The round-table discussion at the IAAF Road Running Seminar in Cardiff (Getty Images) © Copyright
General News Cardiff, UK

IAAF Road Running Seminar takes place in Cardiff


Race organisers, athletes and member federation representatives gathered at the Motorpoint Arena in Cardiff on Friday (25) for the first IAAF Road Running Seminar.

Held on the eve of the IAAF/Cardiff University World Half Marathon Championships Cardiff 2016, the seminar covered several key topics within road running.

“We need to road test and we need to innovate to encourage more people to take up our sport,” IAAF President Sebastian Coe said in his welcome. “We have to be realistic: road running is the way that we connect in our sport.

“It’s why we are so keen for there to be a mass race off the back of the elite race at the World Half Marathon Championships. In that respect, I don’t think there’s another World Championship event like it in any other sport.

“We also have to be realistic that, financially speaking, road races are supporting track and field programmes; that’s why we have to be protective of road events.

“Road and cross-country events are an inseparable part of the pathway to great performances on the track,” he added. “There’s a belief that athletes can’t do road and cross-country races in the same season, but some of the athletes here – Mo Farah and Geoffrey Kamworor – can show that it is possible.

“This is a good opportunity for us to reconnect.”

Moderated by Geoff Wightman, the seminar began with IAAF Competitions Director Paul Hardy outlining the IAAF’s involvement in road running. Sean Wallace Jones, the senior manager of road running at the IAAF, then looked at the past 10 years – and the future – of IAAF Label Road Races.

Jakob Larsen, the chief executive of the local organising committee for the IAAF World Half Marathon Championships Copenhagen 2014, recounted the story of the Danish capital hosting the event. A round-table discussion involving five big city races on the value of an IAAF Label was followed by a presentation from Nigel Gough of the Great Run Company on the benefits of combining road-running weekends with other athletics events.

The final hour of the seminar was a round-table discussion between five distance-running greats: Paula Radcliffe, Steve Jones, Tim Hutchings, Jos Hermens and Massimo Magnani.

The first topic they discussed was pacemaking and if pacemakers are becoming too prevalent in big city road races.

“We should let go of the idea that marathons are only valued by time,” said Hermens, who pointed out that fast times are not going to be achieved on certain courses and would work better without pacemakers.

Hutchings used the example of the 2015 Chicago Marathon which eschewed pacemakers for the first time in more than two decades to make his point that pacemakers do add value and have a tangible role in setting up races but believes they should be required to drop out for the last quarter.

The topic of the sub-two-hour marathon was the most polarising topic to be discussed. Magnani and Hermens both said the mark can be achieved at some point in decades to come although an increasingly scientific approach is required. Hermens also pointed out that training methods for the marathon haven’t changed since he was competing in the mid-1970s.

Hutchings is one of the sceptics and believes the mile splits required to break the mark are “science fiction” while Jones believes there might even be a slight regression in times en masse as drug testing improves. Radcliffe refutes the idea that marathon training hasn’t become more scientific. “It can be achieved," she said, "although it’s a long, long way ahead.”

There was largely a consensus on the topic of championship events still holding legitimacy although Hutchings suggests the marathon should be replaced by the half marathon at the IAAF World Championships.

The participants also agreed that there aren’t too many races on the calendar and governing bodies shouldn’t interfere if the market and interest is present, although Hermens did suggest the road racing calendar could develop into a more coherent product.

“We have a World Marathon Majors which is fantastic but I think we should have something like this for 10km, 15km and half marathon held around the world in great cities with televised coverage and make it interesting with a good mixture of runners – maybe three Kenyans and Ethiopians like at the Olympics, something like that. I’m sure you could get great sponsors for that.”

Likewise, Hutchings believes there should be some sort of ranking system introduced into the sport as a means to sustain interest and create narratives.

“Marathon running and road racing should have individual rankings and points should be given on the basis of the field," he said. "I think if we put someone’s best marathon, half marathon and 10km – that would be something we could hold up to the shining light. There are 48 million runners in Europe alone – there’s a big audience who can appreciate that sort of excellence."

On the topic of a potential European distance running revival, Hermens believes a centralised high altitude camp is the way to improve standards while Radcliffe lauded the distance running system in the United States.

“I think we should make a European Union training centre in The Alps where everyone can go and bring the best science from Britain and Germany and if we apply this, we’ll have European runners running 2:06 in five years,” said Hermens.

