Athletics Kenya CEO Susan Kamau (Athletcs Kenya) © Copyright
Feature

Kamau and Ramanantsoa – two unsung heroines in African athletics

*** La version française ci-dessous/ French version below ***

When Kenya’s leading athletes get to the IAAF World Athletics Championships Doha 2019 in September, few will think of the logistics of how they got there. It will be all thanks to the work of a woman nowhere near as popular as the star athletes the east African country often produces.

Her name is Susan Kamau, the chief administrative officer of Athletics Kenya.

As chief administrator, Kamau oversees the day-to-day management of the federation, and interacts with high-level government and private sector offices to seek support for teams that travel to represent Kenya in various continental and world events. She is also involved in marketing events to complement the organisation’s operational budget.

Kamau has come a long way.

“It has taken me 22 years to get to the position of chief administrative officer,” says Kamau.

She began as a volunteer for the federation in 1996 and slowly worked her way up to the top.

“I was offered a job as a secretary, then grew to be the administrator of Athletics Kenya. I was later appointed by the board as the acting CEO until April 2019 when I was confirmed to my current position.”

Kamau is one of a group of women rising through the ranks to decision-making positions in athletics on the African continent, as national and international bodies strive for gender equity in the management of athletics.

As part of the widespread reforms adopted by the IAAF Congress at the end of 2016, the IAAF has added minimum gender targets into its constitution to establish parity at all levels in the sport’s governance.

Following the election of the first female vice-president at this year’s IAAF Congress, two of the four vice-president positions will be filled by women in 2027, the same year the IAAF Council will have a 50-50 representation for men and women.

Member federations are also showing the first signs of a move towards gender parity, notably in Africa. On the continent, women are gradually gaining leadership roles - seven out of 54 CAA member federations now have women in top decision-making positions. This includes Madagascar, where Norolalao Ramanantsoa leads the Malagasy Athletics Federation.

She waded into the world of athletics 30 years ago when she and her husband began sponsoring the sport in the southern African island nation.

“My husband and I were actively participating in the events and competitions of the federation,” says Ramanantsoa. “We also personally supported some sprinters and middle-distance runners. In the year 2000, the newly elected president formed his team and asked me to join the steering committee, which I accepted.”

She served as a councillor for eight years before taking up a role in the executive as vice-president in 2008. When her predecessor resigned four years later, Ramanantsoa ran for president in 2013 and won.

The climb

Kamau and Ramanantsoa rose through the ranks when women were still a scarce find in the higher levels of athletics management, especially in Africa. For both of them, it was hard work.

“I had to go back to college to study business administration and management,” says Kamau. “Kenya being a country with a high level of athletics talent, there has been continuous need to nurture the upcoming talent and ensure we have a continuous flow of good athletes.

“I put in extra effort to understand how to come up with a working calendar of events that must be well harmonised with the IAAF and CAA calendar of events to ensure that there is good flow.

“I had to learn how to organise events from the lowest level to national level in order to come up with strong teams to represent Kenya.”

Her drive to learn was complemented by attending an IAAF Women in Leadership training day in Nairobi in 2014.

While Kamau went to school to learn the ropes, Ramanantsoa found out that embracing her ambition to lead the Malagasy Athletics Federation after years of serving on its executive board was anything but easy.

 

Norolalao Ramanantsoa, President of the Malagasy Athletics Federation (FMA)Norolalao Ramanantsoa, President of the Malagasy Athletics Federation (FMA) © Copyright

 

“It took me twice as long as my male colleagues to achieve my goals,” she says. “Elections have always been difficult because our opponents have used every means to try to get elected, but I did not let myself go.”

Ramanantsoa has exercised leadership over the years, finding middle ground where possible but also hitting hard when she needed to, all the while focusing on her desire to develop athletics on the island nation.

“By communicating, I felt that respect began to take over the distrust that I was a woman.”

A force for women

One of the first things she did as president was reverse a decision taken by her predecessor to ban women from the Malagasy training centre for athletes.

“Fifteen years ago, while gathered in our training centre to prepare for a big competition, there were some misunderstandings between the women athletes,” says Ramanantsoa. “The president was tired of dealing with their differences, so the following year he declared that the centre would no longer house girls.

