IAAF logo () © Copyright
Press Release

World experts supporting IAAF’s Eligibility Regulations for athletes with DSD at the Court of Arbitration for Sport this week

The IAAF believes that equal treatment of men and women is not just a formal requirement of its Constitution but that empowering girls and women through athletics is a core value of the organisation, at the heart of what it believes the sport can offer to participants and to the world.  The IAAF is committed to doing everything in its power to realise that value, for the benefit of the sport and of society in general. 

The female category in sport is a protected category. For it to serve its purposes, which include providing females opportunities equal to males, it must have eligibility standards that ensure that athletes who identify as female but have testes, and testosterone levels in the male range, at least drop their testosterone levels into the female range in order to compete at the elite level in the female classification. This standard is necessary to ensure fair competition for all women. Indeed, without it, we risk losing the next generation of female athletes, since they will see no path to success in our sport. The IAAF is confident that the scientific basis by which it has defined the limits of the category – limits which will apply equally to all competitors – will stand up to challenge in the Court of Arbitration for Sport (CAS). The team of experts providing evidence at CAS this week in support of the IAAF regulations includes the following, with links to published papers on articles on their areas of expertise.


Dr Angelica Lindén Hirschberg
is Professor of Obstetrics and Gynecology at the Department of Women´s and Children´s Health, Karolinska Institutet, Stockholm, with special focus on Reproductive Endocrinology. Her research is focused on disorders of reproductive dysfunction and gonadal development in women. The overall aim is to improve diagnostics, fertility and long-term health in women with strenuous exercise, obesity, polycystic ovary syndrome (PCOS), primary ovarian insufficiency (POI) and disorders of sex development (DSD). The research is translational from experimental in vitro studies of endometrial function to randomized controlled trials and population-based epidemiological studies performed in collaboration with national and international research networks. Dr Hirschberg’s paper on Serum androgen profile and physical performance in women Olympic athletes published in British Medical Journal in 2017 can be found here: https://www.iaaf.org/download/download?filename=e2ee7ab8-9dfc-48d6-babb-2f26192cffa4.pdf&urlSlug=serum-androgen-profile-and-physical-performan


David Handelsman
is Professor of Reproductive Endocrinology and Andrology, University of Sydney, inaugural Director of the ANZAC Research Institute and head of Andrology Department, Concord Hospital, Sydney, Australia. His expertise in reproductive endocrinology and andrology involves basic, clinical and public health research with a focus on the physiology, pharmacology and toxicology of androgens. His research has focused on steroid mass spectrometry, anti-doping science, clinical pharmacology of androgens and their misuse and abuse. David’s comprehensive paper on Circulating Testosterone as the Hormonal Basis of Sex Differences in Athletic Performance published last year in Endocrine Reviews can be found here: https://www.iaaf.org/download/download?filename=80d1de43-0ba4-4054-bf3f-daad00bf7dea.pdf&urlSlug=circulating-testosterone-as-the-hormonal-basi


Joanna Harper
has worked as a medical physicist for more than 30 years and is also a long time athletics competitor. Nine months after initiating hormone therapy in 2004 as part of her transition from male to female, she was running 12% slower – the difference between male and female runners – and this triggered her interest in the science of gender diverse athletes. Eventually, she published the first paper analysing transgender sports performance. The study led to her appointment as expert adviser to the International Olympic Committee (IOC), and one of the authors of the 2016 IOC transgender guidelines. Harper has published additional papers on the subject of gender variance and sport. Joanna’s personal journey, love of running and her scientific research was published in Science Magazine last year and can be found here: http://www.sciencemag.org/news/2018/07/scientist-racing-discover-how-gender-transitions-alter-athletic-performance-including


Doriane Lambelet Coleman
is a Professor of Law at Duke Law School. She specialises in teaching and scholarship related to culture, women, children, medicine, and law. She is an expert in anti-doping rules and has practiced, taught, and written about sports law, with a focus on the Olympic Movement and eligibility issues. Her current work focuses on the differences between biological sex and gender identity and the implications of those differences for institutions ranging from elite sport to education and medicine. In her previous life (as Doriane Lambelet) Coleman ran the 800 meters in collegiate and international competition. She was a multiple All American, All East, and All Ivy athlete, the US National Collegiate Indoor Champion in 1982, and the Swiss National Champion in 1982 and 1983. Doriane’s paper on Sex in Sport can be found here: https://scholarship.law.duke.edu/cgi/viewcontent.cgi?referer=&httpsredir=1&article=4849&context=lcp and her article on Sex, Sport, and Why Track and Field’s New Rules on Intersex Athletes Are Essential, published in the New York Times in 2018, can be found here: https://www.nytimes.com/2018/04/30/sports/track-gender-rules.html