Radcliffe, an ardent advocate of altitude training, said: “I went to the Pyrenees and being in that environment opened my eyes in terms of what I needed to do. I saw a lot of different countries there using it and I think that’s declined – I don’t know if that’s investment or a lack of willingness.

“That camp environment in the US helps," she added. "They see what the others do and realise what they need to work towards. When one goes out and runs well, it breeds success.”

Jon Mulkeen and Steven Mills for the IAAF

Un Séminaire pour la Course sur route organisé à Cardiff

Des organisateurs de courses, des athlètes et des représentants de fédérations membres se sont rassemblés au Motorpoint Arena de Cardiff ce vendredi (25) pour le premier Séminaire de Courses sur route de l’IAAF.

Ce séminaire, organisé à la veille des Championnats du Monde de Semi-Marathon de l’IAAF/Cardiff, Cardiff 2016, s’articulait autour de plusieurs thèmes majeurs pertinents à la course sur route.

“Il nous faut tester différentes formules et savoir innover afin d’encourager davantage de personnes à rejoindre notre sport, a dit le président de l’IAAF, Sebastian Coe, lors de son allocution de bienvenue. Nous devons être réalistes: la course sur route est la manière dont nous connectons dans notre sport.

“C’est la raison pour laquelle nous tenons tant à adjoindre une course pour tous à celle pour l’élite lors des Championnats du Monde de Semi-Marathon. De ce point de vue, je ne pense pas qu’il existe un championnat du monde semblable dans d’autres sports, quels qu’ils soient.

“De même, nous devons reconnaître que, financièrement parlant, ce sont les courses sur route qui soutiennent les programmes d’athlétisme, et c’est pourquoi nous devons protéger les épreuves sur route.

“Les disciplines sur route, tout comme le cross, forment une partie indissociable du chemin qui mène à de grandes performances sur la piste, a-t-il ajouté. Il existe une école de pensée selon laquelle les athlètes ne pourraient pas courir sur route et faire des compétitions de cross au cours d’une même saison, mais certains athlètes ici, dont Mo Farah et Geoffrey Kamworor, peuvent nous démontrer que c’est possible.

“Ceci est une bonne opportunité pour nous de reconnecter.”

Animé par Geoff Wightman, le séminaire proprement dit a débuté avec une présentation faite par Paul Hardy, le directeur des Compétitions de l’IAAF, au cours de laquelle il a expliqué l’implication de l’IAAF dans la course sur route. Sean Wallace Jones, le manager exécutif responsable pour les courses sur route au sein de l’IAAF, a ensuite passé en revue les dix dernières années - et évoqué ce que réserve l’avenir - des courses sur route au Label de l’IAAF.

Jakob Larsen, le directeur général du comité d’organisation local des Championnats du Monde de Semi-Marathon de l’IAAF, Copenhague 2014, a retracé l’histoire de l’organisation de la manifestation dans la capitale danoise. Une table ronde avec des représentants de cinq grands rendez-vous sur route mondiaux a porté sur la valeur du Label IAAF. Ensuite, la salle a entendu une présentation de Nigel Gough, de la Great Run Company sur les bénéfices apportés par la combinaison de weekends de courses sur route avec d’autres manifestations d’athlétisme.

La dernière heure du séminaire a été consacrée à une seconde table ronde, avec la participation de cinq grands champions de la course sur route: Paula Radcliffe, Steve Jones, Tim Hutchings, Jos Hermens et Massimo Magnani.

Le premier sujet abordé a été celui du pacemaking, avec en point focal, le fait de déterminer si le rôle des lièvres tendait à devenir trop prévalent dans les courses sur route des grandes villes.

“Nous devrions laisser derrière nous l’idée que les marathons ne sont valorisés qu’au travers des temps courus,” a dit Hermens, qui a fait remarquer que des chronos rapides ne seront jamais réalisés sur certains parcours, et qu’ils fonctionneraient en fait mieux sans lièvres.

Hutchings a alors cité l’exemple du Marathon de Chicago en 2015, qui n’avait pas fait appel à des lièvres, pour la première fois depuis plus de vingt ans, pour faire valoir que les lièvres apportent bien de la valeur ajoutée et qu’ils jouent un rôle tangible dans la mise en situation de courses, mais que, pour autant, ils devraient être dans l’obligation de se retirer pour le dernier quart de la distance.

