The IAAF Kids Athletics event in Nairobi (Getty Images) © Copyright
General News Nairobi, Kenya

IAAF Kids Athletics event in Nairobi helps ensure lasting legacy for the sport in Kenya

Français

The IAAF and the Faculty of Health and Sport Sciences at University of Tsukuba joined forces with Kenyatta University, the Tegla Loroupe Peace Foundation and the United Nations Office in Nairobi to stage a packed day of activities for some 400 children on the playing fields at Kenyatta University last week

The children came from nine primary schools from Nairobi and further afield. They included schools from the Nairobi slums of Mathare, Korogocho and Kibera (represented by Kibera Street Kids, run by 1987 world marathon champion Douglas Wakiihuri), as well as Kenyatta University Primary School and Ngong. Some of the schools came from further away, including the Machakos School for the Deaf and Technical Institute for the Blind, and two schools from the Maasai Mara (Endonyiosidai and Inchorroi).

The IAAF Kids Athletics event in Nairobi (Getty Images)The IAAF Kids Athletics event in Nairobi (Getty Images) © Copyright


But despite the differences in their backgrounds, once the children were warmed up and ready to go, they were all part of the same event, sharing one common goal.

“An event like this is such a positive experience for the children,” said Professor Vincent Onywera of Kenyatta University. “And it’s not just the sport that they’ll benefit from today. Food is important; some of these kids don’t see food. Maybe they’ll just have something in the morning, then that’s it. So the fact that they’ve come here and eaten something and they’re having fun, it will be a huge benefit to them.

“And the t-shirts – it will be a big thing when they go home in these new t-shirts, because some of these kids come from very poor backgrounds.”

There was a different colour t-shirt for each of the seven teams, each one representing a core Olympic value: excellence, courage, inspiration, friendship, determination, respect and equality.

The sports programme included various Kids Athletics activities covering the core elements of athletics – running, jumping and throwing – and even wheelchair participants from Machakos enjoyed testing their skills on the 'Formula 1' obstacle course.

Teams then took part in the Nanairo Ekiden, an adaptation of the traditional Japanese distance relay created by the Faculty of Health and Sport Sciences at University of Tsukuba, for which the intention is to pass the spirit of Olympic and Paralympic legacy to the next generation. Various Nanairo Ekidens have already taken place in the past two years, starting with Tsukuba in Japan and including Machakos in Kenya and Rio in Brazil, the latter in cooperation with IAAF.

The festivities started earlier in the day with the girls from the Machakos School for the Deaf performing a dance for the hundreds of people in attendance. It was followed by an interactive talk from a representative of UNEP (United Nations Environment Programme) to teach children the importance of having clean water.

The IAAF Kids Athletics event in Nairobi (Getty Images)The IAAF Kids Athletics event in Nairobi (Getty Images) © Copyright


For the Endonyiosidai school in the Maasai Mara, this was not their first meeting with the IAAF. Exactly 10 years ago, a group of international journalists had travelled to Kenya on an IAAF trip to trace the steps of the country’s running legends. The week had culminated in a 'Day in the Life' experience with Paul Tergat, and his group’s training run that day had concluded in the Maasai Mara.

The chance meeting between a Welsh cameraman and a young Maasai teacher sparked the start of an ongoing project, which helped transform the local school from a mud hut with a pole serving as rudimentary blackboard to a school with seven brick classrooms, equipped with solar panels to provide electricity.

“Children in our area have talent but do not have a lot of opportunities," said Moses Ole Kipalias. "Events like this will encourage them, and the skills we teachers have learned will help us develop their talent.”

Former marathon world record-holder Tegla Loroupe, who also had to overcome difficult circumstances and cultural barriers to excel at her sport, was a keen spectator throughout the day. So too were some of the athletes who have been part of the athlete refugee teams at the Rio 2016 Olympic Games and the IAAF World U18 Championships Nairobi 2017.

“Athletics is one of the incredible sports that allow you to bridge the gap between the elites and the masses,” said IAAF CEO Olivier Gers. “It starts with events like these that we’re running around the world and it gets kids excited about the sport. It also helps to find the next generation of athletes, but more importantly it allows them to share the values of sport

IAAF CEO Olivier Gers at the IAAF Kids Athletics event in Nairobi (Getty Images)IAAF CEO Olivier Gers at the IAAF Kids Athletics event in Nairobi (Getty Images) © Copyright


“We’ve also helped to train the trainers. The word ‘legacy’ is overused, but we want to ensure we’ve left behind some teachings and learnings. There’ll be a legacy of athletics here in Nairobi from the World U18 Championships, but this event today is really powerful because it allows these teachers to teach others.”

No time was lost. When the IAAF visited the schools in Endonyiosidai and Inchorroi the day after the event, the teachers had already arranged a meeting with the other eight schools in their area to share the knowledge and benefits they had acquired from the Kids Athletics training.

IAAF

 


L’événement Kids’ Athletics de l’IAAF à Nairobi contribue à un héritage durable pour le sport au Kenya

L’IAAF et la faculté des sciences de la santé et du sport de l’université de Tsukuba ont conjugué leurs forces avec celles de l’université Kenyatta, de la Fondation Tegla Loroupe pour la paix et du bureau des Nations unies de Nairobi pour organiser une journée regorgeant d’activités pour quelque 400 enfants, la semaine dernière sur les terrains de sport de l’université Kenyatta.

