlétisme. L’IAAF a interjeté appel de cette décision devant le Tribunal Arbitral du Sport et a demandé l’application d’une sanction de 4 ans de suspension sur le fondement des circonstances aggravantes.

« Le Passeport Biologique de l’Athlète est maintenant pleinement opérationnel et est devenu un outil extrêmement efficace pour le ciblage d’athlètes et la découverte de pratique de dopage, comme le montrent ces cas.

L’IAAF est déterminée à intensifier les contrôles dans le cadre du Passeport Biologique et adresse, par ces sanctions, un message clair aux athlètes qui se dopent qu’ils seront désormais suivis de très près et particulièrement ciblés par l’IAAF.

Conformément à sa position historique en faveur d’une sanction renforcée pour une première infraction sérieuse aux Règles antidopage, l’IAAF mettra tout en œuvre pour appliquer ces sanctions renforcées lorsque les circonstances le justifient, jusqu’à saisir le Tribunal Arbitral du Sport si nécessaire » a déclaré Nick Davies, porte-parole de l’IAAF.

L’IAAF a effectué de nombreux prélèvements sanguins dans le cadre du Passeport Biologique de l’Athlète en 2012, jusqu’aux Jeux Olympique et 200 nouveaux contrôles sanguins seront effectués au village olympique à Londres grâce à la collaboration du CIO et du LOCOG.

IAAF