19 MAY 2014 Iaaf News Champagnole, France

IAAF President Diack returns to his roots with emotional visit to Champagnole

IAAF President Diack and his former French team mates at the Stade Leo Legrange   (IAAF)IAAF President Diack and his former French team mates at the Stade Leo Legrange (IAAF) © Copyright

- READ ON for English and French language versions of this story
- La traduction française suit le texte anglais

Friday 16 May will remain engraved in the mind of IAAF President Lamine Diack who finally fulfilled his lifetime wish to return to Champagnole, a small French town of approximately 8400 inhabitants tucked in the midst of the magnificent forests of the Jura.

Despite being known for its famous comté cheese and picturesque lakes, it is also part of French athletics history, having been the training camp of the French national team in the 1950s.

It was here that the IAAF President spent time in his early 20s developing long jump skills, which later led to him becoming one of the top French and African long jumpers of this era as, at the time, his home country of Senegal was a French colony.

More than half a century later, 11 former French team-mates, most of them now in their late 70s – Jocelyn Delecour, Michel Herrmann, Michel Jazy, Amadou Mbaye, Christian and René Jean Monneret, Victor Sillon, Jean Claude Wable, Pierre William and Alex Yankoff – accompanied him in what turned out to be an emotional and nostalgic ‘retour aux sources’.

Welcoming them, Mayor Clement Pernot commented: “You have come back, know that you are still the children of this town”.

In the summer of 1957, President Diack set foot in France for the first time after selection for the French team.

He described the long journey by plane from his native Dakar to Champagnole going via St Louis, Nouadhibou (aka Port Etienne), Tangier, Bordeaux, Paris, and finally a train journey from the French capital to Champagnole, where they were finally driven to the team’s training camp. In total, the journey took one-and-a-half days.

The town mayor at the time was Andre Socie, a fervent athletics fan who had contacted the French Athletics Federation (FFA) to suggest that a centre of excellence be established there.

At the time, the only other stadium in France that could provide similar facilities was Stade Olympique de Colombes near Paris.

In the end, the town was granted this honour several times because of its healthy environment. In 1955, it had hosted a match between France and Switzerland, the highlight of which was Alain Mimoun winning the 5000m, which attracted about 4000 spectators, almost the entire town’s population at the time. 

In 1956, it gained international popularity as US athletes such as four-time Olympic discus champion Al Oerter also trained there.

Turning the clock forward to the present, during the weekend in Champagnole there were many moving moments.

After visiting the premises of the old dormitories and bathrooms, the group headed to their old training grounds at the Stade Leo Legrange for a symbolic walk around the 400m four-lane cinder track, leading to many reminisces.

It is here that in the mid-1950s the daily morning and afternoon training sessions took place, despite the often-rainy days of Champagnole.

The daily programme also consisted of physiotherapy, medical care and organised outings. Michel Hermann told how when coming to Champagnole for the very first time, they were very excited about the girl’s athletics team coming along too.

However, whatever plans they were contemplating were short lived as the bus suddenly stopped and dropped off the girls at a separate building.

Jazy takes his time

As they crossed the finish line of the Stade Leo Legrange track, 1960 Olympic 1500m silver medallist and former world record holder for the mile Michel Jazy told Mayor Pernot, “I did not realise that coming here today, I would break yet another world record.” “Oh really, and what is it?” asked Pernot.

Jazy jokingly replied: “I have just completed a tour of this track in the longest time ever in my career.”

At a civic reception in the Town Hall, where the Senegal flag flew together with that of France and Champagnole, current FFA President and IAAF Council Member Bernard Amsalem paid glowing tribute to President Diack and his former team-mates.

“You are an example and reference for the younger generation, both in terms of friendships that you formed among yourselves back then, but also which have lingered on 60 years later,” said Amsalem.

On Saturday 17 May, IAAF President Diack opened the town’s newly competed stadium.

To initiate the new track, in collaboration with the local sports administrators, IAAF Director Malek El-Hebil assisted in a Kids Athletics demonstration.

Former French pole vault champion Victor Sillon impressed everyone as he took a girl’s wooden pole. Although over 80, he enthusiastically gave her sound tips on how to improve her technique and she immediately made a huge improvement.

