29 JUL 2008 General News

Evolution of Olympic Women's Athletics, 1928 to the present day

Ethel Catherwood (CAN) in the 1928 Olympic Games: Gold medallist women's High Jump (Getty Images)Ethel Catherwood (CAN) in the 1928 Olympic Games: Gold medallist women's High Jump (Getty Images) © Copyright

READ ON for English and French language versions of this press release

- La traduction française suit le texte anglais
 

The Games of the XXIX Olympiad, Beijing 2008, and the athletics events of which take place from Friday 15 August to Sunday 24 August, will mark the 80th Anniversary of women entering the athletics programme of the Olympic Games.

Mel Watman summarises the evolution of women’s athletics in the Olympics from those 1928 Amsterdam Games to the present day.

Although women took part in Olympic competition in golf, tennis and sailing back in 1900, while archery was introduced in 1904 with swimming and diving from 1912, it wasn't until the Amsterdam Games of 1928 that female track and field athletes were admitted – and even then it was a half-hearted gesture. There were just five events on the programme (100m, 800m, 4x100m relay, High Jump and Discus Throw), compared to 22 men's disciplines. The Women's AAA, founded in 1922, was so disgusted by this token offering that it declined to send a British team.

There was a strong antipathy to women's athletics at that time by many influential men in the sport. Even 1924 Olympic 100m champion Harold Abrahams, who later championed women's participation, wrote: "I do not consider that women are built for really violent exercise of the kind that is the essence of competition. One has only to see them practising to realise how awkward they are on the running track." He could never have envisaged that one day women would run faster or Long Jump further than himself!

Unfortunately those Games of 80 years ago are best remembered for the hysterical reaction to the 800m. Lina Radke of Germany won in 2:16.8, which stood as the official IAAF World record until 1944, but because a few of the contestants were seen to be in some distress at the finish the event was deemed inappropriate for women and it did not reappear on the Olympic schedule until 1960.

"Babe" Didrikson

The first female Olympic superstar in athletics was the Texan all-rounder Mildred "Babe" Didrikson, who contested eight events in one afternoon at the US Olympic Trials but was restricted by some arcane rule to just three at the 1932 Games in Los Angeles. She thrilled the home fans by winning the 80m Hurdles in a World record 11.7sec and the Javelin with a throw of 43.69m, while in the High Jump both she and team-mate Jean Shiley cleared the World record height of 1.65m with Shiley taking the gold medal after a jump-off.

Didrikson, still the only athlete in Olympic history to win running, jumping and throwing medals, later took up golf and as "Babe" Zaharias became the most successful female player of all time. She was voted the greatest sportswoman of the first half of the 20th century.

While Jesse Owens was the undoubted star of the 1936 Olympics, another American – a 1.83m (6ft) tall farmgirl by the name of Helen Stephens – was the dominant figure on the women's side. She ran a wind assisted 11.4 in her 100m heat, won the final by a two-metre margin in a windy 11.5 and anchored her team to relay victory. Stephens, whose experiences in Berlin included repelling the advances of Adolf Hitler, went through the whole of her sprinting career undefeated.

Fanny Blankers-Koen

Placing an unnoticed equal sixth in the Berlin High Jump was 18-year-old Francina Koen of the Netherlands. Twelve years later, as Fanny Blankers-Koen, she would become the first woman to win four gold medals in a single Games, and had she competed in the High Jump and Long Jump, for which she was also entered as World record holder, it's feasible she could have gone home with six golds!

What really motivated "The Flying Dutchwoman" as she prepared for the 1948 Games in London was the printed comment of British team manager Jack Crump that she was too old to win.

"It was just the thing to rouse me, to make me go out there and prove to them that, even if I was 30 years old and the mother of two children, I could still be a champion."

And how she proved it. She started by taking the 100m on a slow cinder track by a margin of nearly three metres in 11.9, staggered over the line inches ahead of Britain's Maureen Gardner in 11.2 after a titanic battle in the 80m Hurdles, won the 200m in 24.4 by the ludicrous margin of six metres, and finally took her team from fourth to first on the anchor leg of the relay.

Sprinters continued to catch the eye at the next three editions of the Games: Australia's Marjorie Jackson (11.5/23.7) in Helsinki in 1952 and Betty Cuthbert (11.5/23.4) on home ground in Melbourne in 1956, followed by that most graceful of speedsters, the USA's Wilma Rudolph (11.0w/24.0), in Rome in 1960. Cuthbert returned to capture the 400m title in 1964 in 52.0 but the queen of those Games in Tokyo was Britain's glamour girl Mary Rand who not only won the Long Jump with a World record 6.76 but also placed second to Irina Press (USSR) in the Pentathlon and completed her set of medals with bronze in the 4x100m relay.

