Douar Ait Iktel villagers supporting the IAAF / Nestlé Kids’ Athletics event on 14 September 2014 (Getty Images) © Copyright
Iaaf News Douar Ait Iktel, Morocco

Athletics for a Better World makes an impact in Morocco

- Read on for English and French language versions of this story
- La traduction française suit le texte anglais

Before embarking on a visit to a remote Moroccan mountain village early last Sunday for an IAAF / Nestlé Healthy Kids’ Athletics event, most of the guests – including several current and former champion athletes from Morocco and elsewhere – didn’t know exactly what to expect.

In the end, however, they could all agree with the words that concluded IAAF Council Member Nawal El Moutawakel’s brief introduction to the excursion: “I’m sure that your visit to the village will leave a lasting impression.”

It certainly did: for the dozens of children who participated, for the hundreds of villagers who turned out to watch, and to those who made the 90-minute trip to Douar Ait Iktel, a village of about 150 families in the High Atlas region some 100 kilometres south of Marrakech.

The visit was organised by the Moroccan Association for Sport and Development (AMSD) which is headed by El Moutawakel, and supported by Athletics for a Better World, the IAAF’s social responsibility programme whose aim is to use the universality of athletics to make a positive difference in the world.

Few hold that concept closer to their heart than El Moutawakel, the former Olympic 400m hurdles champion and Moroccan national heroine who is no stranger to this Berber village, quietly set in a ruggedly beautiful landscape among cactus, red rocks and sweeping mountain vistas.

Through her work with AMSD and other foundations she’s been involved with, El Moutawakel has watched and helped the village transform in under a generation, from an impoverished community on the brink of survival to a role model for self-organisation and sustainability. 

Previous projects brought electricity and a four-building school to the village, and more recently a sport facility where athletics takes pride of place.

The latter was the setting for most of this particular celebration which attracted and involved nearly every village member from the moment the guests stepped off their bus.

To say that the entire town turned out would not be an exaggeration.

The reception was quite likely unlike anything those visiting had previously experienced. Villagers lined each side of a ridge leading to the school for an Ahwash, a traditional Berber folkloric song and dance performance unique to this small corner of the country.

Colourfully dressed women lined the right side of the wide path, chanting, swaying and singing. An occasional ululation, the high-pitched trilling sound that typically accompanies joyous gatherings, pierced the late morning sky.

Opposite them men banged on drums and tambourines, singing and swaying as if in conversation with the women.

“That was unbelievable,” said former 800m world record-holder Wilson Kipketer, one of the IAAF ambassadors who attended the event. “That welcome reception was amazing!”

He was joined by fellow ambassadors and international athletics legends Koji Murofushi, Monica Pyrek, Benjamin Limo and, from the current generation of  top athletes, Olympic 3000m steeplechase silver medallist Habiba Ghribi, the latter from neighbouring Tunisia.

Moroccan athletics stars on hand included Brahim Boutayeb and Khalid Skah, the Olympic 10,000m champions in 1988 and 1992 respectively; 1992 and 2000 Olympic medallists Rachid El Basir and Brahim Lahlafi and double Olympic champion and 1500m world record-holder Hicham El Guerrouj.

Nacer Ibn Abdeljali, the first Moroccan to scale Mt Everest, was also a popular figure on hand.

After a formal welcome at the school by children who held signs in Arabic, French, English and Tifinar, a regional Berber script, a tea ceremony followed before the festivities moved to the sport grounds at the edge of the village.

Here the athletes were introduced and following a short series of addresses, El Guerrouj was honoured with a multilingual medley of half a dozen songs to celebrate his 40th birthday.

The action on the track then began where the children, divided into several teams, raced, jumped and threw. As the athletes joined them, laughter was added to the equation as well.

IAAF officials were also clearly pleased, moved and inspired by the day’s events.

“80 countries have adopted the Kids Athleticsprogramme; Morocco key among them,” said Malek El Hebil, IAAF director of development. “It’s a very important part of what we do.”

“This is an important day for us,” said IAAF Council Member Dahlan Jumaan Al Hamad, who also chairs the IAAF Sustainable Development Commission. “It’s the beginning of a new chapter.”

Bob Ramsak for the IAAF

*****

L’Athlétisme pour un monde meilleur fait grand effet au Maroc

Avant de ne se mettre en route pour la visite d’un village perché haut dans les montagnes tôt dimanche dernier pour y assister à une compétition Kids’ Athletics IAAF / Nestlé, la plupart des membres de la délégation de l’IAAF, qui comportait plusieurs champions actuels et du passé, tant marocains que d’ailleurs, ne savaient exactement à quoi s’attendre.

A leur retour, pourtant, ils partageaient tous le sentiment exprimé par la membre du Conseil de l’IAAF Nawal El Moutawakel au départ de l’excursion: “Je ne doute pas que votre visite au village va vous laisser une impression inoubliable.”

