IAAF logo (IAAF.org) © Copyright
General News

First doping violation concluded in Athletics on the basis of the Athlete Biological Passport

READ ON for English and French language versions
- La traduction française suit le texte anglais

Monaco – Hélder Ornelas, 38, a long distance runner from Portugal, has been found guilty of a doping violation and sanctioned with a 4-year period of ineligibility by the Portuguese Athletic Federation (FPA).

The evidence against Ornelas comprised of a series of blood test results collected by the IAAF in the course of the Athlete Biological Passport programme between December 2009 and November 2010. It is the first time that the Athlete Biological Passport has been used in Athletics as sole evidence in support of an anti-doping rule violation.

The Athlete Biological Passport measures and monitors an athlete’s blood variables over time and establishes an individual longitudinal profile which can indicate the use of a prohibited substance or a prohibited method.

Ornelas’s blood profile was flagged as being abnormal in May 2011 which triggered further investigations in accordance with IAAF Anti-Doping Regulations. Ornelas’s blood profile was submitted to an Expert Panel composed of three international experts in the field of haematology. Following an in-depth review of Ornelas’s profile, the experts unanimously concluded that there was no known reasonable explanation for the abnormalities observed in his blood profile other than the use of a prohibited substance or a prohibited method.

On the basis of the experts’ conclusion, the IAAF initiated disciplinary proceedings against Ornelas and referred the case to the Portuguese Athletic Federation for adjudication. In referring the case to the FPA, the IAAF sought a 4-year sanction as it considered that there were aggravating circumstances in this case justifying the imposition of an increased sanction. This is in line with the IAAF’s long-standing position in favour of an increased sanction for serious first time doping offences and it will continue to enforce the rules on aggravating circumstances whenever there are valid grounds for doing so.

The FPA decision concludes a 10-month evaluation and adjudication process. Ornelas did not exercise his right of appeal to the Court of Arbitration for Sport and the FPA’s decision has become final and binding under IAAF Rules.

IAAF President Lamine Diack said: "Those who try to cheat within the athletics community should be warned that the Athlete Biological Passport is not merely a concept but rather an efficient method that is now being used by the IAAF Anti-Doping Department to identify, target and catch those who believe that doping is the only route to success. Cheaters should also be aware that, if they are caught, the IAAF will seek an increased 4-year sanction whenever the circumstances so justify."

***

Premier cas de dopage en athlétisme mis en évidence par le passeport biologique de l’athlète

2 mai 2012 - Monaco – Le coureur de fond portugais, Hélder Ornelas, 38 ans, a été déclaré coupable d'infraction aux règles antidopage et sanctionné par 4 ans de suspension par la Fédération portugaise d’athlétisme (FPA).

Les résultats de prélèvements sanguins recueillis par l'IAAF, entre décembre 2009 et novembre 2010, dans le cadre du programme de passeport biologique de l'athlète, constituent les preuves accumulées contre Ornelas. C'est la première fois que le passeport biologique est utilisé en athlétisme comme seul élément de preuve à l'appui d'une infraction aux règles antidopage.

Le passeport biologique mesure et surveille les paramètres sanguins de l'athlète au fil du temps et établit un profil longitudinal individuel qui peut révéler l'utilisation de substances ou méthodes interdites.

Le profil sanguin d’Ornelas a été constaté comme anormal en mai 2011. Un supplément d'enquête a alors été déclenché conformément aux règlements antidopage de l'IAAF. Son profil sanguin a été soumis à un groupe d’experts composé de trois spécialistes internationaux en hématologie. Après examen approfondi de ses paramètres sanguins, ils ont conclu à l'unanimité qu'il n'existait aucune explication raisonnable connue, autre que l'utilisation d'une substance ou d'une méthode interdite, pour les anomalies observées.

Se fondant sur la conclusion des experts, l'IAAF a lancé une procédure disciplinaire contre Ornelas et a renvoyé l'affaire pour arbitrage devant la Fédération portugaise d'athlétisme. Ce faisant, l'IAAF a demandé une sanction de 4 ans car, en l’occurrence, elle estime que le cas révèle des circonstances aggravantes justifiant l'application d'une sanction alourdie. Cette position est en accord avec la ligne adoptée de longue date par l'IAAF favorable à une sanction plus lourde à la première infraction dès lors qu’elle est aggravée. Ces règles sur les circonstances aggravantes, seront appliquées chaque fois qu'il y aura motifs pour le faire.

La décision de la FPA met un terme à une évaluation et un arbitrage longs de dix mois. Ornelas n'a pas exercé son droit d'appel devant la Cour d'arbitrage du sport et en vertu des règles de l'IAAF, la décision de la FPA est donc définitive et exécutoire.

« Ceux qui tentent de tricher dans le monde de l'athlétisme doivent être conscients que le passeport biologique n'est pas un simple concept mais une méthode efficace utilisée par le Département Médical et Antidopage de l'IAAF pour identifier, cibler et sanctionner ceux qui croient que le dopage est la seule voie vers le succès », a déclaré son Président, Lamine Diack. « Les tricheurs doivent également être avertis que, s'ils sont pris, l'IAAF demandera une sanction de 4 ans chaque fois que les circonstances le justifieront. »