12 MAR 2014 Press Release Nassau, The Bahamas

USA’s world indoor record whets appetite for IAAF World Relays

The US team in action in the 4x400m at the 2014 IAAF World Indoor Championships in Sopot (Getty Images)The US team in action in the 4x400m at the 2014 IAAF World Indoor Championships in Sopot (Getty Images) © Copyright

– Read on for English and French language versions of this story
– La traduction française suit le texte anglais

Last week’s IAAF World Indoor Championships in Sopot ended on a high with a world indoor record* in the 4x400m, providing a glimpse as to the kind of excitement that could be in store at the inaugural IAAF World Relays in Nassau, Bahamas, on 24-25 May.

The US teams won both relays at the Ergo Arena last weekend, the women setting a North American indoor record of 3:24.83 and the men setting a world indoor record of 3:02.13.

They will be among the favourites to win in the Bahamian capital in little more than ten weeks from now, but their victories are by no means a guarantee.

At last year’s IAAF World Championships in Moscow, host nation Russia beat USA’s women’s team as their run of world 4x400m titles came to an end.

At the London 2012 Olympics one year prior, the men’s US 4x400m team was overhauled by The Bahamas in a memorable race. With the expected vocal support in Nassau, The Bahamas could once again triumph over the might of the USA.

But the relays drama in recent years hasn’t just been reserved for the 4x400m.

Both 4x100m world records were broken at the London 2012 Olympics. Usain Bolt anchored Jamaica to a 36.84 clocking, while the US women ran 40.82 to smash the long-standing 41.37 that was set by East Germany in 1985.

The IAAF World Relays will have more than just the 4x100m and 4x400m, though. Also on the programme will be the 4x200m, 4x800m and 4x1500m.

Of the world records in existence for those events, the women’s 4x800m has stood for the longest. Set by the Soviet Union in 1984, their time of 7:50.17 roughly translates to 1:57.54 per leg. The men’s world record is somewhat more recent, set by Kenya in 2006 with a time of 7:02.43.

Perhaps the most vulnerable world records in Nassau will be the 4x1500m marks. Kenya holds the men’s record at 14:36.23, while Australia owns the women’s mark at 17:09.75.

As hosts, The Bahamas has indicated they will field a full quota of 10 teams; one for each event. USA is expected to do likewise, while nations such as Kenya and Jamaica will doubtless play to their strengths in the distance events and sprints respectively.

Whether individual teams are focused on records, qualifying times or victories, the one guarantee of relay events is that there will always be excitement. And lots of it.

Jon Mulkeen for the IAAF

*subject to the usual ratification procedures

*****

Le record du monde en salle des USA aiguise les appétits en vue des Relais mondiaux de l'IAAF

Les Championnats du monde en salle de l'IAAF de Sopot de la semaine passée se sont terminés avec, en point d'orgue, un nouveau record du monde en salle* du 4x400m masculin, laissant entrevoir les niveaux de passion qu'on peut anticiper à l'occasion de l'édition inaugurale des Relais mondiaux de l'IAAF à Nassau, aux Bahamas, les 24 et 25 mai.

Les équipes américaines ont remporté les deux relais dans l'Arène Ergo le week-end dernier, les femmes établissant un nouveau record nord-américain de 3'24"83 et les hommes un record du monde en salle de 3'02"13.

Ces deux équipes seront certes parmi les favoris pour la plus haute marche du podium dans la capitale bahaméenne dans un peu plus de dix semaines, mais leurs victoires demeurent pour autant loin d'être acquises.

Aux Championnats du monde de l'IAAF de Moscou l'an passé, la nation hôte est venue à bout de l'équipe féminine des USA, qui ont ainsi vu leur série de titres mondiaux du 4x400m prendre fin.

Aux Jeux olympiques de Londres 2012, l'année précédente, l'équipe masculine américaine du 4x400m avait été vaincue par les Bahamas au terme d'une course inoubliable. Avec le soutien dont vont certainement bénéficier le quatuor des Bahamas devant son propre public à Nassau, elle pourrait une fois encore vaincre la puissance des USA.

Bien entendu les courses épiques ne se limitent pas aux seuls 4x400m.

Les deux records du monde du 4x100m ont été battus lors de Londres 2012. Chez les hommes, Usain Bolt a couru le quatrième relais pour la Jamaïque avec un temps final de 36"84, tandis que les coureuses des USA ont réussi 40"82 pour réduire en éclats le record de 41"37 établi par l'Allemagne de l'Est plus d'un quart de siècle plus tôt, en 1985.

Les Relais mondiaux de l'IAAF afficheront au programme d'autres épreuves que simplement le 4x100m et le 4x400m, et on y disputera également le 4x200m, le 4x800m et le 4x1500m.

Parmi les records du monde en existence pour ces épreuves, c'est le 4x800m qui est établi depuis le plus longtemps. Le record féminin, couru par l'Union soviétique en 1984, est de 7'50"17, soit une moyenne de quelque 1'57"54 par relais. Le record du monde masculin est plus récent, ayant été établi par le Kenya en 2006, avec un chrono de 7'02"43.

Les records du monde les plus susceptibles de tomber à Nassau sont sans doute ceux des 4x1500m. Le Kenya détient le record masculin (14'36"23) et l'Australie son pendant féminin (17'09"75).

Les Bahamas, la nation hôte, ont indiqué qu'elles aligneront le quota maximum de 10 équipes, soit une pour chaque épreuve. Les USA devraient en faire de même, tandis que des nations telles que le Kenya et la Jamaïque devraient certainement s'appuyer sur leurs points forts en se concentrant sur, respectivement, les distances plus longues et les sprints.

Que l'objectif des différentes équipes soit de battre un record, de réussir un temps de qualification ou, tout simplement, décrocher la victoire, on peut garantir que les courses de relais sont immanquablement source de grande passion.

Jon Mulkeen pour l'IAAF

*sujet aux procédures de ratification habituelles