11 DEC 2002 General News

President's Address to 44th IAAF Congress

Speech of President Lamine Diack at the opening ceremony of the IAAF Congress - Paris, 18 August 2003

Mr Minister of Sports
Ministers
Mr President of the IOC
Mr President of the Organizing Committee of the World Championships,
Mr President of the French Athletics Federation, 
Honourable Members of the Council and Federation Delegates,
Honourable guests,
Ladies and Gentlemen,

First, please allow me to seize this occasion, the formal opening of the 44th Congress, to wish you all the warmest of welcomes.

Your presence here is a clear sign of both your interest in Athletics and of your will to help it in its bid to spread its influence the world-over.  Thus, I wish, in the name of the world family of athletics, which I have the honour of representing, to thank you for your presence here tonight in the Paradis Latin.

Ladies and Gentlemen,
We can but pay a well-deserved tribute to the French authorities, to the members of the Organizing Committee, to our friends from the French Athletics Federation, and to all the volunteers who have assisted them, all of whom have spared no effort in their bid to ensure a flawless show.

Members of the IAAF Council, Ladies and Gentlemen, Presidents and representatives of the National Federations, Dear Friends,
 
The last time the whole IAAF family sat together in Paris was on the 28th of February 1938; it was our 14th Congress and it drew 37 delegates from 17 countries.

With the affiliation of East Timor and the return of Afghanistan, there are now 211 national federations who will, over the course of two days, be working on the past, the present and the future of our magnificent sport.

Our coming together today will allow us to measure the extent to which the “Old Lady” has grown, without ever losing the fire and the enthusiasm, which have made her the first Olympic discipline.

Our family can draw much satisfaction from its glorious past, which we revisited symbolically last November when we invited to Monaco, for the 90th Anniversary of our Association, all of those who have made their mark on it between London (1948) and Edmonton (2001). Alain Mimoun met up again with Dana Zatopkova and told of his woes and joys to Hicham El Guerrouj.

It is with pride that we can look back upon the significance of Sydney 2000 which saw 1 600 000 spectators flock to the Olympic Stadium over the course of the 9 days of competition - almost 180 000 people per day in what is a young and thriving nation.

In response to your shared wishes, we have undertaken, with the invaluable assistance of the Council and of the IAAF's personnel, to modernize our standard system and our methods of action.

In keeping with the pledges I made in November 1999, notably regarding the universalization of our sport, we have been stringent about promoting better communication between the IAAF and the Member Federations, as well as implementing a fuller program of competitions on a continental scale.

The dynamic and experienced team, which is that of the Council, has drawn up the World Plan for Athletics from the contributions of its two hundred and ten (210) member countries.

The past few months have seen a lengthy debate involving all the members of the athletics family on the subject of this World Plan. This debate must continue and increase in intensity over the coming months so that, by the time of the Helsinki Congress, we are completely ready to set out implementing it.

In the course of our work, I will provide you precisely with the main elements of this Plan and we can discuss them in full.

Drawing strength from our past, and fully aware of the numerous challenges ahead of us, we must prepare for the Centenary of our Federation by ensuring that we:

1. Reinforce the group dynamics of the Family with all its members: athletes, officials, coaches, managers, organizers, journalists, sponsors, communities, etc. To attain this it is essential that our National Federations have greater capacity to carry out their missions.

2. Do more to integrate our famous and glorious athletes, both of yesterday and of today, in a huge program of promotion of Athletics.

3. Adopt the Anti-Doping Code of the World Anti-Doping Agency (WADA), and work so that the synergy with governmental action is total, and help our national federations to conform to our arrangements relating to controls carried out outside competitions.

4. Kick-start a program of competitions which is sufficiently coordinated and equally spread between our different continental groups so that our sport remains strong in Europe whilst at the same time fulfilling its immense potential in Africa, in the Americas, in Asia and in Oceania.

I am delighted that all these questions, so crucial to the future of our sport, are to be debated in Paris, on the eve of the most open World Championships in Athletics ever.

At the Stade de France, I am sure, we are about to witness superb and exciting performances in what is our showcase event.

