IAAF President Sebastian Coe, IAAF Athletes Commission chair Rozle Prezelj and Rune Andersen, the independent chairperson of the IAAF Taskforce, at the press conference following the 207th IAAF Council Meeting in Monaco (Giancarlo Colombo / IAAF) © Copyright
Press Release Monaco

Standing tall for clean athletes – IAAF Council Meeting, day 2

Français

Trust, integrity and protecting clean athletes were the focus of the IAAF’s 207th Council Meeting ahead of a Special Congress to approve revolutionary reforms on Saturday 3 December.

In his opening remarks to Council, IAAF President Sebastian Coe said: “now is not the time to take our foot off the pedal. We have a momentous opportunity on Saturday to restore credibility and pioneer a new era of transparent and accountable sports administration. We are guardians, not owners of this sport and as such we have an obligation to lay the right foundations for future generations who will sit in our places and compete in our events. We must hand this sport on in better shape and the reforms provide the strong foundation we need to attract new fans and partners, build exciting events and create new formats. All of this we are doing for the clean athletes.”

IAAF Taskforce – Russia

Taskforce chair Rune Andersen reported to Council today that RusAF has made further progress towards satisfying the Reinstatement Conditions since June 2016, including rolling out anti-doping education modules for coaches and athletes, securing cooperation by the Russian criminal authorities with their French counterparts, and the Russian Parliament passing a new law criminalising the supply of prohibited substances to athletes.

One of the key remaining issues is how to demonstrate that the IAAF and RUSADA (once it is reinstated) will be able to conduct their anti-doping programmes in Russia without outside interference. To address this point, the Taskforce will go to Moscow in January to assess the response to Professor McLaren’s final report (due on 9 December 2016). It will also closely monitor RUSADA’s efforts to meet the conditions set by WADA for reinstatement as a truly autonomous, independent and properly-resourced NADO.

The Taskforce will report again on progress at the Council’s next meeting, in February 2017 (date to be confirmed), when it hopes to be able to identify a clear roadmap and timetable for RusAF’s reinstatement.

Path to competition for untainted athletes

In the meantime, Council reiterated that Competition Rule 22.1A, adopted in June, permits Russian athletes to apply for permission to compete in international competitions in advance of RusAF’s reinstatement, by showing they are not tainted by RusAF’s previous failings and they have been subject to strong drug testing. They can point, in this regard, to the changes that the IAAF implemented in March 2016: since that date, at the IAAF’s insistence, all testing in Russia has been undertaken by international doping control officers and all samples have been analysed by laboratories outside of Russia.

Rune Andersen commented: “The Taskforce remains committed to helping RusAF in the painstaking work of building a strong and reliable anti-doping infrastructure in Russia. It will not allow any deviation from that course. At the same time, the crack in the door for clean athletes that the Council opened in Vienna in June remains open. Athletes who have been subject to the robust testing that the IAAF put in place in March 2016 can apply to the Doping Review Board to compete in international competitions even in advance of RusAF’s reinstatement.”

IAAF Integrity Unit – ‘ground-breaking proposal’

In closing, Rune Andersen gave his unequivocal support to the creation of the Athletics Integrity Unit which is at the core of the governance reform proposals being decided upon by the IAAF Special Congress on Saturday.

“As the independent chairman of the Taskforce, this proposal seems to me to be ground-breaking, and it strikes me that the new Integrity Unit could play a very important role in future in speeding up the resolution of cases and imposition of sanctions, and in helping the IAAF monitor and guide the efforts of non-compliant national federations to bring themselves back into compliance with the anti-doping and other integrity requirements of IAAF members.”

The introduction of the new independent Athletics Integrity Unit will simplify the present legal process concerning anti-doping rule violations by international level athletes. It will also manage all doping and non-doping integrity matters, and in conjunction with the new independent Disciplinary Tribunal, which will hear and decide all breaches, and impose sanctions, will take the responsibility away from the national level.

To ensure its independence, the unit will have its own board and staff, and be housed and operate separately from the IAAF but will report annually to Congress.

‘Report Doping’ makes an immediate impact

The number of IAAF anti-doping tests carried out annually is continuing to rise and, if the reforms are passed on Saturday, will grow further in 2017 under the control of the Integrity Unit. In 2015 the IAAF carried out 4700 tests and the annual figure is forecasted to rise to more than 6000 for the present year.