“When I took over, my first decision was to reintegrate girls because they are as serious and powerful as boys.”

The president has maintained this zero tolerance for sexism throughout her seven years leading the federation.

“In Madagascar, performances take precedence first without distinction of sex. Our regulatory texts have no sexist restrictions; I am personally assured of that.

“When I started in athletics, the president was a man,” adds Ramanantsoa. “There were few women on the steering committee and their role was rather secondary. Back then we did not have enough access to information.”

Much has changed now. Ramanantsoa says parity is fairly respected in the Malagasy Athletics Federation. “The general secretary, the president, the deputy treasurer general and the principal coach are all women. Major decisions are made collegially with other members.”

Over in Kenya, Kamau is also influencing the development of female athletes as a member of the federation’s sub-committee for women.

“We discuss matters affecting women athletes in Kenya. We organise seminars to educate women on matters of anti-doping. I have even had forums to discuss with women in athletics about their training and personal matters like marriage.”

Success on and off the field

Kamau has quiet confidence as she goes about her job.

“I am able to perform my role just as well as male colleagues or my predecessor to the satisfaction of the federation and partners I serve.”

Her efficiency is noted in some of the competitions she has helped organise out of Kenya like the 2007 IAAF World Cross Country Championships, the 2010 African Championships and the IAAF World U18 Championships Nairobi 2017 where she was director of volunteers. She is director of protocol for the IAAF World U20 Championships Nairobi 2020.

Athletics Kenya has achieved a lot during Kamau’s tenure, including being named Kenya’s Sports Federation of the Year in 2017. Kenyan athletes continue to rack up medals at global competitions, with them finishing second behind the USA with 11 medals at the 2016 Summer Olympics and 13 medals at the IAAF World Championships London 2017.

The chief administrator hasn’t stopped improving herself.

“In this era of doping,” she says, “I have decided to pursue a course in counselling and psychology to ensure I am able to handle emerging cases.”

Ramanantsoa has continued to lead Madagascar to modest success at the Indian Ocean Island Games, with the country’s athletes hauling in 44 medals in athletics – 20 of them in gold – at the 2019 edition in Mauritius.

Her leadership has gone beyond Madagascar, as she is now one of four women in the Confederation of African Athletics’ council.

Both Kamau and Ramanantsoa have words of encouragement for women thinking about pursuing careers in managements in athletics.

“They need to believe in themselves and be consistent and understand the sport very well,” says Kamau. “They have what it takes.”

For Ramanantsoa, gender equity is only a matter of time.

“I think that a change of mentality will gradually come along with the presence of more and more women in the management of athletics,’’ she says.

Helen Ngoh for the IAAF

 

Kamau et Ramanantsoa : deux héroïnes méconnues de l’athlétisme africain

Lorsque les meilleurs athlètes kenyans concourront aux Championnats du monde d’athlétisme de l’IAAF à Doha en septembre 2019, peu de gens penseront à la logistique qui leur a permis d’arriver jusque-là. Et pourtant, derrière cela se cache une femme loin d’être aussi populaire que les athlètes vedettes que produit souvent ce pays d’Afrique de l’Est.

Son nom est Susan Kamau, la directrice administrative d’Athletics Kenya, la Fédération kenyane d’athlétisme.

En tant qu’administratrice en chef, Kamau supervise la gestion quotidienne de la Fédération et intervient auprès des plus grandes instances gouvernementales et du secteur privé afin d’obtenir le soutien nécessaire aux équipes qui se déplacent pour représenter le Kenya aux divers événements continentaux et mondiaux. Elle participe également à des événements marketing pour consolider le budget opérationnel de l’organisation.

Kamau a parcouru un long chemin.

« Il m’a fallu 22 ans pour accéder au poste d’administratrice en chef », explique Kamau.

Elle a commencé comme bénévole pour la Fédération en 1996 et a lentement gravi les échelons.

« On m’a embauchée comme secrétaire. J’ai ensuite grimpé les échelons pour devenir administratrice en chef d’Athletics Kenya. J’ai ensuite été nommée Directrice générale par intérim par le conseil d’administration jusqu’en avril 2019, date à laquelle j’ai été nommée à mon poste actuel. »

Dans ce climat de lutte que mènent organismes nationaux et internationaux pour l’égalité des sexes dans les fonctions dirigeantes, Kamau est l’une des rares femmes du continent africain à avoir gravi les échelons jusqu’à occuper un poste décisionnel dans le milieu de l’athlétisme.