Irena Szewinska

Second in the 200m and Long Jump in Tokyo, and a gold medallist in the relay, was an 18-year-old Russian-born Pole, Irena Kirszenstein, who under her married name of Szewinska would develop into one of the greatest of all Olympians.

At high altitude Mexico City in 1968 she won the 200m in a World record 22.5 and achieved the ultimate again in Montreal in 1976, this time at 400m, when triumphing by a ten metre margin in 49.29, smashing her own World record of 49.75. Szewinska "only" managed a bronze at 200m in 1972 in Munich, where West Germany's Heide Rosendahl not only won the Long Jump and finished just ten points behind Britain's Mary Peters in a nail-biting World record breaking Pentathlon duel but also held off her GDR opponent to win the relay for the Federal Republic in a World record 42.81.

The GDR came into its own at those Munich Games and continued to achieve great success in Montreal and in the boycotted Moscow Olympics of 1980. However, it was a Soviet athlete who was the outstanding performer of that period. Tatyana Kazankina, who had scored an 800m (World record 1:54.94) and 1500m (4:05.48 with 56.9 last 400m) double in Montreal, claimed a third gold in Moscow with 3:56.56 for 1500m, her last lap taking 57.7.

Jackie Joyner-Kersee

Without Soviet and East German opposition, Americans captured seven titles in Los Angeles in 1984, perhaps the most significant being Joan Benoit's iconic success in the inaugural Olympic Marathon for women (2:24:52). Four years later in Seoul, sisters-in-law Florence Griffith Joyner and Jackie Joyner-Kersee accounted for five victories. Flo Jo, who was to die at just 38, smiled her way to an incredible sprint double in 10.54w and World record 21.34 as well as contributing a 48.08 leg for silver in the 4x400m relay, while JJK set a still unapproached world Heptathlon record of 7291 and came back to win the Long Jump (7.40) also. JJK defended her Heptathlon title in Barcelona in 1992 (7044).

Merlene Ottey

An ever present medallist for Jamaica since 1980, Merlene Ottey came closest to victory in Atlanta in 1996 when she was pipped in the 100m by just 5/1000ths of a second by the USA's defending champion Gail Devers as both clocked 10.94. Ottey had another chance in the 200m but was beaten by France's Marie-José Pérec who completed a brilliant 400m (48.25) and 200m (22.12) double.

Nonetheless, Ottey – who now represents Slovenia – merits an honoured place in Olympic history as she has gained more medals (eight) than any other woman, and that will become nine if, following the annulment of Marion Jones' performances in Sydney 2000, her fourth place at 100m is upgraded to a bronze medal. With Jones retrospectively disgraced, the outstanding performer in Sydney was Cathy Freeman, who overcame immense pressure as a result of Australia's expectations to strike gold at 400m in 49.11.

Yelena Isinbayeva

Another who saw her dreams become reality was Britain's 34 year-old Kelly Holmes in Athens four years ago. After so many years of frustration due to injuries she finally came good by winning the 800m in 1:56.38, her look of incredulity as she crossed the line an unforgettable image, and as if that were not enough she returned to kick to victory in the 1500m in her fastest ever time of 3:57.90. Her ambitions fulfilled, she retired soon afterwards but the other glittering star of Athens, Russia's Yelena Isinbayeva, who pole vaulted 4.91 for a World record, has recently raised the record to 5.03 and will be one of the great attractions in Beijing. She symbolises the female athlete of today, as committed and talented as any of their male counterparts.

Mel Watman for the IAAF

----

IAAF Photo Exhibition – Brussels, Stuttgart, Monaco

To mark the 80th Anniversary, the IAAF is staging a Photo Exhibition in the latter half of the current season, which will depict some of the memorable moments for women’s athletics in the Olympics Games.

The exhibition will be on show to the public in the host cities of ÅF Golden League meeting, Brussels, Belgium (5 September), the IAAF / VTB Bank World Athletics Final, Stuttgart, Germany (13-14 September), and the IAF World Athletics Gala, Monaco (23 November).

