IAAF President Sebastian Coe (Getty Images) © Copyright
Iaaf News Monaco

Today’s frequently asked questions – 8 Nov 2015

Français

In an effort to be as transparent as possible and to ensure that the public have the same access to the information we provide the media, the IAAF will now regularly begin to share the questions we are frequently asked and our answers.

Sunday Times (UK)

QUESTION: The French prosecutor is investigating allegations that in 2011 the IAAF panel of experts found that eight Russian athletes had registered biological passport violations which merited bans.

ANSWER: These numbers differ from ours as does the timeframe.


QU: However, the Russian federation took no action and the IAAF did not appeal the cases via the Court of Arbitration of Sport.

AN: Not true. The IAAF went to the court of arbitration twice for 6 Russian athletes that currently fall within the WADA investigation.


QU: The allegation is that the reason no action was taken was because the Russian Federation had taken money from the athletes and had passed on bribes to Lamine Diack and Gabriel Dollé.

AN: We have no knowledge of this.


QU: Diack is alleged to have received 1m euros and Dolle is alleged to have received 200,000 euros.

AN: We have no knowledge of this.


QU: The bribes meant all eight athletes were allowed to compete at the London 2012 Olympics. One of those athletes won a gold medal and another won a silver medal at the London Games.

AN: At least 3 Russian athletes were not found in violation until after the 2012 Games.


Quote given to the Sunday Times and Reuters from IAAF President Sebastian Coe

“Every doping case currently being investigated by WADA was first identified by the IAAF through its athlete biological passport (ABP) programme. Every athlete found in violation has been charged and sanctioned. The IAAF believes the period of disqualification of results was too leniently applied by the Russian Federation and has been seeking an extension of these disqualifications through the Court of Arbitration in Sport (CAS) in fairness of clean athletes. The cases are currently pending before CAS.

“The best way to cover up an anti-doping case is NOT to test athletes at all. Through our ABP program the IAAF has tested more than 5000 athletes since 2009. We will continue to lead the fight against drugs in sport on behalf of all clean athletes. Those who cheat will be caught. Those who are caught will be thoroughly investigated. And the guilty will face the fullest sanctions available.

“That people in our sport have allegedly extorted money from athletes guilty of doping violations is abhorrent. That they were not able to cover up the doping results is testament to the system that the IAAF and WADA have jointly put in place.

“We are not complacent. Where there are fragilities in the system that may have allowed extortion, no matter how unsuccessful, we will strengthen them and the independent integrity unit which I will establish next month will include an independent tribunal to hear all integrity-related violations committed by international-level athletes and their support personnel. We will take the hearing process out of the hands of individual member federations.”


Mail on Sunday (UK)

QU: Is the IAAF now investigating, internally, whether alleged dope test cover-ups go beyond the alleged Russian cover-ups being looked at involving the Diacks and Russia?

AN:
• Under the current WADA system established by WADA and to which the IAAF is fully compliant, it is impossible to have "dope test cover-ups”.

• All doping control results arising from the IAAF testing programme – in-competition tests, out-of-competition tests, urine tests, blood tests, including ABP tests – are systematically reported to the World Anti-Doping Agency and the IAAF Medical & Anti-Doping Department has to regularly update WADA as to the status of the doping cases (positive findings or ABP cases).

• No doping case has been covered up and if attempts were made in relation to a limited number of cases, as has been recently revealed, they all failed. The IAAF is very confident that the WADA report confirms this.


QU: Given that the current IAAF president's predecessor plus former head of anti-doping are now embroiled in cover-up allegations, what confidence does the current IAAF regime have that there HASN'T been a systematic cover-up of some failed tests / anomalous blood results? And why?

AN:
• The current IAAF regime is a regime that catches cheaters and that is fully transparent.

• As indicated above, all positive findings arising from IAAF tests are systematically reported by WADA which subsequently checks the follow-up by the IAAF. The IAAF has never received any complaint by WADA as to the follow-up of IAAF cases. If a federation fails to take follow-up action upon receipt of a positive finding or an abnormal blood profile, WADA has the possibility to refer the matter to the Court of Arbitration, which it has never done as regards cases under the responsibility of the IAAF.

• This applies equally to abnormal ABP profiles. Please read the IAAF Anti-Doping Regulations on the ABP review process and all the checks and balances it contains. You will then realise that it is impossible for an international federation which is fully compliant with the WADA system to cover up a case.

• You will be able to reference the WADA Independent Commission Report re the Sunday Times allegations.


QU: Can you confirm whether the information provided within that story assisted in your own investigations into Russian athletics in any way, or even confirm that you [the IAAF] ever investigated? If you did investigate, ahead of your flagship event, what did you do, practically? If you didn't investigate, why not?