Dans le cadre des vastes réformes adoptées par le Congrès de l’IAAF à la fin de 2016, l’IAAF a ajouté à ses statuts des objectifs minimums en matière de genre pour établir la parité à tous les niveaux de gouvernance de l’athlétisme.

Cette année, le Congrès de l’IAAF verra l’élection de la première vice-présidente. En 2027, il est prévu qu’elles soient deux sur quatre à occuper ce poste. Cette même année, l’égalité des sexes sera respectée au niveau de la représentation au Conseil de l’IAAF.

Les Fédérations membres montrent également les premiers signes d’une évolution vers la parité, notamment en Afrique. Sur le continent, les femmes assument progressivement des rôles dans des fonctions dirigeantes. Sept des 54 fédérations membres de la CAA comptent désormais des femmes à des hauts postes décisionnels. Parmi ces sept fédérations, il y a la Fédération malgache d’athlétisme, dirigée par Norolalao Ramanantsoa.

Elle s’est lancée dans le monde de l’athlétisme il y a 30 ans lorsqu’avec son mari, elle a commencé à promouvoir ce sport dans ce pays insulaire d’Afrique australe.

« Mon mari et moi avons participé activement aux événements et aux compétitions de la fédération », a déclaré Ramanantsoa. « Nous avons aussi soutenu personnellement des sprinters et des coureurs de demi-fond. En l’an 2000, le président nouvellement élu a formé son équipe et m’a demandé de me joindre au comité directeur, ce que j’ai accepté. »

Ramanantsoa a été conseillère pendant huit ans avant d’occuper en 2008 le poste de Vice-présidente. Lorsque son prédécesseur a démissionné quatre ans plus tard, Ramanantsoa s’est présentée à la présidence en 2013 et a été élue.

L’ascension

Kamau et Ramanantsoa ont gravi les échelons alors que les femmes étaient encore rares dans les hautes fonctions de la gestion du sport, en particulier en Afrique. Pour toutes les deux, cette ascension s’est faite au prix d’un dur labeur.

« J’ai dû retourner à l’université pour étudier l’administration et la gestion des affaires », a déclaré Kamau. « Le Kenya étant un pays très prometteur en athlétisme, il fallait continuer de faire émerger les talents de demain et garantir un flux continu de bons athlètes. »

« J’ai tâché de mettre au point un calendrier d’événements fonctionnel qui soit harmonisé avec celui de l’IAAF et de la CAA pour assurer une certaine fluidité. »

« J’ai dû apprendre à organiser des événements du plus bas niveau jusqu’au niveau national afin de créer de solides équipes pour représenter le Kenya. »

Pour satisfaire son désir d’apprendre, elle a participé à une journée de formation organisée par l’IAAF à Nairobi en 2014 sur le thème du leadership féminin.

Pendant que Kamau apprenait les ficelles du métier à l'école, Ramanantsoa découvrait qu’embrasser son ambition de diriger la Fédération malgache d’athlétisme, après des années de service au sein de son bureau exécutif, était tout sauf facile.

« Il m’a fallu deux fois plus de temps que mes collègues masculins pour atteindre mes objectifs », a-t-elle déclaré. « Les élections ont toujours été difficiles car nos adversaires ont usé de tous les moyens pour se faire élire, mais j’ai tenu bon. »

Pendant plusieurs années, Ramanantsoa a exercé aux plus hautes fonctions, cherchant dans la mesure du possible le compromis, tout en marquant son autorité quand il le fallait. Elle n’a jamais perdu de vue son objectif de développer l’athlétisme dans cette région insulaire.

« En communiquant, j’ai senti que le respect commençait à prendre le dessus sur la méfiance que suscitait le fait d’être une femme. »

Une force pour les femmes

L’une des premières mesures qu’a prises Ramanantsoa en tant que Présidente a été d’annuler la décision de son prédécesseur d’exclure les femmes du centre d’entraînement malgache destiné aux athlètes.