C’est le thème de la possibilité d’un marathon couru en moins de deux heures qui s’est révélé être le plus clivant lors de cette table ronde. Magnani et Hermens ont tous deux affirmé penser que ce chrono était de l’ordre du réalisable et qu’il serait bien atteint au cours des décennies à venir, reconnaissant toutefois que cela demanderait une approche de plus en plus scientifique. Hermens a souligné le fait que les méthodes d’entraînement pour le marathon n’ont pas changé depuis l’époque où lui les courait, au milieu des années 70.

Hutchings, lui, a déclaré être bien plus sceptique, avançant que les temps de passage au kilomètre requis pour descendre sous les deux heures relèvent de la “science-fiction”, tandis que Jones a dit qu’on pourrait même assister à une légère régression en termes de temps courus dans leur ensemble avec les progrès accomplis par les contrôles antidopage. Radcliffe a rejeté l’idée que les méthodes d’entraînement ne sont pas devenues plus scientifiques. “Les deux heures peuvent être atteints, a-t-elle affirmé. Mais c’est encore loin, bien loin, devant nous.”

Les intervenants étaient tous généralement d’accord sur le fait que les championnats sont bien encore investis d’une légitimité, bien qu’Hutchings ait suggéré que le marathon des Championnats du Monde de l’IAAF soit remplacé par un semi-marathon.

Les participants étaient également en accord sur le fait que le calendrier des courses n’est pas surchargé, et que les gouvernements ne devraient pas s’en mêler tant que le marché et l’intérêt général existent. Hermens a toutefois suggéré que le calendrier des courses sur route soit développé de sorte qu’il soit un produit plus cohérent.

“Nous avons bien le World Marathon Majors, qui est un produit fantastique, mais à mon sens nous devrions avoir quelque chose de similaire pour les 10km, les 15km et les semi-marathons organisés dans le monde entier dans les villes les plus emblématiques. Si ces courses bénéficient de diffusions télévisées et que l’on veille à rendre les compétitions les plus attrayantes possible, avec notamment un mélange intéressant de coureurs – peut-être trois Kenyans et Ethiopiens, comme on le fait aux Jeux, je suis certain que cela attirerait d’excellents sponsors.”

Dans le même état d’esprit, Hutchings a affirmé qu’un système de classement devrait être introduit dans la course sur route, afin de maintenir l’intérêt et créer des histoires qui éveilleront et retiendront l’attention du public.

“Les marathons et la course sur route devraient avoir des classements individuels en place, avec l’attribution de points en fonction du niveau des compétiteurs présent pour chaque course, a-t-il asséné. Il existe 48 millions de coureurs rien qu’en Europe, et je pense que si nous pouvions désigner qui est l’actuel numéro 1 sur le marathon, sur le semi-marathon ou sur 10km, le public et les fans apprécieraient énormément cette reconnaissance de l’excellence."

Concernant le sujet d’une renaissance potentielle au haut niveau de la course de fond européenne, Hermens a expliqué qu’un camp d’entraînement en altitude centralisé est la manière de rehausser le niveau général, tandis que Radcliffe a chanté les louanges du système pour la course de fond telle qu’il existe aux Etats-Unis.

“Je pense qu’on devrait fonder un centre d’entraînement de l’Union européenne dans les Alpes où tout le monde pourrait se rendre et y amener la meilleure science depuis la Grande-Bretagne et l’Allemagne. Et si nous appliquons cela, nous aurons des coureurs européens qui seront à 2h06 d’ici cinq ans,” a dit Hermens.

Radcliffe, avocate ardente de l’entraînement en altitude, a dit: “Je me suis rendue dans les Pyrénées, et me retrouver dans cet environnement m’a ouvert les yeux en termes de ce qu’il me fallait faire. Je me souviens que j’y voyais alors beaucoup de nations différentes, et je crois que cela a décliné – je ne sais pas si c’est une question d’investissements ou d’un manque de volonté.

“L’environnement de camp, comme cela existe aux USA, est très utile, a-t-elle poursuivi. Les athlètes voient ce que font les autres et comprennent ce vers quoi ils doivent travailler. Si un des participants au camp effectue une très bonne sortie, il fait immanquablement des émules : cela est générateur de succès.”

Jon Mulkeen et Steven Mills pour l’IAAF