IAAF President Sebastian Coe at the pre-meeting press conference for the 2016 IAAF Diamond League meeting in Doha (Hasse Sjogren) © Copyright
General News Doha, Qatar

Doha press conference highlights – IAAF Diamond League

Français

The traditional pre-meeting press conference of the IAAF Diamond League meeting in Doha took place on Thursday (5) and the emphasis was very much on how the series, now in its seventh season, directly laid the foundations for many an elite athlete’s road to Rio.

“I guess, with 10 IAAF Diamond League meetings before Rio, the IAAF Diamond League will provide a benchmark for expectation,” said IAAF President Sebastian Coe, heralding the start of the 2016 series in the Qatari capital on Friday night.

“Doha hosted the first ever Diamond League meeting in 2010 and has since held the honour to host the curtain raiser of the main international season.

“This year that curtain-raiser holds more significance than in some years because, as the athletes know all too well, the denouement of the season is the Olympic Games,” he added.

"The IAAF Diamond League has achieved a lot since it was created in March 2009. It is Athletics’ most lucrative circuit ever with a total prize purse across the series of 8 million US Dollars. Broadcast annually in over 120 countries it provides Athletics with its most prominent global shop window outside major championships," commented Coe.

“We have set high standards in organising such an important and prestigious sporting event in previous years and we aim to continue at the highest possible level,” said Qatar Athletics Federation President and IAAF Vice President Dahlan Al Hamad. "As 2016 is an Olympic year, with the Games in Rio, we are confident that the Doha Diamond League will offer the athletes an ideal start."

High bar hopes

As always an erudite and enthusiastic commentator, Christian Taylor preferred to concentrate on the immediate task ahead rather than his ambition of getting a second successive Olympic triple jump title.

“First and foremost, I’ve got to get some points (in Doha),” said the four-time Diamond Race winner, whose performances at IAAF Diamond League meetings four years ago foreshadowed his triumph in London.

“If that calls for 18 metres, that’s what I’m here to do. I’m here to compete," he added. "Qatar is very special to me because it’s the first place I went over 18 metres (in 2015). It’s a blessing and curse. Now the bar is set really high."

Dutch sprinter Dafne Schippers, the world 200m champion, will be competing in Doha for the first time.

“I’ve heard that it’s a very nice track, and it’s very nice to be able to compete against these very fast women,” said Schippers in her usual understated way.

“We’ll see what happens tomorrow,” she added ahead of her first 100m outing of 2016.

Another athlete facing some high expectations, perhaps even a little more than most, is Qatar’s Femi Ogunode.

Last month, Ogunode equalled his own Asian record in the 100m clocking 9.91, still the fastest time in the world this year, and on home soil there are expectations that he can improve his Asian 200m record of 19.97, set at the IAAF Diamond League final in Brussels last September.

“I’m calm, I’m not anxious about competing here, I’m in my home country. I trust in myself and believe in myself, so there is no pressure,” said Ogunode, who is also the Asian champion in both sprints.

Switching continents and event areas, later press points lined up some of the best African middle and long-distance runners.

Ethiopia’s world 5000m champion Almaz Ayana won five out of her six races in 2015 but came out with the revelation that she thought such a sparse racing programme was a little excessive, although the emphasis may have been lost in translation slightly.

“After Zurich I felt overload,” said Ayana. “My left knee didn’t stop hurting me and spoiled my whole preparation plan towards the 2016 season. I didn’t do any races indoors or outdoors yet, so Doha will be my first. I am not fully recovered, but I’ll try my best tomorrow and we’ll see how it’s going to end up.”

Sum counts her rivals

Kenya’s 2013 world 800m champion Eunice Sum predicted that her specialist event could be one of the most open of the 32 Diamond Races to be contested this year, especially as Burundi’s world indoor champion Francine Niyonsaba and South Africa’s 2009 world champion Caster Semenya already look like they are going to be in great form.

“It’s true the 800m is going to be tougher in 2016," said Sum. "Caster and Francine have already gone really fast, Ajee Wilson as well. I am ready to run faster than my personal best judging from the training I’ve been doing, but there is no reason to change my usual tactics."

Two other Kenyan runners, Ezekiel Kemboi and Asbel Kiprop, also arrived in Doha pleased with their progress in recent months and ready to impress, not only in Doha but throughout what is likely be a long season.

“I’ve been competing in Doha for the past few years and I’m yet to lose once," said Kemboi, a four-time world champion and double Olympic champion. "It’s now become almost like my home race. I’ve a legacy here. If I make a strong start in Doha, then I feel I can take it all the way to the Rio Games.

“I like winning medals at major competitions because it gives my career a better profile," he added. "For an athlete, it’s always more important to win medals. I want to continue on top for as long as I can. I want to be known as an outstanding athlete and a legend. World records aren’t important, medals are.

“Sometimes, world records come to you without you planning it. At other times, you plan for it but it never happens. Some day, some time, I may take a look at breaking the world record, but that time isn’t now. However, ever since the 2004 Games, I’ve been growing stronger, and younger,” joked the steeplechaser.