----
 


The development Olympic Women's Athletics Programme:

1928 (5 events) 100m, 800m, 4x100m, High Jump, Discus Throw
1932 (6) 80m Hurdles & Javelin Throw introduced; 800m dropped (until 1960)
1936 (6) Unchanged
1948 (9) 200m, Long Jump & Shot Put introduced
1952 (9) Unchanged
1956 (9) Unchanged
1960 (10) 800m reinstated
1964 (12) 400m & Pentathlon introduced
1968 (12) Unchanged
1972 (14) 1500m & 4x400m introduced; 80m Hurdles replaced by 100m Hurdles
1976 (14) Unchanged
1980 (14) Unchanged
1984 (17) 3000m, Marathon & 400m Hurdles introduced; Pentathlon replaced by Heptathlon
1988 (18) 10,000m introduced
1992 (19) 10 Kilometres Race Walk introduced
1996 (20) Triple Jump introduced; 3000m replaced by 5000m
2000 (22) Pole vault & Hammer Throw introduced; 10kmW replaced by 20 kilometres Race Walk
2004 (22) Unchanged
2008 (23) 3000m Steeplechase introduced

 

Evolution des épreuves féminines d'athlétisme, de 1928 à nos jours

Les Jeux de la XXIXème Olympiade, Beijing 2008, et les épreuves d'athlétisme qui s'y tiendront du vendredi 15 août au dimanche 24 août, marqueront le 80ème anniversaire de l'intégration des femmes dans le programme d'athlétisme des Jeux Olympiques.

Mel Watman nous résume l'histoire des épreuves d'athlétisme féminin aux Jeux depuis Amsterdam 1928 jusqu'à nos jours.

Alors que les femmes participaient aux épreuves olympiques de golf, de tennis et de voile dès 1900, de tir à l'arc en 1904, et de natation et de plongeon à partir de 1912, il a fallu attendre 1928 et les Jeux d'Amsterdam pour qu'elles soient admises aux épreuves d'athlétisme. Et encore, ce fut une intégration accordée du bout des lèvres. Il n'y avait alors que cinq épreuves inscrites au programme (100m, 800m, relais 4x100m, saut en hauteur et lancer du disque), contre 22 disciplines masculines.
La branche féminine de l'AAA (la fédération britannique), fondée en 1922, sera tellement dépitée par cette offre quasi-symbolique, qu'elle refusera d'y envoyer une équipe.

L'athlétisme féminin était alors très mal accepté par de nombreux hommes influents de ce sport. Harold Abrahams lui-même, champion olympique du 100m en 1924, et qui défendra plus tard la participation des femmes en athlétisme, écrivait : "Je considère que les femmes ne sont pas bâties pour les efforts violents inhérents à la compétition. Il suffit de les voir s'entraîner pour réaliser à quel point elles sont mal à l'aise sur la piste." Jamais il n'aurait pensé qu'un jour les femmes parviendraient à courir plus vite et à sauter plus loin que lui !

Malheureusement, ces Jeux d'il y a 80 ans sont surtout restés dans les mémoires à cause de la réaction hystérique provoquée par l'épreuve du 800m. L'Allemande Lina Radke l'avait emporté en 2'16"8, performance qui restera comme le record du monde officiel de l'IAAF jusqu'en 1944. Mais, à la vue de certaines concurrentes en détresse à l'arrivée, cette épreuve fut considérée comme inadaptée pour les femmes, et ne réapparut au programme olympique qu'en 1960.

"Babe" Didrikson

La première superstar féminine de l'athlétisme aux Jeux Olympiques sera la polyvalente Texane Mildred "Babe" Didrikson, qui dispute huit épreuves en une après-midi, lors des sélections olympiques américaines. Mais, pour d'obscures raisons de règlement, elle ne peut en disputer que trois aux Jeux de Los Angeles de 1932. Elle enthousiasme alors le public local en remportant le 80m haies, portant le record du monde à 11"7, et l'épreuve du javelot avec un jet à 43,69m. Au saut en hauteur, elle porte, avec sa co-équipière Jean Shiley, le record du monde à 1,65m. Shiley, avec un saut de moins, remportera la médaille d'or.

Didrikson reste la seule athlète à avoir décroché des médailles olympiques à la course, au saut et au lancer. Plus tard, elle se consacrera au golf et, sous le nom de "Babe" Zaharias, deviendra la joueuse la plus titrée de tous les temps. Elle a été élue meilleure sportive de la première moitié du XXème siècle.

Alors que Jesse Owens reste la star incontestée des Jeux de 1936, une autre Américaine, une fermière de 1,83m dénommée Helen Stephens, sera la figure dominante des épreuves féminines. Elle court sa série du 100m en 11"4 (vent favorable), remporte la finale dans le vent avec deux mètres d'avance en 11"5, et mène son équipe à la victoire lors du relais. Stephens, qui dut d'ailleurs repousser les avances d'Adolf Hitler à Berlin, restera invaincue tout au long de sa carrière de sprinteuse.