Addressing the kids and parents later, President Diack told them that athletics is not incompatible with other sports and, in fact, is the foundation of all others.

He encouraged parents to get their children off the sofas and, instead, guide them towards practising athletics for health, education and for the lessons that it offers for everyday life.

As he comes to the end of his presidential mandate in 2015, President Diack feels a particular sense of accomplishment with the IAAF Kids Athletics programme and the fact that, in 2013, the United Nations declared 6 April as The International Day of Sport for Development and Peace.

“At last, the politicians have understood,” reflected President Diack.

He finished by thanking the local community in Champagnole and Municipality for the treatment and honour that they had bestowed upon him and his teammates during the emotional visit.

IAAF 


Le Président de l’IAAF Lamine Diack revient à ses racines au travers d’un retour à Champagnole empreint d’émotion

La date du vendredi 16 mai restera gravée longtemps dans l’esprit du Président de l’IAAF Lamine Diack, qui a, ce jour-là, finalement pu réaliser son désir de longue date de revenir à Champagnole, une petite ville française de quelque 8400 habitants située dans les massifs boisés de la magnifique forêt jurassienne.

Cette région, réputée notamment pour son excellent fromage AOC Comté et ses lacs spectaculaires, fait également partie de l’histoire de l’athlétisme français, car c’est elle qui accueillait les camps d’entraînement de l’équipe nationale française dans les années 1950.

C’est là que le Président de l’IAAF a passé du temps, alors qu’il n’avait guère plus de 20 ans, afin de perfectionner encore sa technique du saut en longueur, une discipline dont il allait devenir un des meilleurs spécialistes français et africains à une époque où son pays natal, le Sénégal, était encore une colonie française.

Plus d’un demi-siècle plus tard, en compagnie d’une dizaine de ses anciens coéquipiers en sélection nationale - pour la plupart maintenant âgés de plus de 75 ans - Jocelyn Delecour, Michel Herrmann, Michel Jazy, Amadou Mbaye, Christian et René-Jean Monneret, Victor Sillon, Jean-Claude Wable, Pierre William et Alex Yankoff, le Président a accompli un retour aux sources plein d’émotion et de nostalgie.

Lors de son allocution de bienvenue, le maire de Champagnole, M. Clément Pernot, a déclaré: “Vous voilà de retour parmi nous. Sachez que vous demeurez toujours les enfants de cette ville.”

C’est au cours de l’été 1957 que le Président Diack est arrivé en métropole pour la première fois après avoir été sélectionné pour représenter la France.

Il a décrit son long voyage depuis sa ville native de Dakar, d’abord en avion, via Saint-Louis, Nouadhibou (Port Etienne), Tanger, Bordeaux, jusqu’à Paris, et puis, depuis la capitale, en train pour finalement rallier Champagnole, où ils étaient attendus à la gare pour être conduits au camp d’entraînement. Au total, le voyage a duré une journée et demie.

Le maire de Champagnole à l’époque était M. André Socie, un passionné d’athlétisme qui était entré en contact avec les administrateurs de la Fédération française d’athlétisme (FFA) pour leur suggérer d’installer un centre d’excellence dans sa ville.

À cette époque, le seul autre stade en France qui pouvait offrir des installations similaires était le Stade Olympique de Colombes, dans la banlieue parisienne.

Au final, la ville a eu l’honneur d’accueillir des camps à plusieurs reprises en raison de son environnement sain. En 1955, elle avait organisé une rencontre opposant la France et la Suisse, dont le point culminant a été la victoire d’Alain Mimoun sur 5000m, qui avait attiré près de 4000 spectateurs, soit la quasi-totalité de la population locale.

En 1956, la réputation de la ville, en pleine ascension, a commencé à attirer des athlètes internationaux, tels le quadruple champion olympique du lancer de disque, l’Américain Al Oerter, qui venait s’y entraîner.

Pour en revenir au présent, ce fameux week-end jurassien a été la scène de nombreux moments émouvants.

