15 AUG 2014 Iaaf News Monaco

With one month to go, a look at the IAAF Continental Cup, a crucial part of athletics’ growth

John Walker leads from Steve Ovett at the 1977 IAAF World Cup (Getty Images)John Walker leads from Steve Ovett at the 1977 IAAF World Cup (Getty Images) © Copyright

- Read on for English and French language versions of this story
- La traduction française suit le texte anglais

The IAAF Continental Cup can be said to have its origins almost exactly 40 years ago, give or take a few weeks.

In 1974, an IAAF working group was set up under the chairmanship of future IAAF President Adriaan Paulen with the specific brief of looking at the practicality of a World Championships under the direct influence of the IAAF.

Until that time, the Olympic Games had been the de facto world championships and were to remain so for another two editions until the first IAAF World Championships in 1983.

However, there was a growing realisation among the IAAF member federations that the sport would benefit from – indeed, needed – its own focal point and an event which would draw the world’s best athletes together under its own aegis, and that would also provide revenue for what was then a rather impecunious federation.

Various political and practical considerations meant that a world championships could not be staged as quickly as many had hoped or expected, but Paulen and his colleagues on the working group had also seen the success of the European Cup at a continental level and had the pragmatic idea of staging a World Cup, the first stadium-based IAAF event which set the scene for what was to become the IAAF World Athletics Series in the 1980s.

The concept of staging a cup competition quickly went from being an idea on paper to concrete reality.

On 2-4 September 1977 the first IAAF World Cup – the forerunner of the current IAAF Continental Cup – took place in the German city of Düsseldorf.

It was a huge success, coming in the wake of the boycott-marred Olympic Games in Montreal the previous summer.

Eight teams, representing the top two nations in Europe as decided by the European Cup, the USA, and five continental teams, did battle in Düsseldorf’s spacious Rheinstadion.

No fewer than 309 athletes from 54 different countries took part and the aggregate attendance over the three days was an estimated 135,000. Including television revenues, the local organisers reported a profit of 1.2 million Deutsche marks – which was the sizable sum of approximately US$520,000 at 1977 exchange rates.

It is fair to say that everyone was happy, not least the spectators who witnessed a 4x100m world record by the USA team of Bill Collins, Steve Riddick, Cliff Wiley and Steve Williams, and some superb other contests, with the competitions won by East Germany’s men and Europe’s women.

Ed Moses won the 400m hurdles in 47.58, Irena Szewinska won the 400m in 49.52 and Rosie Ackerman flew over 1.98m to win the high jump.

All three were then the second-best performances ever, and would still be respectable marks if they were to be the winning performances in Marrakech.

Into the bargain, athletics fans saw some of the top African talents they were deprived of seeing in Montreal the year before.

Ethiopia’s Miruts Yifter won a memorable 5000m and 10,000m double and Kenya’s Mike Boit had a thrilling duel, albeit in a losing cause, with Cuba’s Alberto Juantorena over 800m.

Paulen, who had become IAAF President in 1976, later admitted on several occasions that the IAAF World Cup had initially been an artificial stopgap ahead of a fully-fledged world championships, but, almost four decades later, its successor is still with us and continues to be a popular event with fans and athletes alike.

As the renowned British athletics expert and broadcaster Peter Matthews, the voice of many IAAF TV and radio programmes, wrote in 1982: “the athletics in Düsseldorf certainly succeeded in meeting the aims of the IAAF, which were four-fold: to provide a great athletics meeting, to offer additional world-class competition for the sport’s elite, to stimulate the continental areas not only in the World Cup competition itself but also by the staging of trails meetings, and to provide additional revenue for the development of athletics throughout the world.”

It could be argued that those aims still remain the same even though we are now well into the 21st century.

From these beginnings, the World Cup then went on to be staged in 1979 in Montreal (CAN), 1981 Rome (ITA), 1985 Canberra (AUS), 1989 Barcelona (ESP), 1992 Havana (CUB), 1994 London (GBR), 1998 Johannesburg (RSA), 2002 Madrid (ESP) and 2006 Athens (GRE).

All nine of the editions that followed the inaugural offering in Düsseldorf have had their high points, but the 1985 World Cup in Canberra is worth a special mention.

Despite some scepticism about its late date in the calendar, being staged over the first weekend in October, there were some magnificent individual performances.

Marita Koch’s 400m win in 47.60 still stands as the world record almost 29 years later, and the former East German women’s 4x100m quartet sped to what was then a world record of 41.37.

However, changes are inevitable in all aspects of life and the sport of athletics is not immune from that phenomenon.

On 21 November 2008, in response to growing feedback from the public and the sport’s stakeholders, especially the TV rights holders, the IAAF Council agreed to change the format of the event and the IAAF World Cup was transformed into the IAAF Continental Cup.

Changes were made to the composition of the participating teams in order to make the event more understandable and interesting for the public, and to achieve a better balance of strengths among the teams.

Gone were the national teams and in their place now are squads from Europe, Americas, Asia/Pacific and Africa.

Perhaps most importantly, there are no longer separate men’s and women’s winners; instead, team standings are determined by combined teams.