« Il y a quinze ans, alors qu’elles étaient rassemblées dans notre centre d’entraînement pour se préparer à une grande compétition, quelques divergences ont éclaté entre les athlètes féminines », explique Ramanantsoa. « Le président en avait assez de faire face à leurs divergences et, l’année suivante, il a déclaré que le centre n’accueillerait plus de filles. »

« Quand je suis entrée en fonctions, ma première décision a été de réintégrer les filles car elles sont aussi sérieuses et puissantes que les garçons. »

La présidente a maintenu cette tolérance zéro à l’égard du sexisme au cours de ses sept années à la tête de la fédération.

« À Madagascar, les performances passent en priorité sans distinction de sexe. Nos règlements ne comportent aucune restriction sexiste : je peux en attester personnellement. »

« Quand j’ai commencé dans le milieu de l’athlétisme, la présidence était assurée par un homme », ajoute Ramanantsoa. « Il y avait peu de femmes au sein du comité directeur et leur rôle était plutôt secondaire. À l’époque, nous n’avions pas un accès suffisant à l’information. »

Depuis, beaucoup de choses ont changé. Ramanantsoa affirme que la parité est plutôt respectée au sein de la Fédération malgache d’athlétisme. « Les fonctions de Secrétaire général, de Président, de Trésorier général adjoint et d’Entraîneur en chef sont toutes occupées par des femmes. Les décisions importantes sont prises en collégialité avec les autres membres. »

Au Kenya, Kamau, en tant que membre du sous-comité féminin de la fédération, influence également le développement des athlètes féminines.

« Nous discutons de questions qui ont trait aux athlètes féminines au Kenya. Nous organisons des séminaires pour éduquer les femmes en matière de lutte contre le dopage. À l’occasion de forums, j’ai même pu discuter avec des femmes du monde de l’athlétisme, de leur entraînement et de questions personnelles comme le mariage. »

Une success-story sur le terrain et en dehors

Kamau a une confiance imperturbable dans son travail.

« Je suis capable de remplir ma mission avec la même efficacité que mes homologues masculins ou mon prédécesseur. Je réponds aux attentes de la fédération et des partenaires que je sers. »

Les Championnats du monde de cross-country de l’IAAF 2007, les Championnats d’Afrique 2010 et les Championnats du monde U18 de l’IAAF Nairobi 2017 (où elle a dirigé les bénévoles), compétitions que Kamau a contribué à organiser au Kenya, sont autant de gages de son efficacité. Elle est directrice du protocole des Championnats du monde des moins de 20 ans de l’IAAF à Nairobi en 2020.

Athletics Kenya a beaucoup évolué sous le mandat de Kamau. En 2017, elle a été nommée Fédération sportive de l’année au Kenya. Les athlètes kenyans continuent d’amasser les médailles dans les compétitions mondiales, terminant deuxièmes derrière les États-Unis avec 11 médailles aux Jeux olympiques d’été de 2016 et 13 médailles aux Championnats du monde de l’IAAF à Londres 2017.

L’administratrice en chef n’a pas cessé de progresser.

« En cette ère troublée par le dopage, j’ai décidé de suivre un cours de soutien et de psychologie pour m’assurer d’être en mesure de traiter les nouveaux cas. »

Ramanantsoa a été l’artisan du succès modeste de Madagascar lors de l’édition 2019 des Jeux des îles de l’océan Indien qui a eu lieu à Maurice, avec 44 médailles en athlétisme, dont 20 en or.

Son leadership a traversé les frontières de Madagascar. Elle est maintenant l’une des quatre femmes membres du conseil de la Confédération africaine d’athlétisme.

Kamau et Ramanantsoa encouragent les femmes à envisager une carrière dans la gestion de l’athlétisme.

« Il leur faut croire en elles, persévérer et bien comprendre le sport », a déclaré Kamau. « Elles ont toutes les cartes en main. »

Pour Ramanantsoa, l’égalité des sexes n’est qu’une question de temps.

« Je pense qu’un changement de mentalité s’accompagnera progressivement de la présence de plus de femmes dans la gestion de l’athlétisme », a-t-elle déclaré.

Helen Ngoh for the IAAF