class="iaaforg" data-bind="css: { 'media' : iaaf.navSelect === 'Media' || iaaf.navSelect === 'MediaType' }">
IAAF President Sebastian Coe at the IAAF World Race Walking Team Championships Rome 2016 (Getty Images) © Copyright
Press Release Monaco

IAAF statement in response to BBC's Panorama

Français

Two broad allegations have been made by the BBC. Both are based on flawed assumptions that IAAF President Sebastian Coe strongly refutes. The allegations and responses are below.

Allegation 1: That Seb Coe was aware of the detailed allegations of corruption within the IAAF made by the Shobukhovas that sparked the ethics commission investigation four months before the corruption allegations became public.

“The Ethics Commission (as it then was) was deliberately established as a quasi-judicial body to investigate all allegations of corruption and breaches of the IAAF Rules. It is independent of the IAAF.

Seb Coe was forwarded a number of emails and information regarding allegations of corruption and concerning the behaviour of certain individuals. All of this material was sent by him to the Ethics Commission whose remit is to investigate such matters and then to pass judgement. Seb Coe was subsequently contacted by the Ethics Commission to say they were already aware of the allegations and the matters were all being actively investigated and he therefore, left them to do so.

Seb has never denied hearing rumours about corruption. In fact he has said on many occasions that when alerted to rumours he asked people to pass them on to the Ethics Commission to be investigated.

He did receive an email from Dave Bedford that said ‘The attachments relate to an issue that is being investigated by the IAAF EC (Michael Beloff)’. This was enough for Seb Coe to forward the email to the Ethics Commission. He did not feel it was necessary to read the attachments.

You may think this shows a lack of curiosity. He, and we, would argue that it shows a full duty of care. Ensuring the right people in the right place were aware of allegations and were investigating them.”

The second allegation is that there is ‘electronic evidence’ that Seb Coe enlisted the services of Papa Massata Diack for campaign advice ahead of the IAAF presidential election in August 2015.

“The suggestion that Seb Coe was actively seeking Papa Massata Diack’s advice about his campaign is wrong. As with any campaign, lots of people offer advice – wanted or not, some helpful, some not. You try to be civil but wary. This was the case with Mr Diack. He sent messages of support while at the same time supporting other candidates and accusing Seb Coe of leading a British media campaign against both him and his father.”

Despite requests to the BBC for sight of the ‘electronic evidence’ so suitable responses can be given, they have not been seen.

IAAF

 


Communiqué de l'IAAF en réponse à l'émission 'Panorama' de la BBC

Deux allégations générales ont été exprimées par la BBC. Toutes deux sont basées sur des présomptions erronées que le président de l'IAAF, Sebastian Coe, réfute fermement. Ci-dessous, les allégations et les réactions.

Allégation 1: Que Seb Coe était au courant des allégations détaillées de corruption au sein de l'IAAF exprimées par le couple Shobukhova, qui ont déclenché l'investigation de la Commission d'éthique quatre mois avant que les allégations de corruption n'aient été rendu publiques.

“La Commission d'éthique (telle qu’elle se présentait à l’époque) a été établie à dessein en tant qu'instance quasi-juridique, avec pour charge de mener des investigations sur toutes les allégations de corruption et d'enfreintes aux Règles de l'IAAF. Elle est indépendante de l'IAAF.

Seb Coe a reçu un certain nombre de courriels, et différentes informations qu'on lui a fait suivre, concernant des allégations de corruption ainsi que le comportement de certains individus. Il a transmis l'ensemble de ces éléments à la Commission d'éthique, dont le rôle est de mener des investigations sur de telles situations et de prononcer un verdict. Seb Coe a par la suite été contacté par la Commission d'éthique, qui lui a signifié être déjà au courant des allégations, et qu'une investigation active était déjà en cours concernant l'ensemble des sujets soulevés, et il a donc laissé la situation suivre son cours.

Seb n'a jamais nié avoir entendu des rumeurs portant sur de la corruption. En fait, il a dit en de nombreuses occasions que lorsqu’une personne faisait était de rumeurs en sa présence, il demandait à cette personne de les faire connaître à la Commission d'éthique pour qu'une investigation puisse être ouverte.

Il a bien reçu un courriel de Dave Bedford dans lequel il était écrit: "Les pièces jointes ont trait à une situation sur laquelle enquête la CE de l'IAAF (Michael Beloff)." Cela a suffi pour que Seb Coe fasse suivre le courriel à la Commission d'éthique. Il n'a pas eu le sentiment qu'il était nécessaire pour lui de lire les pièces jointes.

Vous pourrez peut-être penser que cela traduit un manque de curiosité. Il vous répondrait, tout comme nous, que cela démontre un devoir de diligence complet. Celui de s'assurer que les bonnes personnes, au bon endroit, étaient au courant des allégations et enquêtaient.”

La seconde allégation est qu'il existerait des "preuves électroniques" que Seb Coe ait fait appel aux services de Papa Massata Diack pour que celui-ci lui prodigue des conseils sur sa campagne en vue des élections présidentielles de l'IAAF en août 2015.

“La suggestion que Seb Coe recherchait activement des conseils de Papa Massata Diack concernant sa campagne est fausse. Comme c'est invariablement le cas, dans toute campagne, beaucoup de personnes offrent des conseils – voulus ou non, certains utiles, d'autres, non. Il vous faut dans de tels cas tenter d'être civil, tout en restant circonspect. C'était le cas avec M. Diack. Celui-ci a envoyé des messages de soutien, tout en soutenant en parallèle d'autres candidats et en accusant Seb Coe de mener une campagne médiatique contre tant lui que son père.”

Malgré des demandes faites à la BBC de pouvoir consulter de visu ces "preuves électroniques", afin que des réponses appropriées puissent être données, elles n'ont pas été vues.

IAAF