Fanny Blankers-Koen

Restée dans l'anonymat avec une place de sixième ex-aequo au saut en hauteur de Berlin, où elle n'avait encore que 18 ans, la Néerlandaise Francina Koen, devient 12 ans plus tard, sous le nom de Fanny Blankers-Koen, la première femme à remporter quatre médailles d'or en une seule olympiade. Et si elle avait pu s'aligner également dans le saut en hauteur et le saut en longueur, dont elle détenait les records du monde, nul doute qu'elle serait parvenue à en décrocher six!

Ce qui a réellement motivé la "Hollandaise volante", lors de sa préparation pour les Jeux de Londres de 1948, est une déclaration du manager de l'équipe britannique, Jack Crump, affirmant qu'elle était désormais trop vieille pour gagner.

"C'était exactement le genre de chose capable de me survolter, de me pousser à tout faire pour leur prouver que, même à 30 ans et mère de deux enfants, je pouvais être une championne."

Et elle ne s'en privera pas. Elle remporte tout d'abord le 100m sur une piste lente en cendrée en 11"9, avec une avance de près de trois mètres. Puis elle franchit la ligne quelques centimètres devant la Britannique Maureen Gardner en 11"2, après une lutte épique sur 80m haies. Sur le 200m, elle s'impose en 24"4, avec une avance inouïe de six mètres, pour enfin, lors du relais, ramener son équipe de la quatrième place à l'or olympique.

Les sprinteuses vont poursuivre leurs exploits lors des trois éditions suivantes des Jeux : l'Australienne Marjorie Jackson (11"5/23"7) à Helsinki en 1952 et Betty Cuthbert (11"5/23"4) dans sa ville de Melbourne en 1956, suivies par la plus gracieuse de toutes, l'Américaine  Wilma Rudolph (11"0 v.f./24"0), à Rome en 1960. Cuthbert reviendra en 1964 pour s'adjuger le titre sur 400m en 52"0. Mais la reine de ces Jeux de Tokyo restera la très glamour Britannique Mary Rand. Elle remporte non seulement le saut en longueur, avec un record du monde à 6,76m à la clé, mais se classe deuxième du pentathlon derrière Irina Press (URSS), complétant sa moisson de médailles avec le bronze lors du relais 4x100m.

Irena Szewinska

Deuxième sur 200m et au saut en longueur à Tokyo, puis médaillée d'or au relais, la Polonaise d'origine russe Irena Kirszenstein, 18 ans, deviendra sous son nom d'épouse Szewinska, l'une des plus grandes olympiennes de l'histoire.

A Mexico en 1968, elle remporte en altitude le 200m en portant le record du monde à 22"5. En 1976 à Montréal, elle réédite son exploit sur 400m, s'imposant avec une avance de dix mètres en 49"29, et pulvérisant son propre record du monde de 49"75. Szewinska ne remportera "que" le bronze sur 200m en 1972 à Munich, où l'Ouest-allemande Heide Rosendahl s'impose au saut en longueur et, à l'issue d'un duel haletant, termine deuxième du pentathlon, à 10 points de la Britannique Mary Peters, nouvelle détentrice du record du monde. Rosendahl parviendra même, lors du relais, à revenir sur sa rivale est-allemande pour permettre à son équipe de l'emporter en 42"81, nouveau record du monde.

La RDA brillera aussi lors de ces Jeux de Munich, multipliant les succès à Montréal et aux Jeux de Moscou, boycottés en 1980. Toutefois, c'est une athlète soviétique qui restera comme la plus grande de cette époque. Tatyana Kazankina réalise à Montréal un doublé 800m (record du monde en 1'54"94) et 1500m (4'05"48, 56"9 sur les 400 derniers mètres), et remporte une troisième médaille d'or à Moscou sur 1500m en 3'56"56, bouclant le dernier tour en 57"7.

Jackie Joyner-Kersee

En 1984, sans l'opposition des athlètes d'URSS et de RDA, les Américaines trustent sept titres à Los Angeles. La plus emblématique restera sans doute la victoire de Joan Benoit lors du premier marathon féminin (2h24'52). Quatre ans plus tard à Séoul, les deux belles-sœurs Florence Griffith Joyner et Jackie Joyner-Kersee accaparent cinq titres. Flo-Jo, qui devait disparaître à 38 ans à peine, accomplit un incroyable doublé au sprint en 10"54 (v.f) et 21"34 (record du monde), et remporte l'argent au relais 4x400m, réalisant son tour de piste en 48"08. JJK, quant à elle, établit un record du monde de l'heptathlon, aujourd'hui encore inégalé, avec 7291 points. Puis, elle réédite son exploit au saut en longueur (7,40m). En 1992 à Barcelone, elle conservera son titre à l'heptathlon (7044 points).