Et cela a effectivement été le cas, tant pour les dizaines d’enfants participants, que pour les centaines de villageois qui ont assisté aux épreuves, que pour ceux qui avaient effectué le déplacement de 90 minutes pour rallier Douar Ait Iktel, un village d’environ 150 familles dans la région du Haut Atlas, à une centaine de kilomètres au sud de Marrakech.

La visite était organisée par l’Association Marocaine Sport et Développement (AMSD), qui est dirigée par El Moutawakel et bénéficie du soutien de l’Athlétisme pour un monde meilleur (Athletics for a Better World – ABW), le programme de responsabilité sociale de l’IAAF, dont l’objectif est de s’appuyer sur le caractère universel de l’athlétisme pour faire une différence positive sur cette terre.

Peu de personnes se sentent davantage concernées par ce concept qu’El Moutawakel, l’ancienne championne olympique du 400m haies et véritable héroïne nationale au Maroc, qui connaît au demeurant bien ce petit village berbère, paisiblement installé au cœur de paysages aussi ardus que féeriques, composés de cactus, de roches rouges et de panoramas à couper le souffle sur les montagnes environnantes.

Au travers de son travail, tant avec AMSD qu’avec d’autres fondations dans lesquelles elle est impliquée, El Moutawakel a vu, et contribué à, la transformation de ce village qui est passé, en moins d’une génération, d’une communauté pauvre, luttant au jour le jour pour survivre, à un véritable modèle d’auto-organisation et de durabilité.

Des projets précédents ont amené l’électricité et un établissement scolaire composé de quatre bâtiments au village, puis, plus récemment, des installations sportives qui fait la part belle à l’athlétisme.

C’est précisément ces installations qui ont été le cadre pour la grande majorité de cette célébration particulière, qui a attiré et impliqué quasiment l’ensemble de la population du village.

Il ne serait en effet pas exagéré d’affirmer que le village tout entier était présent pour accueillir les invités.

La réception était totalement différente de tout ce que la majorité des visiteurs avait déjà eu l’occasion de vivre. Les villageois étaient alignés de chaque côté du chemin menant à  l’école pour un Ahwash, une performance de chant et de danse berbère folklorique traditionnelle, particulière à cette toute petite région du pays.

Des femmes vêtues de costumes multicolores étaient alignées sur le côté droit du large chemin, chantant et se balançant, le tout ponctué par les fameux youyous, si caractéristiques de la région.

Face à elles, les hommes frappaient sur leurs tambours et tambourins, chantant et se balançant eux aussi, comme s’ils entretenaient une conversation avec les femmes.

“C’était incroyable, a déclaré l’ancien détenteur du record du monde du 800m, Wilson Kipketer, un des Ambassadeurs de l’IAAF présents. Cette réception de bienvenue a été véritablement extraordinaire!”

Il a été rejoint par ses confrères et consœurs ambassadeurs et athlètes légendaires, Koji Murofushi, Monica Pyrek, Benjamin Limo et, représentant la génération actuelle d’athlètes de l’élite, la vice-championne olympique du 3000m steeple, Habiba Ghribi, de la Tunisie voisine.

Parmi les athlètes marocains de premier plan présents étaient Brahim Boutayeb et Khalid Skah, champions olympiques du 10 000m en, respectivement, 1988 et 1992, les médaillés olympiques Rachid El Basir (1992) et Brahim Lahlafi (2000) ainsi que le double champion olympique et recordman du monde du 1500m, Hicham El Guerrouj.

Nacer Ibn Abdeljali, le premier Marocain à avoir vaincu l’Everest, était une des autres personnalités très populaires avec les villageois.

Après une cérémonie formelle de bienvenue à l’école par les enfants qui tenaient des pancartes écrites en arabe, français, anglais et tifinar (un dialecte berbère), une cérémonie du thé a eu lieu, avant que les festivités ne commencent sur les terrains de sport aux abords du village.

Les athlètes y ont été présentés, et, à la suite d’une série de courts discours, El Guerrouj a été honoré par un medley d’une demi-douzaine de chansons en plusieurs langues, en célébration de son 40e anniversaire.

L’action a ensuite été lancée sur la piste, où les enfants, partagés en différentes équipes, ont couru, sauté et lancé. Une fois que les athlètes se sont joints à eux, on a entendu fuser des rires de toutes parts, chacun, enfants et adultes, prenant de toute évidence grand plaisir au déroulé de l’après-midi.

Les officiels de l’IAAF étaient aussi clairement ravis, mais également touchés et inspirés par cette journée.

“80 pays ont adopté le programme Kids’ Athletics, et le Maroc en est un des éléments-clés, a dit Malek El Hebil, directeur du développement de l’IAAF. Cela forme une part très importante de ce que nous faisons."

“Cette journée a revêtu une grande importance pour nous, a poursuivi le membre du Conseil de l’IAAF, Dahlan Jumaan Al Hamad, qui est par ailleurs le président de la Commission de Développement durable de l’IAAF. Nous avons assisté ici à l’ouverture d’un nouveau chapitre dans notre histoire.” 

Bob Ramsak, pour l’IAAF