Kiprop, who has world and Olympic 1500m titles to his name, will be looking to regain the crown he won eight years ago in Beijing in a few months’ time.

“Doha is the first step in my build-up for the season," he said. "After this race, I’ll know exactly what shape my body is in and where I'm at. I'm eagerly looking forward to the race in Doha.”

The third-fastest 1500m runner of all time revealed that he almost certainly has ruled out any attempts at the world record this year, despite going so close at getting his name in the history books at the IAAF Diamond League meeting in Monaco last summer.

“I’m not going to attempt a world record time this season," he said. "This is an Olympic year and my only priority is to win in Rio. I think that’s what every athlete will aim at."

Phil Minshull for the IAAF

 


Les points à retenir de la conférence de presse de Doha – la Diamond League de l’IAAF

La conférence de presse précédant traditionnellement la compétition de la Diamond League de l’IAAF de Doha s’est déroulée ce jeudi (5). L’importance que revêtiront cette année les différentes étapes de la série – dont c’est la septième saison - dans les préparations pour Rio 2016 d’un grand nombre des athlètes d’élite y a été largement évoquée.

“J’imagine volontiers que, avec dix meetings de la série entre maintenant et l’ouverture des Jeux Olympiques, la Diamond League de l’IAAF va servir de point de référence par rapport à ce à quoi on peut s’attendre à Rio en termes de performances, a déclaré le président de l’IAAF, Sebastian Coe, présent dans la capitale qatarie ce vendredi soir pour lancer la série 2016.

“C’est à Doha, en 2010, que s’est tenue la toute première réunion de la Diamond League, et, depuis lors, c’est cette ville à qui revient l’honneur d’organiser la compétition inaugurale de la saison internationale d’athlétisme.

“Cette année, plus que d’autres encore, ce rendez-vous revêt encore plus d’importance aux yeux des athlètes, bien conscients que leur saison culminera avec les Jeux Olympiques.

"La Diamond League de l’IAAF a radicalement progressé depuis sa création en mars 2009. Elle représente le circuit le plus lucratif de notre sport jamais organisé, avec un total de primes en jeu, réparties au travers de la série, de 8 millions de dollars US. Diffusée chaque année dans plus de 120 pays, elle offre à l’athlétisme sa vitrine mondiale la plus visible, en dehors des championnats majeurs,” a ajouté le Président Coe.

“Nous avons, ces dernières années, imposé des standards élevés qu’il faut continuer à respecter pour pouvoir prétendre accueillir une manifestation sportive de cette importance et de ce prestige, et notre volonté est de nous maintenir au plus haut niveau de qualité possible, a ajouté le président de la Fédération d’athlétisme du Qatar et vice-président de l’IAAF, Dahlan Al Hamad.

“2016 étant une année olympique, avec les Jeux organisés à Rio, nous sommes confiants que ce meeting de la Diamond League de Doha va offrir aux athlètes un départ idéal à leur saison."

Des ambitions à la hauteur du rendez-vous

S’exprimant avec la verve et l’enthousiasme qu’on lui connaît si bien, Christian Taylor a confié qu’il préférait se concentrer sur la tâche en main, plutôt que d’évoquer son ambition de décrocher un second titre olympique successif dans le triple saut.

“Avant toute chose, il me faut engranger des points ici à Doha, a expliqué celui qui a remporté la Course de diamant à quatre reprises, et dont les performances réalisées lors des différentes compétitions du circuit de la Diamond League de l’IAAF, voilà quatre ans, avaient laissé présager son triomphe olympique à Londres.

“Si, pour marquer des points, il me faut atteindre les 18m, alors c’est ce que je ferai. C’est pour ça que je suis ici – pour me mesurer aux autres. Le Qatar représente quelque chose de très spécial pour moi, parce que c’est ici que j’ai dépassé les 18m pour la première fois (en 2015). C’est à la fois un bien et un mal, en ce sens que maintenant les attentes sont vraiment élevées."

La sprinteuse néerlandaise Dafne Schippers, championne du monde du 200m, sera, elle, en lice à Doha pour la première fois.

“J’ai entendu dire que la piste ici est très bonne, et je suis ravie de cette opportunité de me mesurer à des adversaires aussi rapides, a expliqué Schippers, toujours aussi discrète dans sa manière d’être.

“On verra bien ce qui va arriver demain,” a-t-elle ajouté, avant sa première sortie sur 100m de 2016.

Un autre athlète dont on attend énormément - peut-être même davantage encore que de ses homologues – est le “régional de l’étape”, le Qatari Femi Ogunode.

Le mois dernier, Ogunode a égalé son propre record d’Asie du 100m avec 9”91, à date le temps le plus rapide de 2016, et à Doha, évoluant devant son propre public, certains espèrent bien le voir améliorer son record d’Asie du 200m, 19”97, couru lors de la finale de la Diamond League de l’IAAF de Bruxelles en septembre dernier.