“The future is not just about increasing the number of tests, it’s about finding new ways to uncover doping which is what we at the IAAF are focused on,” commented Coe. “Access to intelligence is key. Reporting of information to the IAAF already plays a crucial role in the IAAF’s anti-doping programme.”

In 2016, 59 doping offences were reported which did not arise or result from the traditional positive doping controls but from intelligence-led sources.

This has prompted the IAAF Report Doping initiative, an online portal which encourages anyone in the sport to securely share information.

There has been a staggering response to the launch of the portal earlier this week. The page established to defend the integrity of competition and support clean athletes was contacted by 14 people in the first 12 hours and 43 in the first two days.

IAAF Athletes Commission support the reforms

Athlete Commission chair Rozle Prezelj shared his commission’s statement of support for the reforms. “We need to create a healthy environment for our young athletes,” he said. “It is the athletes that pay the highest price for corruption and the lack of transparency. We must not be afraid to change and on behalf of the commission we support the reforms and urge our member federations to do the same.”

The governance structure reforms go for the approval of IAAF Member Federations at a Special Congress on Saturday 3 December.

IAAF

 


Réunion du Conseil de l'IAAF (2e journée) : des mesures en faveur des athlètes propres

La confiance, l'intégrité et la nécessité de protéger les athlètes propres constituaient les points clés de la 207e réunion du Conseil de l'IAAF, qui a eu lieu juste avant un Congrès spécial pour l'approbation de réformes révolutionnaires, organisé le samedi 3 décembre.

Dans l’allocution d'ouverture qu’il a prononcée devant le Conseil, le président de l'IAAF Sebastian Coe a notamment dit : « Ce n'est pas maintenant que nous devons lever le pied. Samedi, une immense opportunité s’offre à nous pour restaurer la crédibilité et jeter les bases d'une ère nouvelle pour une administration sportive qui soit à la fois transparente et responsable. Nous sommes les gardiens, non les propriétaires, de ce sport, et, en tant que tels, nous sommes dans l'obligation de mettre en place les fondations adéquates pour les générations à venir qui occuperont nos places et participeront à nos compétitions. Il nous faut transmettre ce sport en meilleur état qu'il ne l'est actuellement, et les réformes fournissent les fondations robustes nécessaires pour attirer de nouveaux fans et partenaires, élaborer des épreuves passionnantes et créer de nouveaux formats. Nous faisons tout cela pour les athlètes propres. »

Groupe de travail de l'IAAF – Russie

Le président du Groupe de travail, Rune Andersen, a rapporté aujourd'hui au Conseil que la Fédération russe d'athlétisme - la RusAF - avait encore progressé sur le chemin conduisant aux Conditions de réintégration depuis juin 2016 avec, en particulier, le déploiement de modules d'éducation antidopage pour les entraîneurs et les athlètes, la mise en place par les autorités anticriminelles russes d'une coopération avec leurs homologues français, et la ratification par le Parlement russe d'une loi criminalisant la fourniture de substances interdites à des athlètes.

Une des questions clés qui subsiste consiste à démontrer comment l'IAAF et la RusADA (une fois réintégrée) pourront mener à bien leurs programmes antidopage sans interférences extérieures. Pour examiner ce point, le Groupe de travail se rendra à Moscou en janvier pour évaluer la réaction suite au rapport final du professeur McLaren (qui devrait être rendu le 9 décembre 2016). Le Groupe va également surveiller de près les efforts engagés par la RusADA pour se conformer aux conditions établies par l'AMA pour une réintégration en tant qu'agence antidopage nationale véritablement autonome, indépendante, et disposant des ressources nécessaires.

Le Groupe de travail va présenter un nouveau rapport sur les progrès accomplis, lors de la prochaine réunion du Conseil en février 2017 (date à confirmer), dans l'espoir qu'il pourra à ce moment-là mettre au point une feuille de route et un calendrier clairs par rapport à la réintégration de la RusAF.

La route vers la compétition pour les athlètes non phagocytés

Cependant, le Conseil a souligné à nouveau que la Règle de compétition 22.1A, adoptée en juin, permettait aux athlètes russes de demander l'autorisation de participer à des compétitions internationales avant la réintégration de la RusAF, à condition de démontrer qu'ils n'ont pas été phagocytés par les manquements antérieurs de la RusAF, et qu'ils ont été soumis à des contrôles antidopage conformes. Ils peuvent pour cela s'appuyer sur les changements introduits par l'IAAF en mars 2016 : depuis cette date, sur l'insistance de l'IAAF, tous les contrôles effectués en Russie l’ont été par des agents de contrôle antidopage internationaux, et tous les échantillons ont été analysés par des laboratoires situés hors de Russie.