Marion Jones, Cathy Freeman, Marie-José Pérec will not be there: we must look upon their absence as proof that they are but human. In spite of being capable of the greatest and most impressive of feats, like us all, even they are not immune to the call of their hearts or the fragility of their bodies and can falter.
 
We wish them all the best and hope that they will be back soon to grace our sport with their fabulous talents.

Mr Minister of Sport, Mr President of the Organizing Committee, Mr President of the French Athletics Federation,

At this very moment when you are about to show the world's youth the result of the efforts we have put into organizing this event, I would like to stress how proud and happy I have been to have enjoyed such a long and fruitful collaboration with you.

In the image of the fine wines that your country is so renowned for, our collaboration has gotten ever better as time has gone on. We all know that the friendships forged over the past months and years will endure long after the closing ceremony.

Thank you Paris and thank you France for your marvelous welcome. We all feel like the beautiful Josephine Baker, when she sang her sublime lines:

“I have two loves, my homeland and Paris!”

Allow me now, in the name of the athletics family, to present you with a souvenir, which will remind you of this exceptional moment, and to ask you to declare the 44th Congress of the IAAF officially open.

Lamine Diack

Discours du President Lamine Diack à l’ouverture officielle du 44ème Congrès de l'IAAF
Paris, 18 August 2003

Version Française

Monsieur le Ministre des Sports
Mesdames et Messieurs les Ministres
Monsieur le Président du CIO
Monsieur le Président du Comité d’Organisation des Championnats du Monde,
Monsieur le Président de la Fédération Française d’Athlétisme 
Honorables Membres du Conseil et Délégués des Fédérations
Honorables invités
Mesdames et Messieurs


Vous voudrez d’abord me permettre de saisir l’occasion de l’ouverture solennelle du 44ème Congrès pour sacrifier à l’agréable obligation de vous souhaiter la bienvenue.

En répondant favorablement à notre invitation, vous nous assurez du vif intérêt que vous portez à l’Athlétisme, mais également de votre volonté réelle d’œuvrer à son rayonnement universel.

Je voudrais donc au nom de la famille mondiale de l’Athlétisme que j’ai l’honneur de représenter vous remercier de nous honorer ce soir de votre présence, en ce paradis latin.

Mesdames et Messieurs,

Force est de rendre un hommage fort mérité aux autorités françaises, aux membres du Comité d’Organisation, à nos amis et collègues de la Fédération Française d’Athlétisme, et à tous ces volontaires de toutes ces belles causes, qui n’ont ménagé aucun effort pour que tout se déroule parfaitement bien.

Messieurs les membres du Conseil de l’IAAF,
Mesdames et Messieurs les présidents et représentants des fédérations nationales,
Chers amis,

La dernière tenue de nos assises à Paris remonte au 28 février 1938 ; notre 14ème Congrès regroupait alors 37 Délégués venant de 17 pays. Nos 6ème et 7ème Congrès s’y étaient déroulés en 1923 (27 délégués de 16 pays) et 1924 (67 délégués de 28 pays).

Nous voici encore une fois rassemblés au seuil d’importantes échéances, qui nous donneront l’occasion de mener la réflexion de fond qui maintiendra l’Athlétisme dans la dynamique de progrès et de conquête indispensable à la perpétuation de son rayonnement dans la monde.

Nos retrouvailles de ce jour nous permettront de mesurer combien la «Vieille Dame » a vu, avec bonheur, sa taille s’épaissir, tout en gardant la flamme et l’enthousiasme qui en font la première discipline olympique.

Avec l’affiliation du Timor Oriental et le retour de l’Afghanistan, ce sont 211 Fédérations Nationales, qui vont pendant deux jours se pencher sur le passé, le présent et l’avenir de notre merveilleux sport.

Notre famille peut tirer satisfaction d’un passé glorieux que nous avons retracé symboliquement en invitant à Monaco, en novembre dernier, à l’occasion du 90ème Anniversaire de notre Association, tous ceux qui, l’avaient marqué entre Londres (1948) et Edmonton (2001) – Alain Mimoun a retrouvé Dana Zatopkova et conté ses doutes et ses exploits à Hicham El Guerrouj.