Les enfants venaient de neuf écoles primaires de Nairobi et de plus loin. Elles comprenaient des écoles des quartiers les plus démunis de Nairobi que sont Mathare, Korogocho et Kibera (représenté par Kibera Street Kids, une association dirigée par Douglas Wakiihuri, champion du monde de marathon en 1987), ainsi que l’école primaire de l’université de Kenyatta et de Ngong. Certaines des écoles venaient de plus loin, notamment l’école pour les sourds et l’institut technique pour les aveugles de Machakos, et deux écoles de la Maasai Mara (Endonyiosidai et Inchorroi).

Mais malgré leurs origines différentes, dès que les enfants se sont échauffés et se sont tenus prêts, ils ont tous participé au même événement, partageant un objectif commun.

« Un événement comme celui-là est une expérience tellement positive pour les enfants », souligne Vincent Onywera, professeur de l’université Kenyatta. « Aujourd’hui, ils ne vont pas bénéficier uniquement des bienfaits du sport. La nourriture est également importante, et certains de ces enfants ne mangent pas à leur faim dans leurs vies quotidiennes. Ils avalent peut-être un petit quelque chose au lever, et c’est tout pour la journée. Ils vont donc tirer un immense bénéfice d’être venus ici, d’avoir mangé quelque chose et de s’être amusés. »

« Il ne faut pas oublier non plus les T-shirts : ce sera un événement lorsqu’ils vont rentrer chez eux dans ces T-shirts tout neufs, car certains de ces enfants sont issus de milieux très pauvres. »

Chacune des sept équipes portait un T-shirt de couleur différente, représentant une valeur olympique fondamentale : l’excellence, le courage, l’inspiration, l’amitié, la détermination, le respect et l’égalité.

Le programme sportif comprenait diverses activités Kids’ Athletics couvrant les éléments de base de l’athlétisme – courir, sauter et lancer – et même les participants en fauteuil roulant de Machakos se sont régalés à tester leurs aptitudes, sur le parcours d’obstacles de "Formule 1".

Les équipes ont ensuite participé à l’ékiden Nanairo, une adaptation du traditionnel relais de fond japonais mis au point par la faculté des sciences de la santé et du sport de l’université de Tsukuba, dont l’intention est de transmettre l’esprit de l’héritage olympique et paralympique à la prochaine génération. Divers ékidens Nanairo ont déjà eu lieu au cours des deux précédentes années, d’abord à Tsukuba au Japon, ainsi qu’à Machakos au Kenya et Rio au Brésil notamment, ce dernier en collaboration avec l’IAAF.

Les festivités avaient démarré plus tôt dans la journée sous l’impulsion des filles de l’école pour les sourds de Machakos qui ont interprété une danse pour les centaines de spectateurs présents. Puis un représentant du PNUE (Programme des Nations unies pour l’environnement) a conduit une discussion interactive afin d’enseigner aux enfants l’importance d’avoir de l’eau potable.

L’école Endonyiosidai du Maasai Mara, elle, n’en était pas à sa première rencontre avec l’IAAF. Il y a exactement 10 ans, un groupe de journalistes du monde entier était venu au Kenya dans le cadre d’un déplacement de l’IAAF destiné à retracer le parcours des coureurs de légende du pays. La semaine avait culminé avec une expérience "Une journée avec…" en compagnie de Paul Tergat, dont le groupe avait achevé ce jour-là son entraînement au Maasai Mara.

La rencontre fortuite d’un cameraman gallois et d’un jeune enseignant Maasai avait donné le coup d’envoi à un projet au long cours, qui a contribué à transformer l’école locale. De hutte boueuse utilisant un poteau comme tableau rudimentaire, elle est devenue une école comptant sept classes en briques, équipées de panneaux solaires pour fournir de l’électricité.

« Les enfants de notre zone ont du talent, mais pas beaucoup d’opportunités, précise Moses Ole Kipalias. Des événements comme celui-là vont les encourager et les compétences que nous avons apprises, nous les enseignants, vont nous aider à développer leur talent. »

Tegla Loroupe, l’ancienne détentrice du record du monde du marathon, qui a dû elle aussi surmonter des conditions difficiles et des barrières culturelles pour briller dans son sport, s’est montrée une spectatrice attentive tout au long de la journée, à l’instar de certains athlètes qui étaient membres de l’équipe des athlètes réfugiés aux Jeux Olympiques de Rio 2016 et aux Championnats du Monde U18 de l’IAAF, Nairobi 2017.

« L’athlétisme est l’un des sports extraordinaires qui sont en mesure de jeter un pont entre l’élite et la masse », a fait remarquer Olivier Gers, directeur général de l’IAAF. « Cela commence par des événements comme celui-là, que nous conduisons dans le monde entier et qui permettent à des enfants de devenir passionnés par le sport. Cela contribue aussi à identifier la prochaine génération d’athlètes, mais, plus important encore, cela leur permet de partager les valeurs du sport. »

« Nous avons également aidé à la formation des entraîneurs. Le mot "héritage" est employé à l’excès, mais nous voulons être certains de laisser derrière nous des enseignements et des apprentissages. Les Championnats du Monde U18 de l’IAAF laisseront un héritage, ici à Nairobi, mais l’événement d’aujourd’hui est vraiment puissant car il permet à ces enseignants de transmettre leurs connaissances à d’autres. »

Et, en la matière, on n’a pas perdu de temps. Dès le lendemain de l’événement, lorsque l’IAAF s’est rendue dans les écoles de Endonyiosidai et Inchorroi, les enseignants avaient déjà organisé une réunion avec les huit autres écoles de leur zone, afin de transmettre les connaissances et les bénéfices qu’ils avaient retirés de la formation Kids’ Athletics.

IAAF