IAAF logo (IAAF) © Copyright
Press Release Monaco

IAAF's response to allegations of blood doping in athletics


The IAAF has sent a detailed response to the allegations that it has "idly sat by" and tolerated rampant blood doping in athletics, ahead of next week’s appearance by the IAAF before the UK Parliament’s Culture Media and Sport Select Committee’s inquiry into ‘Blood Doping in Athletics’.

The document, which is now published on the IAAF website here, demonstrates that:

- The IAAF has consistently been a pioneer in the war against blood doping in sport, using every tool available to it to catch blood dopers in athletics and with considerable success.

The Athlete Biological Passport (ABP) began in 2009. The IAAF in consultation with WADA was the first sports organisation to adopt the ABP across the whole sport.

- Prior to 2009, the IAAF screened nearly 8000 blood samples for potential markers of blood doping, and followed up with thousands of urine tests to detect the presence of rEPO.

That strategy, which continues to this day, has led to 145 athletes being caught with rEPO in their systems (including Rashid Ramzi, one of the athletes highlighted by The Sunday Times), and another eight athletes (including the four Russian athletes highlighted by The Sunday Times) being caught and banned for manipulating the tests in an attempt to evade detection.

The IAAF has created ABP profiles for more than 5500 athletes, based on more than 13,000 ABP samples collected from those athletes. As a result, 56 more athletes have been caught and sanctioned for blood doping with 13 further cases pending, and 12 more currently in the pipeline. This is significantly more ABP cases than every other anti-doping organisation in the world put together. 

- ARD/The Sunday Times and their consultants cannot deny any of this. Instead, they argue that the abnormal values found in the blood screening tests conducted by the IAAF from 2001-2009 (i.e., pre-ABP) were not just indicators of potential doping that could be used to target expensive urine tests for rEPO, but instead constituted "compelling evidence" of blood doping so stating the IAAF should have charged the athletes based on that evidence alone, without the need for any further testing. 

- The IAAF fundamentally disagrees with that assertion, and it is not alone. WADA and Dick Pound, the chair of its Independent Commission, have also stated clearly and unequivocally that "no test data derived from the IAAF database prior to the adoption of the ABP in 2009 can be considered to be proof of doping. It would be reckless, if not libellous, to make such an allegation. The reported values may be suspicious and lead to targeted testing of the athletes involved, but nothing more could be done with the information". 

- In the response published today, the IAAF sets out in detail why that is correct, and why the contrary stance of ARD/The Sunday Times and their retained consultants lacks any scientific or legal basis. 

The results of testing of an athlete's blood samples are only reliable, and may only be fairly compared with the results from other samples in that athlete's profile, if all of the samples are collected in strict compliance with stringent and standardised sample collection, transport and analysis procedures. 

If not, any apparent differences in results from one sample to the next have no scientific validity. Those standardised procedures were only introduced in 2009, with WADA's adoption of the ABP programme. 

The samples collected by the IAAF before that date were not collected pursuant to those procedures.  Therefore, while they could be used to help focus expensive urine testing for rEPO on potentially suspicious athletes, they certainly could not be used as evidence of doping in and of themselves.

- Furthermore, even if the pre-2009 values had been reliable and fairly comparable with each other, deviations in those values could be caused not by blood doping but rather by innocent factors (such as altitude, exercise, medical conditions, etc.). Therefore, an abnormal value is not evidence of doping, which is a classic 'prosecutor's fallacy. 

Instead, information has to be gathered so experts can assess and seek explanations for the abnormal readings an athlete's profile. Only if they conclude that the abnormal reading is highly likely to be due to blood doping, and that no other potential explanation is plausible, can blood doping charges be brought.

But these potentially confounding factors were only fully identified when the ABP programme was adopted by WADA in 2009. Prior to that time the necessary information was not collected by anyone to enable these other factors to be assessed. 

As a result, no charge could ever be brought based on the pre-2009 data, for fear of mistaking an abnormal reading for blood doping when it could have been entirely innocent.

- Paula Radcliffe's case illustrates the point perfectly. She has been publicly accused of blood doping based on the gross misinterpretation of raw and incomplete data. When all of the necessary information is considered, however (as the WADA ABP protocols require), there are clearly plausible explanations for the values in her profile that are entirely innocent.

For example, in two of the cases highlighted by The Sunday Times, the samples were collected immediately after competition (when dehydration causes a decrease in plasma concentration, and so an increase in reported haemoglobin concentration, even though there has been no increase in red blood cells).