The first edition of the Continental Cup was in 2010 with the Croatian city of Split acting as the host and saw Americas come out on top with 422.5 points, just 5.5 points in front of Europe.

In perfect conditions, with the temperatures hovering around the mid-20s, the women jumpers took pride of place.

Local high jump star Blanka Vlasic thrilled the crowd when she went over 2.05m while Kazakhstan’s Olga Rypakova bounded out to an Asian record of 15.25m in the triple jump.

On the track, among the outstanding performances was the 400m hurdles win by Great Britain’s Dai Greene in 47.88 and Kenya’s David Rudisha taking the 800m in 1:43.37.

Looking back to 2010, Split was a superb start to a new era in athletics with the IAAF Continental Cup.

Now the athletes and organisers of the second edition of this innovative new member of the IAAF World Athletics Series have to rise to the challenge posed by their predecessors from four years ago.

Phil Minshull for the IAAF


La Coupe continentale de l'IAAF à un mois de l’ouverture : un rôle crucial à jouer dans la croissance de l'athlétisme

Les origines de la Coupe continentale de l'IAAF remontent, à quelques semaines près, à quarante ans exactement.

En 1974, un groupe de travail de l'IAAF était constitué avec pour mission spécifique d'examiner les possibilités d'organiser des championnats du monde d'athlétisme sous l'influence directe de l'IAAF. Ce groupe de travail était placé sous la direction d'Adriaan Paulen, qui allait par la suite accéder à la présidence de l'IAAF.

Jusqu'alors, ce sont les Jeux Olympiques qui servaient de championnats du monde de fait, une situation qui allait perdurer le temps de deux éditions supplémentaires - celles de 1976 et 1980 - jusqu'à l'organisation des premiers Championnats du monde de l'IAAF en 1983.

Il apparaissait toutefois de plus en plus clairement, au sein des Fédérations membres de l'IAAF, qu'un point de référence unique pour le sport, avec une épreuve regroupant l'élite mondiale de l'athlétisme sous les auspices de l'IAAF, était devenu, au-delà même d'être bénéfique pour le sport, une véritable nécessité. Une telle manifestation pourrait en effet générer des revenus supplémentaires pour une fédération qui se trouvait alors dans une situation financière plutôt précaire.

Divers facteurs, tant politiques que pratiques, ont signifié qu'un championnat du monde n'a pu être mis sur pied aussi rapidement que certains avaient bien voulu, d'emblée, le prévoir ou l'espérer. Pour autant, Paulen et ses collègues membres du groupe de travail avaient pris bonne note du succès remporté par la Coupe d'Europe au niveau continental, et ils ont eu l'idée pragmatique de s'en inspirer pour organiser une Coupe du monde; celle-ci est devenue la première épreuve de l'IAAF basée dans un stade et annonciatrice de ce qui allait devenir la Série mondiale de l'athlétisme de l'IAAF, lancée dans les années 1980.

Le concept initial, une compétition basée sur un format de coupe, est rapidement passé de la phase de projet à celle de réalité, et c'est ainsi que, du 2 au 4 septembre 1977, la première Coupe du monde d'athlétisme de l'IAAF - précurseur de l'actuelle Coupe continentale de l'IAAF - s'est déroulée dans la cité allemande de Düsseldorf.

Celle-ci a remporté un immense succès, succès renforcé encore par le fait que la compétition venait dans le sillage des Jeux Olympiques de Montréal, l'année précédente, qui avaient été entachés par des boycotts.

Huit équipes, représentant trois pays - les deux nations européennes les plus fortes (sur la base des résultats de la Coupe d'Europe) et les USA, ainsi que cinq équipes continentales, se sont affrontées dans le spacieux Rheinstadion de Düsseldorf.

Pas moins de 309 athlètes provenant de 54 pays différents ont pris part à la compétition, et le total cumulé de spectateurs présents dans le stade au cours des trois journées de compétition a été estimé à quelque 135 000. Avec les revenus dérivés des droits de retransmission inclus, les organisateurs locaux ont annoncé un bénéfice de 1,2 millions de deutsche marks, soit la somme considérable d'environ 520 000 dollars selon le taux de change de l'époque.

Certainement, tout le monde s'est déclaré ravi du déroulement de la compétition, à commencer par les spectateurs qui ont assisté à un nouveau record du monde du 4x100m masculin réussi par le quatuor des États-Unis, composé de Bill Collins, Steve Riddick, Cliff Wiley et Steve Williams, et à nombre d'autres épreuves fabuleuses. Au niveau des classements généraux, les victoires sont revenues à l'Europe chez les femmes et à l'Allemagne de l'Est côté masculin.

Ed Moses a remporté le 400m haies hommes en 47"58, Irena Szewinska le 400m femmes en 49"52, tandis que Rosie Ackerman a effacé une barre à 1,98m pour s'imposer dans le saut en hauteur femmes.

Ces trois dernières performances étaient alors les secondes meilleures de tous les temps, et seraient encore des résultats respectables s'ils devaient être réalisés à Marrakech cette année.