Après avoir visité les lieux de leurs anciens dortoirs et blocs sanitaires, le groupe s’est rendu sur les lieux de leur ancien terrain d’entraînement, le Stade Léo Lagrange, pour un tour de piste symbolique de la piste en cendrée et à quatre couloirs de 400m. Ce tour a éveillé en chacun d’entre eux de nombreux souvenirs.

C’est là que, dans le milieu des années 50, se déroulaient les entraînements biquotidiens, souvent sous la pluie, qui n’est pas rare à Champagnole.

Le programme quotidien comprenait aussi des séances de physiothérapie, des soins médicaux ainsi que d’occasionnelles excursions.

Michel Herrmann a rapporté le frisson d’excitation qui les avait tous parcouru en arrivant à Champagnole pour la première fois, lorsqu’ils avaient appris que la sélection féminine était également de la partie.

Par malheur, pourtant, tous les plans échafaudés se sont écroulés aussi rapidement qu’ils avaient été conçus, lorsque le bus s’est arrêté devant un bâtiment séparé pour y débarquer les athlètes féminines…

Jazy prend son temps

Alors qu’ils franchissaient la ligne d’arrivée du Stade Léo Lagrange, on put entendre Michel Jazy, vice-champion olympique du 1500m en 1960 et ancien détenteur du record du monde du mile, confier au maire Pernot : “Je n’aurais pas pensé, en venant ici aujourd’hui, que j’allais à nouveau établir un record du monde.” “Vraiment ? Et de quel record s’agit-il donc?” demanda Pernot.

Et Jazy répondit dans un éclat de rire: “Je viens de compléter le tour de piste dans le temps le plus long de ma carrière.”

Ensuite, au cours d’une cérémonie civique organisée à l’hôtel de ville, où le drapeau sénégalais flottait aux côtés de ceux de la France et de Champagnole, l’actuel Président de la FFA et membre du Conseil de l’IAAF, Bernard Amsalem, a rendu un hommage passionné au Président Diack et à ses anciens coéquipiers.

“Vous représentez un exemple et une référence pour les jeunes générations, tant en termes des amitiés que vous avez nouées entre vous, et qui demeurent toujours aussi fortes aujourd’hui, quelque 60 ans plus tard,” a déclaré M. Amsalem.

Le lendemain, samedi 17 mai, le Président de l’IAAF a inauguré le nouveau stade de la ville qui vient d’être achevé.

Pour marquer l’occasion, le directeur du Développement et des Services aux membres de l’IAAF, Malek El-Hebil, en collaboration avec les administrateurs sportifs locaux, avait organisé une démonstration de Kids’ Athletics.

L’ancien champion de France du saut à la perche, Victor Sillon, a particulièrement impressionné l’assistance lorsqu’il a pris en main la perche en bois d’une des jeunes compétitrices : bien qu’âgé de plus de 80 ans, il lui a prodigué quelques conseils pertinents sur sa technique, conseils qui ont porté leurs fruits immédiatement.

Plus tard dans la journée, s’adressant aux enfants et à leurs parents, le Président Diack leur a dit que l’athlétisme n’est en rien incompatible avec les autres sports, et qu’elle constitue en fait la fondation de tous les autres.

Il a encouragé les parents à ne pas laisser leurs enfants se sédentariser devant leurs écrans, mais à les guider vers la pratique de l’athlétisme pour leur santé, leur éducation et pour les leçons de vie que ce sport peut dispenser.  

Alors que son mandat présidentiel touche à sa fin, en 2015, le Président Diack ressent un sentiment d’accomplissement très fort par rapport au Programme Kids’ Athletics de l’IAAF et au fait qu’en 2013 les Nations Unies aient déclaré le 6 avril comme étant la Journée internationale du Sport  au service du développement et de la paix.

“Les politiciens ont enfin compris,” a martelé le Président Diack à l’égard de l’assistance.

Il a ensuite conclu ses propos avec des mots de remerciement à l’égard de la communauté locale et de la municipalité de Champagnole pour l’accueil si chaleureux et la manière dont lui et ses anciens coéquipiers s’étaient sentis honorés au cours de cette visite empreinte de tant d’émotion.

IAAF