AN:
• The claims centred on the WADA-accredited laboratory in Moscow which was subsequently subject to a thorough investigation by WADA. You would have to ask WADA whether your article was useful for their investigations.

• Please be aware that the IAAF has no jurisdiction to investigate wrongdoing by WADA-accredited laboratories.

• As for the situation of doping in Russia, there can be no doubt, in light of the numerous high-profile athletes caught by the IAAF (urine testing and ABP), that the IAAF has vigorously, and without any external help, chased Russian athletes suspected of doping. The list of sanctioned athletes caught by the IAAF speaks for itself.


QU: How much is VT Bank's sponsorship of the IAAF worth on an annual basis? And what influence, if any, has ANY person from VTB ever had on any aspect of anti-doping policy at the IAAF?

AN: Unfortunately I do not have a copy of the VT Bank contract so cannot share the exact amount of the contract with you at this moment. However, I can categorically state that NO person from VTB bank, or any other Official IAAF Commercial Partner has any influence whatsoever over the IAAF’s anti-doping policy

IAAF


Les questions fréquemment posées aujourd’hui – 8 novembre 2015

Afin d’être aussi transparents que possible et de garantir au grand public le même accès aux informations que nous fournissons aux médias, l’IAAF va désormais partager les questions qu’on nous pose fréquemment, accompagnées de nos réponses.

The Sunday Times (GBR)

Q : La justice française enquête sur des allégations selon lesquelles le panel d’experts de l’IAAF aurait découvert, en 2011, que huit athlètes russes présentaient des passeports biologiques anormaux méritant des suspensions.

R : Nous n’avons pas les mêmes chiffres ni la même chronologie.


Q : La fédération russe n’a cependant pris aucune décision et l’IAAF n’a pas saisi le Tribunal Arbitral du Sport par rapport à ces cas.

R : Ce n’est pas vrai. L’IAAF a saisi à deux reprises le TAS vis-à-vis de 6 athlètes russes qui sont visés actuellement par l’enquête de l’AMA.


Q : Selon ces allégations, aucune action n’a été menée car la fédération russe aurait reçu de l’argent des athlètes et aurait soudoyé Lamine Diack et Gabriel Dollé.

R : Nous ne sommes pas au courant.


Q : Lamine Diack et Gabriel Dollé auraient reçu respectivement 1 million et 200 000 euros.

R : Nous ne sommes pas au courant.


Q : Grâce à ces pots-de-vin, ces huit athlètes ont été autorisés à participer aux Jeux Olympiques de Londres 2012. L’un des athlètes y a gagné une médaille d’or et un autre une médaille d’argent.

R : Trois athlètes russes au moins n’ont pas été identifiés comme ayant commis d’infraction jusqu’après les Jeux de 2012.


Déclaration du président de l’IAAF Sebastian Coe au Sunday Times et à Reuters

« Tous les cas de dopage actuellement étudiés par l’AMA ont d’abord été identifiés par l’IAAF via le passeport biologique de l’athlète (PBA) et chaque athlète pris en faute a été accusé et sanctionné. L’IAAF estime que la Fédération russe a fait preuve de beaucoup trop d’indulgence par rapport à la période d’annulation des résultats et elle a demandé une extension de cette période d’annulation auprès du Tribunal Arbitral du Sport (TAS) par souci d’équité envers les athlètes propres. Ces cas sont actuellement en instance devant le TAS.

« Le meilleur moyen de dissimuler un cas de dopage est de NE PAS contrôler du tout les athlètes. Grâce au programme du PBA, l’IAAF a contrôlé plus de 5 000 athlètes depuis 2009. Nous allons continuer à rester à la pointe de la lutte contre les produits dopants dans le sport au nom de tous les athlètes propres. Ceux qui trichent seront attrapés, ceux qui sont attrapés feront l’objet d’une enquête minutieuse et les coupables écoperont de la sanction la plus forte possible.

« Que certains dans notre sport aient prétendument extorqué de l’argent à des athlètes coupables de violation des règles antidopage est odieux. Qu’ils n’aient pas réussi à dissimuler les résultats des contrôles antidopage est une preuve du bon fonctionnement du système mis en place conjointement par l’IAAF et l’AMA.

« Nous ne versons absolument pas dans la complaisance. Là où il y a des fragilités dans le système qui auraient permis l’extorsion de fonds, même si cela a échoué, nous allons les renforcer, et l’unité indépendante pour l’intégrité que je vais créer le mois prochain comprendra un tribunal indépendant chargé d’auditionner toutes les violations relatives à l’intégrité commises par des athlètes de niveau international et leur entourage. Les fédérations membres individuelles seront déchargées du processus d’audience. »


Mail on Sunday (GBR)

Q : Est-ce que l’IAAF enquête aujourd’hui en interne, pour savoir si la dissimulation de contrôles antidopage présumée dépasse le seul cadre de la dissimulation russe présumée qui semble impliquer les Diack et la Russie ?