En outre, les fans d'athlétisme ont pu admirer quelques-uns des meilleurs talents africains, absents à Montréal l'année précédente pour cause de boycott. L'Éthiopien Miruts Yifter a notamment réussi un doublé mémorable 5000m/10 000m, tandis que, sur 800m, le Kenyan Mike Boit devait se contenter de la seconde place, au terme d'un duel passionnant l'opposant au Cubain Alberto Juantorena.

Et même si Paulen, devenu président de l'IAAF en 1976, a déclaré plusieurs fois par la suite que la Coupe du monde de l'IAAF avait initialement été conçue comme un palliatif artificiel, dans l'attente de championnats du monde à part entière, le fait est qu'aujourd'hui, pratiquement quatre décennies plus tard, son successeur perdure, et continue à bénéficier d'une excellente cote de popularité, tant auprès du public que des athlètes.

Comme l'a écrit en 1982 le journaliste et expert en athlétisme reconnu, Peter Matthews, collaborateur régulier aux programmes télévisés et radiodiffusés produits par l'IAAF: "Le spectacle sportif auquel nous avons assisté à Düsseldorf a sans aucun doute rempli les quatre objectifs que s'était fixée l'IAAF: organiser une compétition d'athlétisme de tout premier plan; offrir à l'élite du sport une opportunité supplémentaire de s'affronter au plus haut niveau; stimuler les Régions continentales, non seulement à l'occasion de la Coupe du monde elle-même, mais également en les incitant à organiser des compétitions de sélection en amont; générer des revenus supplémentaires pouvant contribuer au développement de l'athlétisme dans le monde entier."

De fait, on pourrait avancer que ces objectifs demeurent les mêmes aujourd'hui, dans la seconde décennie du XXIe siècle.

À la suite de cette première édition de 1977, la Coupe du monde de l'IAAF a été organisée en 1979 à Montréal (CAN), en 1981 à Rome (ITA), en 1985 à Canberra (AUS), en 1989 à Barcelone (ESP), en 1992 à La Havane (CUB), en 1994 à Londres (GBR), en 1998 à Johannesbourg (RSA), en 2002 à Madrid (ESP) et en 2006 à Athènes (GRE).

Si chacune des neuf éditions qui ont suivi Düsseldorf a connu des moments forts, c'est la Coupe du monde 1985, à Canberra, qui mérite une mention spéciale.

En dépit de sa date tardive dans la saison - le premier week-end d'octobre, ce qui avait donné lieu à un certain niveau de scepticisme auprès de nombreux observateurs - on y assista à des performances individuelles magnifiques.

Parmi celles-ci, citons la victoire de Marita Koch dans le 400m femmes en un temps de 47"60, toujours le record du monde aujourd'hui, près de 29 ans plus tard, ou encore la victoire de l'équipe féminine est-allemande sur 4x100m en 41"37, record du monde de l'époque.

Mais, on le sait, rien n'est jamais immuable, un phénomène auquel n'échappe pas l'athlétisme.

Le 21 novembre 2008, ayant entendu les demandes, de plus en plus pressantes, formulées tant par le public que par les parties prenantes de l'athlétisme, en particulier par les détenteurs des droits télévisés, le Conseil de l'IAAF a pris la décision de modifier le format de l'épreuve, et la Coupe du monde de l'IAAF est devenue la Coupe continentale de l'IAAF.

Des modifications ont été apportées à la constitution des sélections participantes, afin de rendre l'épreuve plus lisible et plus intéressante pour le public, et aussi d'arriver à un meilleur équilibre des niveaux des différentes équipes en présence.

Les sélections nationales ont disparu de l'affiche, laissant désormais la place à quatre sélections, représentant l'Europe, les Amériques, l'Asie/Pacifique et l'Afrique.

L'élément peut-être le plus important est qu'il n'existe plus à présent de classements masculin et féminin séparés, mais un classement général unique, déterminé par des équipes mixtes.

La première édition de la Coupe continentale a eu lieu en 2010, lorsqu'elle a été accueillie par la ville croate de Split. La compétition a été remportée par les Amériques avec un total de 422,5 points, tout juste 5,5 points devant l'Europe.

Dans des conditions idéales, avec des températures oscillant autour des 25 degrés, ce sont les spécialistes féminines des sauts qui ont occupé le devant de la scène.

La star locale, Blanka Vlasic, a ravi les spectateurs lorsqu'elle a franchi 2,05m à la hauteur, tandis que la Kazakhe Olga Rypakova a réussi un record d'Asie du triple saut avec une distance de 15,25m.

Parmi les performances les plus remarquables sur la piste on retiendra la victoire sur 400m haies du Britannique Dai Greene en 47"88 et celle du Kenyan David Rudisha sur 800m en 1'43"37.

Split 2010 a indéniablement marqué une superbe entrée en matière pour cette nouvelle ère de l'athlétisme avec la Coupe continentale de l'IAAF; il appartient maintenant aux athlètes et organisateurs de la seconde édition de ce nouveau rendez-vous innovant de la Série mondiale de l'athlétisme de l'IAAF de relever le défi et d'égaler les niveaux d'excellence atteints par leurs prédécesseurs voilà quatre ans.

Phil Minshull pour l'IAAF