Rune Andersen a commenté : « Le Groupe de travail demeure déterminé à assister la RusAF dans son travail difficile pour construire une infrastructure robuste et fiable en Russie. Il ne permettra aucun écart de cette route. En même temps, la porte entrouverte par le Conseil à Vienne en juin pour les athlètes propres demeure. Tout athlète qui a été soumis à des contrôles conformes mis en place par l'IAAF depuis mars 2016 a toute latitude pour s'adresser au Conseil de révision du dopage pour demander l'autorisation de prendre part aux compétitions internationales, même avant la réintégration de la RusAF."

Unité d'intégrité de l'IAAF : « Une proposition totalement nouvelle »

Rune Andersen a terminé son propos en affirmant son soutien sans équivoque à la création de l'Unité d'intégrité de l'athlétisme, qui est au cœur des propositions de réforme de la gouvernance sur lesquels le Congrès spécial de l'IAAF va se prononcer samedi.

« En ma qualité de président indépendant du Groupe de travail, cette proposition me semble véritablement pionnière et il m'apparaît très nettement que la nouvelle Unité d'intégrité pourrait jouer un rôle très important à l'avenir pour l’accélération de la résolution de dossiers et l'imposition de sanctions. En outre, elle aiderait l'IAAF à surveiller et guider les efforts de fédérations nationales non conformes afin qu'elles retrouvent les niveaux de conformité requis, vis-à-vis des questions d'intégrité et des mesures antidopage, pour conserver le statut de membre de l'IAAF. »

L'introduction de la nouvelle Unité d'intégrité de l'athlétisme simplifierait le processus juridique actuel concernant la violation des règles antidopage par des athlètes de niveau international. Elle gérerait également toutes les questions de dopage et d'intégrité non liées au dopage, et, en conjonction avec le nouveau Tribunal disciplinaire indépendant qui auditionnera et statuera sur toutes les violations, et imposera des sanctions, retirera les responsabilités au niveau national.

Pour assurer son indépendance, l'Unité possédera son propre comité directeur et ses propres employés, et occupera des locaux différents de ceux de l'IAAF, tout en présentant un rapport annuel au Congrès.

Le portail "SIGNALER LES CAS DE DOPAGE" a un impact immédiat

Le total de contrôles antidopage effectués annuellement par l'IAAF continue à croître et si les réformes sont approuvées samedi, l’augmentation se poursuivra en 2017 sous le contrôle de l'Unité d'intégrité. En 2015, l'IAAF a effectué 4 700 contrôles et on prévoit que ce total dépassera les 6 000 pour l'année en cours.

« L'avenir ne passe pas seulement par un nombre de contrôles plus important, mais il importe également de trouver de nouvelles manières de débusquer le dopage, et c'est sur ce point que nous nous concentrons, à l'IAAF, a déclaré à ce sujet le Président Coe. L'accès aux informations est crucial. Les informations rapportées à l'IAAF jouent déjà un rôle crucial dans le programme antidopage de l'IAAF. »

En 2016, 59 violations aux règles antidopage ont été signalées qui n'émanaient ni ne résultaient des contrôles positifs traditionnels, mais plutôt de sources bien renseignées.

Cela a donné naissance à l'initiative de l'IAAF, "Signaler les cas de dopage", un portail en ligne qui encourage toute personne impliquée dans l'athlétisme à partager ses informations en toute sécurité.

Le lancement du portail plus tôt cette semaine a été suivi d’une activité intense. La page créée pour défendre l'intégrité de la compétition et soutenir les athlètes propres a été exploitée par 14 personnes dans ses douze premières heures et 43 au cours des deux premières journées.

La Commission des athlètes de l'IAAF soutient les réformes

Le président de la Commission des athlètes de l'IAAF, Rozle Prezelj, a partagé le communiqué émis par celle-ci soutenant les réformes. « Nous devons créer un environnement sain pour nos jeunes athlètes, a-t-il dit. Ce sont les athlètes qui paient au prix fort la corruption et le manque de transparence. Nous ne devons pas avoir peur de changer et, au nom de la commission, nous soutenons les réformes et encourageons nos fédérations membres à en faire de même. »

Les réformes de la structure de gouvernance seront soumises pour approbation aux Fédérations membres de l'IAAF lors d'un Congrès spécial ce samedi 3 décembre.

IAAF