Richard Auchus, MD, PhD
is former Professor of Pharmacology and Internal Medicine in the Division of Metabolism, Endocrinology, and Diabetes and Director of the Endocrinology Fellowship Program at the Medical School of the University of Michigan. Dr. Auchus has authored more than 200 journal articles and book chapters and is active in research projects ranging from basic chemical principles of steroid biosynthetic enzymes to clinical and translational investigation in disorders of the pituitary, adrenals, ovaries, and testes that cause hypertension, infertility, and obesity. Richard’s paper on Endocrinology and Women’s Sports: The diagnosis matters can be found here: https://scholarship.law.duke.edu/cgi/viewcontent.cgi?referer=&httpsredir=1&article=4850&context=lcp

 


Des experts internationaux soutiennent cette semaine le Règlement de l'IAAF régissant la qualification des athlètes présentant des différences de développement sexuel devant le Tribunal Arbitral du Sport

L'IAAF estime que l'égalité de traitement entre les hommes et les femmes ne se limite pas à une exigence solennelle contenue dans ses Statuts. En effet, l'autonomisation des filles et des femmes par l'athlétisme est une valeur fondamentale de l'organisation, une valeur essentielle parmi celles que le sport peut offrir aux athlètes et au reste du monde. Ainsi, l'IAAF s'engage à faire tout ce qui est en son pouvoir pour porter cette valeur, au bénéfice du sport et de la société en général.

La catégorie féminine dans le sport est une catégorie protégée. Pour que cette catégorie réponde à ses objectifs, qui consistent notamment à offrir aux femmes des chances égales à celles des hommes, elle doit être régie par des critères de qualification. Ces critères doivent garantir que les athlètes qui s'identifient comme femme mais qui ont des testicules et un taux de testostérone aux mêmes niveaux que ceux des hommes, tout au moins abaissent celui-ci aux niveaux de celui des femmes, afin de pouvoir participer à des compétitions d’élite dans cette catégorie féminine. Cette norme est nécessaire pour assurer une compétition équitable entre toutes les femmes. En effet, sans cette norme, nous risquons de perdre la prochaine génération d'athlètes féminines, car elles ne verraient plus aucun moyen de réussir au plus haut niveau dans notre sport. L'IAAF est convaincue que la base scientifique sur laquelle elle a défini les limites de la catégorie féminine, limites qui s'appliqueront de la même manière à toutes les athlètes, résistera à toute contestation devant le Tribunal Arbitral du Sport (TAS). L'équipe d'experts qui, cette semaine, fournit des preuves devant le TAS qui plaident en faveur du Règlement de l'IAAF, comprend les personnes suivantes (leur présentation est accompagnée de liens vers un ou plusieurs articles publiés dans leur domaine d'expertise particulier).

 

Angelica Lindén Hirschberg est professeure d'Obstétrique et de Gynécologie au département Santé des femmes et des enfants de l’Institut Karolinska à Stockholm (Suède). Elle est spécialisée en endocrinologie et médecine de la reproduction. Ses recherches portent sur les troubles de la reproduction et du développement gonadique chez les femmes. Elles visent à améliorer le diagnostic, la fertilité et la santé à long terme chez les femmes pratiquant un exercice physique intense, atteintes d'obésité, du syndrome des ovaires polykystiques (SOPK), d'insuffisance ovarienne prématurée (IOP) et de troubles du développement sexuel (TDS). Ses recherches médicales sont d’ordre « translationnelle », allant d'études expérimentales in vitro sur la fonction de l’endomètre à des essais contrôlés randomisés ou encore à des études épidémiologiques en population réalisées en collaboration avec des réseaux de recherche nationaux et internationaux. L'article du Dr Hirschberg « Serum androgen profile and physical performance in women Olympic athletes » [Profil androgénique sérique et les performances physiques des athlètes olympiques féminines] publié dans le British Medical Journal en 2017 est disponible à l’adresse suivante : https://www.iaaf.org/download/download?filename=e2ee7ab8-9dfc-48d6-babb-2f26192cffa4.pdf&urlSlug=serum-androgen-profile-and-physical-performan

 