Any competent scientist would therefore immediately conclude that they should be disregarded.  Furthermore, the IAAF followed up by testing Ms Radcliffe's urine samples for rEPO, and her blood samples for evidence of blood transfusions, and all of those tests came back negative. 

The IAAF is not complacent about doping in its sport. It will continue to use every tool at its disposal to fight doping and protect clean athletes, and hopes that investigative journalists will continue to assist it by unearthing evidence of cheating for it to follow up. 

The IAAF also acknowledges the important role of the media in holding it and other anti-doping organisations to account in their efforts to fight doping. 

The IAAF cannot sit idly by while public confidence in its willingness to protect the integrity of its sport is undermined by allegations of inaction/incompetence that are based on bad scientific and legal argument. Instead it has both a right and an obligation to set the record straight


The IAAF will respond separately to the allegations in the report issued by the Independent Commission on 9 November 2015, that high-ranking officials at or associated with the IAAF corruptly delayed the prosecution of up to eight ABP cases in 2012, thereby allowing certain athletes to compete at the London Olympics who should instead have been provisionally suspended from the sport.  


Réponse de l'IAAF aux allégations de dopage sanguin en athlétisme

Avant sa comparution devant le  Comité Culture, Médias et Sport du Parlement britannique dans le cadre de leur enquête sur « le Dopage sanguin en athlétisme », l'IAAF a formulé une réponse détaillée concernant les allégations affirmant qu'elle serait « restée les bras croisés » et aurait toléré un dopage sanguin omniprésent en athlétisme.

Le document publié sur le site de l'IAAF ici (en Anglais), démontre que :

- L'IAAF a toujours été un pionnier en matière de lutte contre le dopage sanguin dans le sport, en utilisant tous les outils disponibles pour démasquer les dopés dans l’athlétisme et avec un succès considérable :

Le Passeport Biologique de l'Athlète (ABP) a débuté en 2009. L'IAAF en concertation avec l'AMA a été la première organisation sportive à l’adopter dans le monde du sport.

- Avant 2009, l'IAAF a passé en revue près de 8000 échantillons sanguins pour identifier des marqueurs potentiels de dopage sanguin et a effectué un suivi avec des milliers de tests urinaires pour détecter la présence d’EPO.

Cette méthode,  toujours en vigueur, s’est traduite par la découverte de 145 athlètes qui avaient de l’EPO dans leurs systèmes (dont Rashid Ramzi, un des athlètes mentionnés  par le Sunday Times) et huit autres athlètes (dont quatre athlètes russes mentionnés par le Sunday Times) suspendus pour avoir manipulé les tests afin de tenter d'échapper à la détection.

L'IAAF a créé des profils ABP pour plus de 5500 athlètes, sur la base de plus de 13 000 échantillons ABP prélevés sur ces athlètes. Ainsi, plus de 56 athlètes ont été pris et sanctionnés pour dopage sanguin avec 13 autres cas en attente et plus de 12 actuellement à l'étude. C'est beaucoup plus de cas ABP que toute autre organisation antidopage à travers le monde.

- ARD/le Sunday Times et leurs consultants ne peuvent nier tout cela. Ils font valoir que les valeurs anormales révélées dans les tests sanguins de dépistage effectués par l'IAAF de 2001 à 2009 (c.-à-d., avant ABP) n'étaient pas des indicateurs de dopage potentiel pour cibler d’onéreux tests urinaires en vue de recherche d’EPO, mais constituaient des « preuves convaincantes » de dopage sanguin indiquant ainsi que l'IAAF aurait dû pénaliser les athlètes sur la base de cette seule preuve, sans avoir à effectuer d’autres tests.

- L'IAAF est fondamentalement en désaccord avec cette affirmation, et elle n'est pas la seule. L'AMA et Dick Pound, le Président de sa Commission indépendante, ont déclaré sans équivoque «qu’aucun résultat de test provenant de la base de données de l'IAAF avant l'adoption de l’ABP en 2009 ne peut être considérée comme preuve de dopage. Il serait téméraire, et même diffamatoire, de proférer une telle allégation. Les valeurs déclarées sont peut-être suspectes et peuvent entraîner des tests ciblés sur les athlètes impliqués, mais rien de plus ne pouvait être fait sur la base de cette information ».

- Dans la réponse publiée sur le site internet, l'IAAF expose en détail l’exactitude de sa position et pourquoi la position contraire soutenue par  ARD/le Sunday Times et leurs consultants manque de base scientifique ou juridique.