“Je suis calme, je n’ai aucune anxiété par rapport au fait de courir ici, dans mon propre pays. J’ai confiance en moi et je crois en moi, et ne ressens aucune pression,” a dit Ogunode, qui est également le champion d’Asie dans les deux distances du sprint.

Faisant suite à la conférence, différents points presse étaient organisés avec une focalisation sur un autre continent et d’autres disciplines, permettant aux journalistes de s’entretenir avec une sélection des meilleurs coureurs de fond et de demi-fond africains.

La championne du monde éthiopienne du 5000m, Almaz Ayana, qui a gagné cinq des six courses auxquelles elle a participé en 2015, a révélé qu’elle pensait qu’un programme aussi léger en matière de compétitions était “un peu excessif”. On peut imaginer que le fond de sa pensée ait peut-être été un peu perdu au niveau de l’interprétation…

“Après Zurich je me suis sentie en surcharge, a dit Ayana. Mon genou gauche me faisait constamment souffrir, et cela a eu un impact négatif sur mon plan de préparation de la saison 2016. Je n’ai pas encore couru, ni en salle ni en extérieur, pour le moment, et de fait cette compétition de Doha est ma première sortie. Je n’ai pas encore récupéré totalement, mais je vais faire de mon mieux demain, et on verra bien ce qui adviendra...”

Sum jauge ses rivales

Championne du monde du 800m en 2013, la Kenyane Eunice Sum a prédit que sa discipline de prédilection pourrait bien être parmi les plus disputées des 32 Courses de diamant de cette année, notamment en raison de l’excellente forme déjà affichée par la championne du monde en salle, la Burundaise Francine Niyonsaba, et par la championne du monde de 2009, la Sud-africaine Caster Semenya.

“C’est vrai que le 800m s’annonce plus ardu en 2016, a dit Sum. Caster et Francine ont déjà accompli des temps très rapides, et c’est également le cas pour Ajee Wilson. Je suis, de mon côté, prête pour aller plus vite que ma meilleure performance personnelle, au vu de ce que je réussis à l’entraînement, mais il n’y a aucune raison de modifier ma tactique habituelle."

Deux autres coureurs kenyans, Ezekiel Kemboi et Asbel Kiprop, sont arrivés à Doha en se déclarant satisfaits de leurs progrès enregistrés au cours des derniers mois et prêts à faire forte impression sur la piste, non seulement ici, devant le public qatari, mais pour tout le reste de ce qui sera certainement une saison longue.

“Cela fait quelques années que je viens ici à Doha, et, jusqu’ici, je n’y ai jamais été battu, a dit Kemboi, quadruple champion du monde et double champion olympique. J’en viens presque à la considérer comme ma course fétiche, c’est un rendez-vous toujours très spécial. Si je démarre fort à Doha, alors j’ai le sentiment que je serai à même de conserver un bon tempo jusqu’aux Jeux de Rio.

“J’aime remporter des médailles lors de compétitions majeures, parce que cela améliore mon profil, en termes de carrière, a-t-il ajouté. Pour un athlète, il est toujours plus important de gagner des médailles. Je veux continuer et rester au sommet pendant aussi longtemps que je le pourrai. Et être reconnu comme un athlète hors pair et une légende. Les records du monde ne sont pas importants, ce sont les médailles qui le sont.

“Parfois, il arrive que les records du monde vous tombent dessus sans que vous ne vous y attendiez. D’autres fois, vous voulez les planifier, mais les choses ne se passent pas comme prévu. Un jour, quelque part, il se peut que je cherche à établir un record du monde, mais ce ne sera pas ici, maintenant. Pour autant, j’ajouterai que, depuis les Jeux de 2004, je n’en finis, ni de devenir plus fort, ni de rajeunir,” a plaisanté le spécialiste du steeple en guise de conclusion.

Kiprop, qui compte des titres de champion olympique et de champion du monde du 1500m à son palmarès, va chercher, dans quelques mois, à reconquérir le titre olympique qu’il avait fait sien voilà huit ans, à Pékin.

“Doha représente la première étape de mes préparatifs pour la saison, a-t-il expliqué. Au terme de cette compétition, je saurai exactement où j’en suis, et quelle est ma forme physique. La perspective de cette course me réjouit.”

Celui qui est le troisième coureur de 1500m le plus rapide de tous les temps a révélé qu’il avait pratiquement pris sa décision finale en ce qui concerne d’éventuelles tentatives de battre le record du monde, et ce en dépit de l’avoir approché de si près l’été dernier, à l’occasion du meeting de la Diamond League de l’IAAF de Monaco.

“Je ne vais pas m’attaquer à un record du monde cette saison, a-t-il expliqué. Nous sommes dans une année olympique, et mon unique priorité est de gagner à Rio. Je pense que ce sera là l’objectif de tous les athlètes de l’élite."

Phil Minshull, pour l’IAAF