David Handelsman est professeur d'Endocrinologie et d'Andrologie de la reproduction à l'Université de Sydney, premier directeur de l'institut de recherche ANZAC et chef du département d'Andrologie de l’hôpital Concord de Sydney (Australie). Son expertise en endocrinologie et en andrologie de la reproduction porte sur la recherche fondamentale, clinique et en santé publique, et plus particulièrement sur la physiologie, la pharmacologie et la toxicologie des androgènes. Ses recherches ont porté sur la spectrométrie de masse des stéroïdes, la science antidopage, la pharmacologie clinique des androgènes et leur mauvais usage et abus. L'article détaillé de David « Circulating Testosterone as the Hormonal Basis of Sex Differences in Athletic Performance » [La testostérone circulante comme base hormonale des différences sexuelles dans la performance athlétique], publié l'an dernier dans Endocrine Reviews, est disponible à l’adresse suivante : https://www.iaaf.org/responsive/download/downloadregistration?token=yvzdyzaqb8xgngbf0k87fhfkqgrljnmkbw1zyr7i

 

Joanna Harper a travaillé comme spécialiste en Radiophysique médicale au Portland Medical Center (USA Oregon) pendant plus de 30 ans et est également une athlète de longue date. En 2004, neuf mois après avoir commencé l'hormonothérapie dans le cadre de sa réassignation de sexe d'homme en femme, elle courait 12 % moins vite, ce qui correspond à la différence entre les coureurs à pieds homme et femme. Ce constat a déclenché son intérêt pour la science des athlètes de sexe différent. Elle a donc publié le premier article analysant les performances sportives des transgenres. Cette étude l'a menée à être nommée experte auprès du Comité International Olympique (CIO) et à devenir l'une des auteures des Directives 2016 du CIO pour les transsexuels. Harper a publié d'autres articles sur la différence de genre et le sport. L'an dernier, le parcours personnel de Joanna, son amour de la course à pied et ses recherches scientifiques ont fait l’objet d’une publication dans Science Magazine, disponible à l’adresse suivante : http://www.sciencemag.org/news/2018/07/scientist-racing-discover-how-gender-transitions-alter-athletic-performance-including

 

Doriane Lambelet Coleman est professeure de Droit à la Faculté de Droit de Duke (USA, Caroline du Nord). Elle se spécialise dans l'enseignement et la recherche liés à la culture, aux femmes, aux enfants, à la médecine, et au droit. Elle est experte en matière de règles antidopage et a pratiqué, enseigné et écrit sur le droit du sport, en particulier sur le Mouvement Olympique et les questions d'éligibilité. Ses travaux actuels portent sur les différences entre le sexe biologique et l'identité de genre et les implications de ces différences pour des institutions allant du sport d'élite à l'éducation et à la médecine. Dans sa vie antérieure (sous le nom de Lambelet), Coleman a couru le 800 mètres en compétition universitaire et internationale. Elle a été élue plusieurs fois meilleure athlète américaine, meilleure athlète de la conférence Est et meilleure athlète de l’Ivy League. Elle détient aussi les titres de championne des États-Unis lors des championnats d’athlétisme universitaires nationaux en salle de 1982 et championne de Suisse en 1982 et 1983. L'article « Sex in Sport » [Le genre dans le sport] de Doriane est disponible à l’adresse suivante : https://scholarship.law.duke.edu/cgi/viewcontent.cgi?referer=&httpsredir=1&article=4849&context=lcp et son article « Sex, Sport, and Why Track and Field’s New Rules on Intersex Athletes Are Essential » [Le genre, le sport et pourquoi les nouvelles règles de l'athlétisme sur les athlètes intersexués sont essentielles] publié dans le New York Times en 2018 est disponible à l’adresse suivante : https://www.nytimes.com/2018/04/30/sports/track-gender-rules.html

 

Richard Auchus est ancien professeur de Pharmacologie et de Médecine interne au département Métabolisme, endocrinologie et diabète, et directeur du programme de bourses de recherche en endocrinologie, à la faculté de médecine de l'Université du Michigan (USA). Le Dr Auchus est l'auteur de plus de 200 articles de revues et chapitres de livres et participe activement à des projets de recherche allant des principes chimiques de base des enzymes stéroïdiens biosynthétiques à l’étude clinique et translationnelle des troubles de l'hypophyse, des glandes surrénales, des ovaires et des testicules qui causent hypertension, infertilité et obésité. L'article de Richard « Endocrinology and Women’s Sports: The diagnosis matters » [Endocrinologie et sport féminin : le diagnostic compte] est disponible à l’adresse suivante : 
https://scholarship.law.duke.edu/cgi/viewcontent.cgi?referer=&httpsredir=1&article=4850&context=lcp