Les résultats des tests sur des échantillons sanguins d’un athlète ne sont fiables et ne peuvent être  équitablement comparés avec les résultats d'autres échantillons du profil de ce meme athlète, que si tous les échantillons sont recueillis dans le strict respect des rigoureuses procédures de collecte, de transport et d'analyse.

Si tel n'est pas le cas, toute différence apparente dans les résultats d’un échantillon à l'autre n’a aucune validité scientifique. Ces procédures standardisées ont été introduites en 2009, avec l'adoption par l’AMA du programme ABP. Les échantillons prélevés par l'IAAF avant cette date n'ont pas été recueillis conformément à ces procédures. Bien qu'ils puissent être utilisés pour cibler les onéreux tests urinaires pour recherche d’EPO sur des athlètes potentiellement suspects, ils ne peuvent certainement pas être utilisés comme preuve de dopage.

- En outre, même si les valeurs d’avant 2009 avaient été fiables et plutôt comparables, des écarts dans ces valeurs pouvaient être causées non pas par un dopage sanguin, mais plutôt par des facteurs  dépourvus de malice (tels que l'altitude, l’effort, les conditions médicales, etc.). Par conséquent, une valeur anormale n'est pas une preuve de dopage, ce qui est une idée fausse classique.

Au lieu de cela, les informations doivent être recueillies pour que les experts puissent évaluer et obtenir des explications pour les lectures anormales dans le profil de l'athlète. Seulement si ceux-ci concluent que le résultat est très susceptible d'être dû à un dopage sanguin, et qu'aucune autre explication n'est plausible, alors des accusations de dopage sanguin peuvent être proférées.

Mais ces facteurs, potentiellement trompeurs, ont seulement été complètement identifiés lorsque le programme de l'ABP a été adopté par l'AMA en 2009. Avant cette date, les informations nécessaires n'avaient jamais été recueillies pour permettre à ces autres facteurs d’être évalués.

C’est pour cela qu’aucune accusation n’avait pu être faite sur la base des données antérieures à 2009, car un résultat anormal dans une recherche de  dopage sanguin peut être totalement innocent.

- L’affaire Paula Radcliffe illustre parfaitement ce point. Elle a été publiquement accusée de dopage sanguin sur la base d’une très mauvaise interprétation de données brutes et incomplètes. Cependant, lorsque toutes les informations nécessaires sont prises en compte, (comme exigé par les protocoles de l’ABP  et de l’AMA), il y a des explications plausibles pour les valeurs de son profil et qui sont tout à fait de bonne foi.

Par exemple, dans deux des cas exposés par le Sunday Times, les échantillons ont été prélevés immédiatement après la compétition (lorsque la déshydratation entraîne une diminution de la concentration plasmatique, et donc une augmentation dans la concentration répertoriée d'hémoglobine, alors qu’il n'y a eu aucune augmentation de globules rouges).

Tout scientifique compétent conclurait immédiatement qu'ils doivent être écartés. Par ailleurs, l'IAAF a effectué un suivi en testant les échantillons urinaires de Ms Radcliffe pour recherche d’EPO ainsi que ses échantillons sanguins pour détecter d’éventuelles  transfusions sanguines, et tous ces tests se sont révélés négatifs.

L'IAAF n'est pas complaisante face au dopage dans son sport. Elle continuera d’utiliser tous les outils à sa disposition pour lutter contre le dopage et protéger les sportifs propres et elle espère que les journalistes d'enquête continueront à l’aider en dévoilant les preuves de tricherie pour qu’elle en assure le suivi.

L'IAAF reconnaît également le rôle important des médias et des autres organisations anti-dopage pour redoubler d’efforts dans la lutte contre le dopage.

L'IAAF ne reste pas les bras croisés alors que la confiance du public dans sa volonté de protéger l'intégrité de son sport est minée par des allégations d'inaction/d’incompétence qui reposent sur un mauvais argument scientifique et juridique. Au lieu de cela, elle a le devoir et l’obligation de rétablir les faits.


L'IAAF répondra séparément aux allégations contenues dans le rapport émis le 9 novembre 2015 par la Commission indépendante, mettant en cause de hauts responsables ou d’autres personnes associées à l'IAAF qui ont frauduleusement retardé les poursuites de huit cas relevant du ABP en 2012, permettant ainsi à certains athlètes de concourir aux Jeux Olympiques de Londres alors qu’ils auraient dû être provisoirement suspendus.