Nous avons mesuré non sans fierté la portée de Sydney 2000 où 1 600 000 spectateurs ont rempli le Stade Olympique pendant les 9 jours de compétitions, près de 180 000 par jour dans un jeune pays en pleine expansion.

Fort de notre passé et conscient des nombreux défis qui nous attendent, nous allons préparer le Centenaire de notre Association.

Dépositaire de votre volonté commune, j’ai entrepris avec le concours précieux et continu de toutes les compétences du Conseil la modernisation de notre système normatif et de nos  méthodes d’action.

Conformément à mes engagements, notamment en ce qui concerne l’universalisation de notre Sport, je me suis attaché à promouvoir une meilleure communication entre l’IAAF et les Fédérations Membres, et une densification du programme de compétitions à l’échelle continentale.

L’équipe dynamique et expérimentée que constitue le Conseil a élaboré le Plan Mondial pour l’Athlétisme à partir des contributions des deux cent dix pays membres.

Un long débat a agité pendant les derniers mois toutes les composantes de la famille autour du Plan Mondial ; il doit continuer et se renforcer dans les mois qui viennent pour nous permettre au Congrès d’Helsinki, de cerner totalement les moyens de sa réalisation.

Je vous livrerai précisément au cours de nos travaux les éléments essentiels ce Plan et nous en discuterons amplement.

En outre, je m’engage à entreprendre le nécessaire pour :

1. renforcer la dynamique d’unité de la Famille dans toutes ses composantes : athlètes, dirigeants, entraîneurs, managers, organisateurs, médias, sponsors, collectivités, etc.  Cela passe par une plus grande capacité de nos fédérations nationales à assumer leurs missions.

2. impliquer davantage les gloires passées et présentes de notre sport dans un vaste programme de l’Athlétisme

3. adapter le Code anti-dopage de l’Agence Mondiale (AMA), œuvrer pour que la synergie recherchée avec l’action gouvernementale soit totale, et aider nos fédérations nationales à se conformer à nos dispositions relatives aux contrôles hors compétitions.

4. impulser un programme de compétitions suffisamment coordonné et réparti entre nos différents groupes continentaux pour que notre sport reste fort en Europe tout en réalisant ses immenses potentialités en Afrique, en Amérique, en Asie et en Océanie.

Je suis heureux que le débat sur toutes ces questions cruciales pour l’avenir de notre Sport ait lieu à Paris, la ville des Championnats du Monde les plus ouverts de notre histoire.

Le Stade de France marquera, j’en suis sur, une étape décisive de notre principal événement par la qualité des performances et par l’incertitude des résultats à venir.

Marion Jones, Cathy Freeman, Marie José Perec, manqueront à l’appel : c’est la preuve que ce sont des êtres de chair et de sang capables d’exploits extraordinaires mais aussi de coups de cœur, de défaillances et de blessures.

Souhaitons qu’elles s’en remettent et continuent à cheminer avec nous pour le plus grand bien de notre beau sport.

Monsieur le Ministre des Sports, au moment où vous vous apprêtez à révéler à la jeunesse mondiale, le fruit des efforts conjoints que nous avons consentis à son épanouissement, je voudrais vous dire toute la fierté et le plaisir que m’a procuré notre longue et fructueuse collaboration.

A l’image des vins fins dont votre pays a le secret, cette collaboration s’est bonifiée au fil des mois, pour faire naître en chacun de nous des sentiments forts d’amitié qui ne s’éteindront sûrement pas avec les lampions du stade.

Merci à Paris et à la France de nous offrir ce merveilleux accueil et nous permettre de chanter à la fin comme la merveilleuse Josephine Baker :

« J’ai deux amours : mon pays et Paris ! »

Permettez-moi de vous remettre au nom de toute la famille de l’athlétisme un souvenir qui rappellera ce moment exceptionnel et de vous demander de déclarer l’ouverture officielle du 44ème Congrès de l’IAAF.