Merlene Ottey
Toujours médaillée depuis 1980, la Jamaïcaine Merlene Ottey approche la victoire de près en 1996 à Atlanta, mais se fait souffler la première place pour cinq millièmes de seconde par l'Américaine championne olympique en titre Gail Devers (10"94 toutes les deux). Ottey aura une nouvelle chance sur 200m, mais devra une nouvelle fois s'incliner face à la Française Marie-José Pérec, qui réalise alors un brillant doublé 400m (48"25) et 200m (22"12).

Toutefois, Ottey, qui court aujourd'hui sous les couleurs de la Slovénie, mérite une place à part dans l'histoire olympique. Elle reste en effet la femme ayant remporté le plus grand nombre de médailles (huit), et portera son total à neuf si, suite à l'annulation des performances de Marion Jones à Sydney en 2000, sa quatrième place sur 100m se transforme en bronze.

Compte tenu de la disgrâce rétrospective de Jones, la plus grande athlète de ces Jeux de Sydney reste Cathy Freeman. Surmontant l'immense pression née des attentes de ses compatriotes australiens, elle s'empare de l'or sur 400m en 49"11.

Yelena Isinbayeva

La Britannique Kelly Holmes (34 ans), a su elle aussi concrétiser ses rêves à Athènes, il y a quatre ans. Après tant d'années de frustrations dues à de nombreuses blessures, elle parvient à remporter le titre sur 800m en 1'56"38. Son visage incrédule lorsqu'elle passe la ligne d'arrivée restera une image inoubliable. Insatiable, elle s'impose ensuite sur 1500m, portant son record personnel à 3'57"90. Comblée, elle quittera la piste peu de temps après. L'autre grande figure d'Athènes n'est autre que la Russe Yelena Isinbayeva, qui franchit à la perche 4,91m, nouveau record du monde. Elle a récemment porté ce record à 5,03m, et sera l'une des grandes attractions des Jeux de Beijing. Elle est l'archétype de l'athlète féminine d'aujourd'hui, aussi engagée et talentueuse que ses homologues masculins.

Mel Watman pour l'IAAF

--------------

Exposition de photos de l'IAAF –Bruxelles, Stuttgart, Monaco
Pour commémorer ce 80ème anniversaire, l'IAAF organise, lors de la deuxième moitié de cette saison, une exposition de photos célébrant quelques-uns des plus grands moments de l'athlétisme féminin aux Jeux Olympiques.
Cette exposition sera présentée au public dans les villes hôtes du meeting de la Golden League ÅF de Bruxelles (Belgique) le 5 septembre, de la Finale Mondiale de l'Athlétisme IAAF / VTB Bank à Stuttgart (Allemagne, 13-14 septembre), et du Gala de l'athlétisme mondial de l'IAF à Monaco (23 novembre). 

--------------
Evolution des épreuves féminines d'athlétisme aux Jeux Olympiques :
1928 (5 épreuves) 100m, 800m, 4x100m, saut en hauteur, lancer du disque
1932 (6) Introduction du 80m haies et du lancer du javelot ; 800m supprimé (jusqu'à 1960)
1936 (6) Inchangé
1948 (9) Introduction du 200m, du saut en longueur et du lancer du poids
1952 (9) Inchangé
1956 (9) Inchangé
1960 (10) 800m réintroduit
1964 (12) Introduction du 400m et du pentathlon
1968 (12) Inchangé
1972 (14) Introduction du 1500m et du 4x400m ; 80m haies remplacé par le 100m haies
1976 (14) Inchangé
1980 (14) Inchangé
1984 (17) Introduction du 3000m, du marathon et du 400m haies ; pentathlon remplacé par l'heptathlon
1988 (18) Introduction du 10 000m
1992 (19) Introduction du 10 kilomètres marche
1996 (20) Introduction du triple saut ; 3000m remplacé par le 5000m
2000 (22) Introduction du saut à la perche et du lancer du marteau ; 10 kilomètres marche remplacé par le 20 kilomètres marche
2004 (22) Inchangé
2008 (23) Introduction du 3000m steeple