R :
• En vertu du système actuel de l’AMA, élaboré par l’AMA et auquel l’IAAF se conforme totalement, la « dissimulation de contrôles antidopage » est impossible.

• Tous les résultats de contrôles antidopage issus du programme de contrôle de l’IAAF – contrôles en compétition et hors compétition, contrôles d’urine et sanguins, y compris le contrôle du PBA – sont systématiquement rapportés à l’Agence Mondiale Antidopage et le département Médical et antidopage de l’IAAF doit informer régulièrement l’AMA quant à la nature des cas de dopage (résultats positifs ou PBA anormal).

• Aucun cas de dopage n’a été dissimulé et si des tentatives ont été effectuées en relation avec un nombre limité de cas, comme cela a été révélé il y a peu, elles ont toutes échoué. L’IAAF ne doute pas que le rapport de l’AMA confirme cet état de fait.


Q : Étant donné que le prédécesseur du Président actuel de l’IAAF ainsi que l’ancien chef de l’antidopage sont aujourd’hui impliqués dans des soupçons de dissimulation, quelle assurance ont les dirigeants actuels de l’IAAF qu’il N’Y A PAS eu de dissimulation systématique de certains contrôles positifs / d’anomalies de profils sanguins ? Et pourquoi ?

R :

• L’administration actuelle de l’IAAF est une instance qui attrape les tricheurs et qui est totalement transparente.

• Comme indiqué plus haut, tous les résultats positifs provenant de contrôles de l’IAAF sont systématiquement transmis à l’AMA qui vérifie par la suite le suivi de l’IAAF. L’IAAF n’a jamais reçu la moindre plainte de l’AMA à propos du suivi des cas de l’IAAF. Si une fédération ne procède à aucun suivi à la suite de la réception d’un résultat positif ou d’un profil sanguin anormal, l’AMA a la possibilité de porter l’affaire devant le Tribunal Arbitral, ce qui n’a jamais été le cas vis-à-vis des cas placés sous la responsabilité de l’IAAF.

• Cela s’applique également aux profils anormaux du PBA. Veuillez vous reporter aux règlements antidopage de l’IAAF sur la procédure d’examen du PBA et sur tous les mécanismes de contrôle qu’ils contiennent. Vous réaliserez alors qu’il est impossible pour une fédération internationale totalement en conformité avec le système de l’AMA de dissimuler un cas.

• Vous pourrez vous référer au rapport de la commission indépendante de l’AMA concernant les allégations du Sunday Times.


Q : Pouvez-vous confirmer si les informations contenues dans
cet article vous ont aidé d’une manière ou d’une autre pour vos propres investigations sur l’athlétisme russe, voire ont confirmé ce que vous [l’IAAF] avez toujours cherché à savoir ? Si vous avez enquêté en amont de votre épreuve phare, qu’avez-vous fait, concrètement ? Si vous ne l’avez pas fait, pourquoi ?

R :

• Les affirmations se sont centrées sur le laboratoire de Moscou accrédité par l’AMA qui a fait l’objet par la suite d’une enquête approfondie de l’AMA. Il faudrait demander à l’AMA si votre article a été utile à ses enquêtes.

• Veuillez noter que l’IAAF ne dispose d’aucune compétence pour enquêter sur les fautes commises par des laboratoires accrédités par l’AMA.

• Pour ce qui est de la situation du dopage en Russie, à la lumière des nombreux athlètes très en vue attrapés par l’IAAF (contrôles d’urine et PBA), on ne peut pas douter que l’IAAF ait traqué énergiquement, et sans aucune aide extérieure, des athlètes russes soupçonnés de dopage. La liste des athlètes sanctionnés attrapés par l’IAAF est éloquente.


Q : Quelle est la valeur, annuellement, du partenariat de VT Bank avec l’IAAF ? Et est-ce qu’un représentant, QUEL QU’IL SOIT, de VTB a pu peser, de quelque manière que ce soit, sur le moindre aspect de la politique antidopage de l’IAAF ?

R :

• Malheureusement, je n’ai pas de copie du contrat de VT Bank, et je ne peux donc pas vous communiquer maintenant le montant exact de ce contrat. Toutefois, je suis en mesure d’affirmer de manière catégorique qu’AUCUN représentant de VT Bank, ou tout autre partenaire commercial officiel de l’IAAF n’a eu une quelconque influence sur le moindre aspect de la politique antidopage de l’IAAF.


IAAF

;